Ambassade du Grand-Domaine Racinite

Forum > Ambassades > Ambassade du Grand-Domaine Racinite

Première page Page précédente 2/2 Page suivante Dernière page

Sélène Dragunov de Grand-Domaine Racinite
Avatar
Caparmate du Grand-Domaine
37e
La Triade
Attention, là on explose les quotas de pages, PAVE DE SES MORTS sur l'Inquisition 08/04/19 23:01

Quelques jours plus tard.

Une sorte de tremblement de terre, ébranla les quartiers provisoires de Dragunov et tout Arthada. Alors qu’il faisait complètement jour, une ombre commença à plonger la capitale dans une nuit presque totale.

Des cris de panique remontent des rues et des gardes accoururent pour protéger la Caparmate craignant une autre attaque des rebelles.

Mais en regardant le ciel, ils s'aperçurent qu’il s’agissait en réalité d’un énorme vaisseau atlante, de forme ovoïde et noir comme le charbon, de ce gigantesque engin seuls des centaines de petites lumières comme des étoiles permettaient d’en deviner la taille et la forme.

Soudain, une sorte de grande porte circulaire s’ouvra de ce qui est le dessous de l’appareil, une intense lumière inondait la zone en dessous, on pouvait apercevoir cinq aéronefs en sortir qui semblaient être des insectes volants tant la taille du vaisseau était démesuré.

Ces cinq aéronefs se dirigèrent droit vers Dragunov, en quelques minutes ils étaient posés dans une grande cours intérieure fermée par des palissades végétalisées.

Quand les portes des appareils s’ouvrirent, des soldats armés en sortir et encerclaient Dragunov, du cinquième appareil une femme en sortit suivit par cinq autres individus. La femme était très grande et fine, pour ne pas dire maigre, de très long cheveux blancs qui lui descendaient jusqu’à la taille, elle portait un diadème noir et doré couvert de pierres scintillantes comme des petits soleils, elle était vêtue d’une sorte d’armure blanche avec des rayures rouges sur les flancs. Elle avait également une sorte de grande lance comme sceptre. Les cinq personnes qui l’accompagnait étaient tête baissée, le crâne complètement chauve et vêtue d’une sorte de tunique grise, enfin leurs cous étaient ornés d’une sorte de gros collier doré.

Les soldats de Dragunov s’apprêtant à utiliser leurs armes furent envoyés valser dans les airs sous le geste de l’étrange femme. Elle continua d’avancer lentement vers Dragunov, arrivé à sa hauteur elle eut un sourire carnassier et dit d’une voix sombre:

- Vous êtes bien madame Dragunov je présume? Oui, votre tête correspond bien à la description qu’on m’en a donnée.

Dragunov voulu montrer qui était la patronne mais l’étrange femme leva sa main et la Caparmate senti une force l'étreindre et la soulever dans les airs.

La femme reprit avec une pointe de sadisme dans la voix:

- Inutile de vous débattre très chère, si j’avais voulue vous tuer, je ne me serait pas donné la peine à me déplacer jusqu’ici -parcourant du regard la cours intérieur avec un air de dégoût- je vous informe que vous êtes en état d’arrestation, ainsi qu’un autre primitif de votre genre dénommé Timothée Coursevent, où pouvons-nous le trouver?

Dragunov ne répondit pas.

La femme s’avança et approcha son visage de celui de Dragunov et lui dit:

- Madame Dragunov, je vous conseil de répondre à mes questions car d’une manière ou d’une autre j’aurais les réponses que je veux mais si j’emploie ma méthode cela risque de vous être des plus déplaisant pour vous. Le choix vous appartient, alors où est ce Timothée Coursevent?

Sélène arbora un magnifique sourire, et dit :

- Très bien, alors actuellement il est dans la capitale, même si je ne sais pas où. Par contre faites vite, une gorge est si vite tranchée et un accusé s’en va si vite de nos jours ahah !

L’étrange femme relâcha son emprise laissant Dragunov retomber lourdement sur le sol, elle se mit à rire et dit:

- Hahahahahaha Mme Dragunov, vous auriez fait une très bonne inquisitrice j’en suis certaine hahahaha mais vous manquez cruellement de classe. -Se tournant vers les soldats- Bien vous avez entendus, fouillez la ville et ramenez moi cet être inférieur et plus vite que ça. Quand à vous Mme Dragunov, vous allez venir avec moi, après vous. Hahaha.

Dragunov rigola à son tour, et commença à avancer, néanmoins l’inquisitrice vit dans le ciel un cercle se dessiner doucement.

L’inquisitrice se tourna vers Dragunov et lui dit d’un air satisfait:

- Ma pauvre, vous pensez réellement que vos talents misérables auront un quelconque effet sur nous? Ne soyez pas sotte, nous savons quelle puissance maximal peut délivrer vos racines et vous êtes loin, très loin du compte. Mais si vous tenez à m’impressionner allez-y je vous en pris. Hahahahahaha.

Pendant ce temps au loin, dans les cieux de la capitale, des dizaines d’aéronefs survolaient la ville.

Sélène reprit :

- Vous êtes gentille de me laisser finir, décidément les inquisiteurs sont de chics types. Dites-moi, le zéro absolu, vos vaisseaux y survivent ? Parce qu’en l’occurence c’est ce qui va arriver, ainsi qu’à la ville d’ailleurs si vous ne m’arrêtez pas ahahah !

L’inquisitrice se mit à rire de plus belle, et répondit d’un ton provocateur:

- Mais bien sûr allez-y à part tuer de froid vos propres compatriotes vous aurez aucuns autres résultats très chère enfant. Hahahaha allez-y winter is coming!

- Ah allez, amusons nous -Mme Dragunov prenant son souffle- NILFHEIM !

Une immense masse glacée s'abattit alors sur la capitale, s’étendant jusque dans les cieux. L’inquisitrice eu a peine un frisson malgré la température extrême, mais étonnamment, les racinites ne semblaient pas affectés par le sort. Par contre, il semblerait que la maintenance d’un des aéronefs eût été mal faite, ce dernier s’écrasant sur le sol.

Sélène prit un air satisfait et tira la langue à l’inquisitrice.

L’inquisitrice regarda Sélène avec un sourire menaçant et lui dit:

- C’est tout? Est-ce là toute la puissance des Racinites? Je ne comprends vraiment pas ce que notre Divine Impératrice bénie soit sa lumière vous trouve, vous êtes pitoyables. Un simple vaisseau tombé en panne? Vous n’avez pas de quoi être fière, tout cela c’est remplaçable. Je m’interroge en quoi notre Divine Impératrice peut vous trouver à vous en particulier? Vous ne valez pas le centième d’un traîne misère atlante.

D’un geste de la main elle fit valser Dragunov dans son vaisseau.

Dragunov, un peu secouée par le choc, reprit en souriant :

- Je n’allais pas congeler toute ma population non plus ahah, et puis je ne peux pas déployer toute la puissance de l’Arbre si rapidement voyons. Je dirais que nous étions en dessous d’un pour cent d’efficacité, c’est dire. SI vos vaisseaux tombent pour un sort si faible, les pitoyables ne sont pas les racinites, mais vos ingénieurs paresseux ahah ! Et ce qu’elle me trouve ? Je ne sais pas, vous n’avez qu’à lui demander AH j’oubliais, je lui parle plus que vous ahah !

L’inquisitrice fit apparaître des menottes qui eurent pour effet non seulement d’entraver les gestes de Dragunov mais qui affaiblissait son lien avec l’Arbre.

Puis L’inquisitrice parla dans une sorte de console et dit d’un ton sec comme un désert:

- Alors? Vous avez trouvé l’autre primitif?

Une voix robotique émana de l’appareil:

- Oui Inquisitrice, il n’a opposé aucune résistance nous le ramenons à bord du Justicia.

L’inquisitrice se tourna vers Dragunov caressa son visage, comme un boucher caressait un gigot et lui dit:

- Hmmm ne m’en voulez pas, je ne fais que mon travail -lui faisait les yeux doux puis elle enserra sa main autour de son coup et repris- et j’adore mon job hahaha.

Sélène la regarda dans les yeux et dit :

- Je vous comprends tellement, j’avoue que j’aime aussi m’amuser avec ce genre d’occupation ahah ! Par contre vos équipes ont été lentes pour attraper ce couard, rassurez moi, dites moi qu’il y a la peine de mort dans votre pays, si vous pouviez le tuer ça m’arrangerait ahah.

L’inquisitrice se mit à rire et dit:

- Haha je suis contente que vous preniez les choses ainsi, Dragunov, après tout vaut mieux bien nous entendre durant les 3 mois de voyage qui nous attendent. Hahahaha.

-Roh 3 mois, mais vous m’emmenez à votre capitale ou quoi ? Bon, bah, je peux envoyer un message au TDS pour allonger mes pleins pouvoirs de six mois le temps de l’aller-retour ? Et ce ne serait pas plus rapide d’utiliser la porte des étoiles ?

- Voyons très chère enfant, ça ne sera pas un aller retour de six mois, vous en avez pour au moins deux ans hahahahahaha, nous vous emmenons loin de votre monde d’origine, de ce misérable grain de poussière insignifiant.

Il eut quelques secousses dans l’appareil et la porte de l’engin s’ouvra, le vaisseau venait d'atterire dans un immense hangar baigné de lumière. Dans l’appareil à côté de celui de l’Inquisitrice,Dragunov vit Timothée enchaîné et escorté par neuf soldats.

- On est déjà arrivé, et bien j’ai perdu ma notion du temps moi ahah ! Ah Salut Timothée, ça va ils t’ont pas trop fait mal j’espère ? Quoique non après réflexion je m’en fout ! Bon inquisitrice, d’ailleurs vous m’avez pas donné votre nom, c’est pas très très poli tout ça, c’est quoi la suite du programme. Vais-je visiter vos cellules ? ahah

Timothée releva la tête, révélant une énorme balafre sur son front ensanglanté.

L’Inquisitrice aida Dragunov à se relever et à avancer et lui répondit:

- Mme Dragunov nous ne sommes qu’au début de notre voyage, bienvenue sur le Justicia, le vaisseau mère de l’Inquisition. Pour répondre à votre question, je m’appelle Inquisitrice c’est tout ce que vous avez besoin de savoir. Bien évidemment, vous allez de ce pas visiter nos quartiers de détentions qui sont, en comparaison du taudis qui vous sert de maison sera, j’en suis persuadée, un véritable palais, hahahahaha.

- Je vous aime bien inquisitrice, je suis sûr que vous êtes chouette en dehors du boulot. Bon vu que vous voulez pas me donner votre nom, appelez moi Caparmate ahah ! Et je crains que les quartiers de détentions ne seront pas mieux que de dormir au sein de sa source énergétique malheureusement … Mais bon, vu que vous ne pouvez pas transporter notre planète, d’ailleurs, vivement une telle technologie, ça fera l’affaire ahah.

- Mais qui vous a parlé de dormir, Dragunov?

- Vous marquez un point ahah !

L’inquisitrice donna des ordres dans sa langue et très vite une cohorte de soldats lourdement armés emmena Dragunov et Timothée dans leur quartier. Quelle ne fut pas la déception de Sélène quand celle-ci comprit qu’elle devra partager sa cellule avec celui qu’elle hait le plus au monde.

Elle s’adressa à Timothée :

- Bon, alors t’as retenu le chemin pour aller au hangar ? Des fois qu’on projette de s’évader ? Même si je crois pas qu’on ira loin, au fait, on va se mettre d’accord tout de suite. Tu parles je te fous un coup de poing, tu pleures un coup de pied, tu me fais chier ta tête cogne un mur ahah ! Aussi, ça serait pas mal Kida que tu m’expliques cette vaste blague, sinon je vais me fâcher, et crois moi tu veux pas me voir en colère.

Timothée répondit à Dragunov:

- Regardez par la fenêtre.

Depuis le minuscule hublot Dragunov pouvait voir sa planète Anathas dans son ensemble et en un instant un flash inonda tout autour des deux protagonistes, par le hublot la planète avait disparue laissant place à une sorte de défilé de traits de lumières multicolores.

Timothée commença à paniquer et dit à Dragunov:

- Tout ça c’est de votre faute, si nous avions attaqués dès le premier jour les Atlantes tout cela ne serait jamais arrivé, et puis c’est votre faute aussi….

Dragunov prit gentiment la tête de Timothée, lui sourit, puis la fracassa contre un mur. Elle répondit :

- Ce n’est pas ma faute, tu sais, je ne sais même pas pourquoi on est là donc bon avant de jeter la faute sur quelqu’un réfléchit un peu. Par contre je tiens à te rappeler que si tu me fais chier je te refracasse la tête contre le mur. De manière purement amicale bien sûr !

Une voix extérieur se fît entendre:

- Vous êtes à peine arrivés que vous vous chamaillez déjà, hahahaha, de vrais sauvages ces racinites.

C’était l’inquisitrice qui était derrière le champs de force les observants.

- Bien il est temps de vous dire pourquoi vous êtes là tous les deux. La Grande Prêtresse a ordonnée votre arrestation en vue de vous faire comparaître devant la Tribune Impériale pour crime de lèse majesté. Des questions ou vos cerveaux sous évolués ont compris tous les mots dans ma phrase?

Sélène s’approcha gentiment de Timothée, et lui donna un coup dans les parties pour se défouler, puis reprit :

- D’accord, j’ai compris. Par contre, je souhaiterais disposer de votre code pénal afin de me préparer en tant qu’avocate de moi-même ahah ! Cela me paraît être une demande légitime au vu de ma situation, surtout que vous enlevez de force un chef d’état. Aussi, cela ne vous concerne pas directement probablement, mais KIDA TU RAMENES TON CUL ILLICO ET TU M’EXPLIQUES. Voilà voilà, vous pouvez rajouter ça à la liste des accusations si vous voulez ahah !

L’inquisitrice riat et dit:

- Hahaha, bien sur que je vous fait parvenir nos lois traduites dans votre langue barbare. Sachez que si vous arrivez à convaincre la Tribune de votre innocence vous vous innocentez tous les deux. -L’inquisitrice commença à partir- Ho j’allais oublier, la Divine Impératrice ne viendra pas, elle n’a pas voix au chapitre ici. Ce sont les lois Divines qui régissent notre société y compris la vie de l’Impératrice. Quelle ironie quand on sait que c’est la Divine Impératrice qui a elle-même mise en place cette loi. Hahahaha, on se revoit plus tard, ciao.

Sélène éclata de rire, tout en regardant Timothée se rouler par terre de douleur et dit :

- Allons bon Timothée, on va bien s’entendre non ? En plus nous allons rester ensemble trois mois quelle chance ! Enfin, sauf si tu meurs en chemin ahah ! Bon plus sérieusement, as-tu des arguments déjà prêts pour éviter qu’on se fasse découper, ou tu veux continuer de pleurer pour ta stérilité récemment acquise ?

Le jeune homme se releva péniblement, les yeux encore emplis de larmes et dit à Dragunov:

- Quoi? Mais c’est pas possible, ils n’ont pas le droit de faire ça. Je suis certain que des soldats sont déjà en route pour nous secourir. Il faut, il faut juste patienter. Oui c’est ça.

- Des soldats ? Mais tu es vraiment un débile profond ma parole. Nos soldats ont appris à voler dans le vide intersidéral entre temps ? Non ? Bah tu as ta réponse, allez reconcentre toi. Au pire, on est juste en train de passer nos derniers moments ensemble, et tu vois même si ça me file la gerbe, je perds pas le nord !

- En tout cas, Dragunov, si on sort vivants de ça j’espère que vous prendrez enfin des mesures exemplaires contre ces maudits atlantes!

- Non du moins pas directement, mais j’envisage de plus en plus l’application de la procédure 43-C afin de pouvoir contrebalancer le pouvoir du Cristal. Après, il me faudra votre vote pour que le TDS me laisse tranquille, alors ça vous dit de conclure une alliance de circonstance ?

- Vous croyez réellement que nos armes sont efficaces contre eux? Ne soyez pas stupide Dragunov, s’ils ont réellement un empire galactique nous ne sommes rien et au pire ils nous exterminent. En dehors de ça, s’allier ensemble me semble la solution la plus sage.

- Mon cher Timothée, un empire galactique c’est beau, mais leur cristal vital, lui est sur Anathas. Il suffirait juste de le stopper, même quelques secondes, et pouf, plus d’empire galactique. Et même si une seule procédure 43-C ne suffira probablement pas, en utiliser plus serait viable. Même si dangereux pour moi et pour l’Arbre, mais nous n’aurions rien à perdre ahah !

- Mais vous risquez de perdre Kida?

- Vous savez, même si je l’aime, son empire est mal foutu, et je suis prête à prendre le risque pour forcer une remise à zéro. Que le pouvoir revienne enfin à l’Impératrice et pas à de vulgaires psychopathes fanatiques.


Plusieurs longues heures passèrent, quand soudain la lumière de la cellule passant du blanc aveuglant au bleu sombre. Deux soldats armés se présentèrent devant le champs de force, l’un d’eux s’adressa à Dragunov et Timothée:

- Mettez vous au fond de la cellule, face au mur et main sur la tête.

Sélène regarda les hommes armés, et dit sur un ton humouristiques :

- Hmm, laissez moi réfléchir, soit j’obéis et rien ne se passe, c’est donc chiant, soit je vous prends vos armes et vous tire dessus ce qui est plus drôle ! -Dragunov s’approchant rapidement des armes des gardes-

Les deux gardes regardèrent Dragunov se manger le champs de force en pleine face puis l’un d’eux sortit de sa veste une sorte de télécommande, il appuya sur un bouton. Aussitôt, une violente décharge électrique assoma les deux prisonniers.

Timothée tomba dans les vapes et Dragunov resta prostrée au sol gémissant de douleur.

Tandis que l’un des gardes mettait en joue les prisonniers, le second entra dans la cellule et déposa un plateau avec de la nourriture dedans. Le garde sortit et le champs de force fût réactivé puis les soldats s’en allèrent.

Sélène vexée, hurla :

- C’est tout bande de tafioles ! Ramenez vous sans votre truc que je vous marave la face la tronche à coup de babouches ! Timothée, lève toi bon dieu, que t’es fragile !

Timothée en gémissant de douleur et se tenant la tête dit à Dragunov:

- Bordel mais c’est quoi votre problème Dragunov? Si vous aviez fait ce qu’ils avaient demandé on aurait pas eu se genre de soucis. Foutre la merde c’est vraiment une seconde nature chez vous.

Il se releva avec difficulté et s’approcha de la table sur laquelle était posé le plateau et vit avec horreur de la viande, à côté de la viande des légumes baignants dans une sorte de sauce, la seule chose familière pour lui était le pichet d’eau posé à côté des deux assiettes et des couverts faits dans une étrange matière.

Sélène voyant son étonnement lui adressa ces mots :

- Timothée, me dit pas que tu savais pas que la viande était comestible, par pitié. Et dis-moi que ces couverts ne te surprennent pas trop, sinon je sens que ce voyage va être très long. Allez regarde, tu vois tu as des dents, et pour manger une viande il faut les utiliser, c’est pas que décoratif !

- Dragunov, vous êtes la Caparmate, vous savez très bien que la majorité, pour ne pas dire tous, des racinites ne mangent pas de viande c’est contre nature. Mais si vous en avez envie allez y je vous laisse ma part.

Timothée alla se réfugier dans sa couchette.

- Tu sais que tu vas mourir si tu manges pas, non pas que ça me dérange, mais si j’ai plus mon punching-ball je vais m’ennuyer moi !

- Fermez là Dragunov!

Dragunov se rapprocha de Timothée, prit sa tête et la fracassa contre le mur pour la deuxième fois en moins de 24h. Elle dit :

- T’es irrécupérable toi, au fait maintenant c’est votre gracieuse excellence pour toi, sinon je te brise le bras ahah !

- Vous êtes aussi gracieuse qu’une boite de thon.

Dragunov alla pour exécuter sa menace quand la voix de l’Inquisitrice se fît entendre.

- Hé bien jeune homme votre mère ne vous a-t-elle pas appris à parler correctement à une lady? Hé bien j’attends, que se passe-t-il ici? Dragunov une explication peut-être?

Dragunov prit le bras de Timothée et répondit à l’inquisitrice :

- Eh bien vous allez rire, mais il veut pas manger votre plat car il y a de la viande, du coup je le dresse, en somme, je vous facilite la vie ahah ! D’ailleurs, une fois notre conversation finie, je lui brise le bras, vu qu’il m’insulte et refuse de m’appeler comme il se doit.

L’inquisitrice exaspérée dit:

- Pour l’amour de la Divine Impératrice cessez vos enfantillages, si monsieur ne veut pas manger de viande d’origine animale, nous pouvons lui couper un bras et le lui préparer à sa convenance, je suis sûre que cela n’est pas contre nature. Quand à vous, Dragunov, vous devriez apprendre à maîtriser vos humeurs ne serait-ce que pour votre confort de voyage, sinon je prendrais un malin plaisir à ralentir ce vaisseau pour vous laisser tout le temps nécessaire pour vous entendre.

Sélène reprit :

- Alors, t’as entendu Timothée, mange la viande ou mange ton bras, c’est toi qui voit ! Enfin Inquisitrice, sachez que l’on s’entend à la perfection, je pourrais rester avec toute une éternité à vrai dire, je trouve son côté soumis très attachant personnellement ahah !

- Qui sait votre souhait sera peut-être exaucé? Bon trêve de bavardage, si je suis venue jusque dans les bas fonds de ce vaisseau pour devoir m’infliger le spectacle pitoyable de voir vos faces de demeurés c’est simplement pour vous donner ceci, -elle fît traverser au champ de force, une pile monstrueuse de documents- il s’agit de l’intégralité du code Atlante, je vous souhaite un bon appétit et une agréable lecture. Au revoir.

- Merci de vous être déplacée pour ça inquisitrice -un crac se fit entendre, visiblement le bras de Timothée- je lirai ce code avec attention. Au revoir.

Timothée gémissant de douleur lâcha un:

- Vous êtes cinglée Dragunov.

- Mauvaise réponse, la réponse attendue était merci de m’avoir punie maîtresse -re fracassa la tête de Timothée-.

- Vous pouvez toujours rêver, espèce de folle dégénérée.

Dragunov continua à lui fracasser la tête jusqu’à ce qu’il tombe inconscient, et alla cherche le code afin de commencer à le lire à la suite de son délicieux repas. Elle fût, néanmoins, interrompue dans sa lecture quand une sonnerie retentie dans son quartier. Quatres hommes armés arrivèrent alors devant la cellule, sans dire un mot, ils électrocutèrent Dragunov, qui lâcha un “oh oui”,  entrèrent dans sa cellule,en profitèrent pour passer à tabac la Caparmate, une fois bien amochée, les soldats sortirent et emmenèrent Timothée avec eux sur un brancard.

Dragunov resta pendant plusieurs heures à demi consciente sur le sol de la cellule avant de pouvoir se relever. Elle se releva difficilement, comme si le poids des siècles recommençait à se faire sentir, elle se traîna sur sa couchette et s'endormit. Elle essaya tout de même d’utiliser le peu d’énergie de l’Arbre à disposition pour se soigner, ce qui marcha à moitié, vu que cela n’a fait qu’accélerer sa guérison naturelle.


Pendant plusieurs jours elle comatta, se remettant difficilement de ces blessures. Quand elle se réveilla, elle vit le visage de Timothée penché sur elle passant un gant humide sur son visage. Il lui dit calmement:

- Doucement, prenez votre temps, ils vous ont pas ratés les salauds.

Sélène visiblement surprise, lui dit :

- Je ne pensais pas que tu m’aiderais … Bon je me limiterai au coup de poing à l’avenir bravo pour ta promotion ah .. ah … ah. Sinon, effectivement, ils m’ont bien tabassés, faut juste un peu de temps encore … -se rendormant-

Dragunov se réveilla encore vaseuse, dérangée par des éclats de voix à côté d’elle, elle entrouvrit les yeux et aperçu l’inquisitrice donner des ordres à ses soldats en désignant Timothée sur doigt. Les soldats entrèrent dans la cellule, l’un d’eux sortit une matraque et asséna un coup violent dans les jambes du représentant, puis il fut traîné hors de la cellule. L’endroit redevint calme.

Sélène demanda :

- Qu’est-ce que vous faites à mon serviteur encore ?

L’inquisitrice l’ayant entendu se retourna et dit d’un ton sarcastique:

- Nous vous en faite pas pour lui, nous prenons soins de nos invités, reposez vous Dragunov, vous en aurez besoin.

Puis l’inquisitrice disparut.


Quelques jours ou heures, Dragunov ayant perdue toute notion du temps, se réveilla enfin de sa période de convalescence elle vit Timothée assis dans le fond de la pièce à lire les documents juridiques fournis par l’inquisitrice.

Sélène demanda alors à Timothée :

- Ah tu es de retour, qu’est-ce qu’ils t’ont fait quand ils t’ont emmenés la dernière fois ? Même si je ne sais plus quand c’était …

- Dragunov vous êtes réveillée! Parfait tenez je vous ai gardé de quoi boire et manger -lui tendant un pichet d’eau et une sorte de gros morceau de pain vert- en fait ils m’ont emmenés une dizaine de fois et je préfère ne pas en parler. Vous avez mis du temps à vous remettre ça fait environ six jours que vous récupérez. Comment vous vous sentez?

-Eh bien je me sens encore un peu fatiguée, mais au moins je n’ai plus mal, ils pourraient retirer leurs armures en métal quand ils tapent, c’est pas sérieux tout ça. Merci d’avoir gardé des choses de côté -mangea avec un peu de dégoût le pain vert-. Bon, alors qu’as-tu lu jusque là ? Et surtout y as-tu compris quelque chose ?

- Prenez votre temps, j’ai appris que notre voyage allait durer plus longtemps, le vaisseau devant faire une détour je ne sais pas pourquoi ni combien de temps cela va prendre, mais au vu du ton des gardes ça semble être long. Pour ce qui est des documents pour l’instant je ne comprend pas grand chose, c’est un gloubiboulga de lois vieilles de plusieurs millénaires et de texte très récent. Par contre, la chose intéressante que j’ai appris c’est ce que nous risquons en cas de condamnation, il parle d’un rituel de pacification, je ne sais pas trop ce que c’est mais en tout cas ça ne parle pas de peine de mort, c’est déjà un bon point.

- Honnêtement, je sais pas ce que c’est, mais je pense que je préfère la peine de mort, imagine une seconde la facilité avec laquelle ils peuvent nous torturer des millénaires … Et ni toi ni moi on veut ça. Allez je commence à le lire, en tant qu’avocate, je devrais comprendre un peu les tenants et les aboutissants de ces textes ahah !

- Vous n’avez pas tort oui, -après un silence Timothée reprit- J’ai bien réfléchis à tout ce qu’on s’est dit pas seulement depuis notre arrivée ici mais même avant. Et je voudrais vous présenter mes excuses, j’ai été injuste envers vous quand j’ai mis votre parole en doute à cause de la relation que vous entretenez avec l’Impératrice, j’ai également été injuste envers elle. C’est vrais que je n’ai pas pris le temps de m'intéresser à eux, pour ça et d’autres choses je vous demande pardon.

- Excuses acceptées, moi-même je n’aurais pas dû vous insulter à l’issue de vos interventions, et peut-être un peu moins vous frapper … Bon passons et reconcentrons-nous sur comment sauver nos culs !

- A vos ordres votre excellence!

La voix de l’inquisitrice extirpa les deux prisonniers de leur lecture, plongée dans l’ombre seuls ses deux yeux brillants reflétaient un éclat quasi démoniaque, elle dit:

- Hé bien, hé bien, voyez-vous ça? Hahahaha, les deux compères qui enterrent la hache de guerre, comme c’est touchant. Hahahahaha.

Sélène prit un ton ironique et dit :

- N’est-ce pas, nous sommes meilleurs amis pour la vie maintenant ! Plus sérieusement, même si on ne s’apprécie pas forcément encore bien, nos relations s’améliorent c’est déjà ça. Ah aussi, vous pourriez dire à vos gars de retirer leurs gants quand ils viennent me tabasser à 5 sur moi, j’ai failli crever dans l’histoire. Bon après la douleur ne me gêne pas, mais là c’est quand même un peu trop ! Il serait dommage que l’un de nous meurt, même si vous pouvez nous ressusciter !

L’inquisitrice s’avança et dit:

- Hahaha, je pourrais en effet demander à mes soldats d’être moins… brutaux dans leurs gestes mais ce serait moins amusant, et puis ne dit-on pas qui aime bien, châtie bien? Hahahaha

- Alors je me demande bien quand nous allons coucher ensemble, car là vous m’aimez tout autant voire plus que Kida ahahah !

- Ne soyez pas ridicule, je préfère brûler vive que de courtiser une vulgaire paysanne comme vous. Mais sachez simplement que je prends soin de mes invités, n’est-ce pas Timothée -lui adressant un sourir pleins de sadisme- hahahahaha.

Le jeune baissa les yeux et l’expression de son visage laissait clairement voir de la peur.

- Je suis impatiente de voir les méthodes atlantes pour la prise en charge des invités, après, si vous le souhaitez, je vous ferai découvrir les miennes, vous verrez 934 ans de bouteille ça se sent ahah ! Au fait Timothée, faudra vraiment que tu me racontes en détails ce qu’elle t’a fait, vu que tu as l’air quelque peu troublé.

L’inquisitrice s’en alla et pendant qu’elle s’éloignait, elle lança à Dragunov:

- Je suis sûr que nos méthodes vont vous dépayser hahahahahaha….

Timothée encore choqué dit d’une petite voix:

- Sélène promettez moi de ne pas tenter quoique ce soit de stupide, je vous garantis que même les pires cauchemars et les pires tortures ne sont rien comparés à ce qu’ils font.

- Si tu veux je peux te le promettre, mais du coup je me demande, ils t’ont demandé des infos, si oui lesquelles ? Car ça m’inquiète que des secrets d’états soient dans les mains de ces scélérats.

- Je ne sais pas, c’est confus dans ma tête, je me souviens qu’ils m’ont emmené dans un salle, au centre il y avait une sorte de chaise sur laquelle ils m’ont fait m’asseoir. Je revois l’Inquisitrice prendre quelque chose de pointu de me l’enfoncer dans l’oeil puis plus rien. C’est le noir, j’ai quelques flashs qui me revienne mais ça n’a aucun sens.

- Hmm, un produit qui bloque la mise en mémoire … C’est original, généralement on veut plus que les victimes se rappellent parfaitement de la torture, c’est plus gratifiant. Il faut absolument découvrir ce qui se passe durant cette torture, sinon, le Grand-Domaine pourrait avoir des problèmes majeurs …


Quelques semaines plus tard encore, les gardes armés rentrèrent dans la cellule, et l’inquisitrice entra elle aussi dans la cellule. Sélène demanda alors :

- Mais que faites-vous donc ici ?

L’inquisitrice arbora un sourire narquois, et sur un ton sarcastique :

- Vous vouliez tester mon hospitalité, c’est l’heure ! Alors deux possibilités, soit vous nous suivez, soit on vous brise les jambes.

Sélène, amusée, se leva, s’approcha de l’inquisitrice et lui donna un coup de poing.

Le coup fut si violent que les phalanges de Dragunov se brisèrent, mais l’inquisitrice ne broncha quasiment pas. L’inquisitrice utilisa ces dons pour faire valser la Caparmate en lui faisant faire des allers retours entre le sol et le plafond de manière violente. Timothée tenta de s’interposer mais les gardes le passèrent à tabac.

Puis l’inquisitrice relâcha son étaux sur Dragunov la laissant retomber comme un pantin désarticulé, puis elle sortit de la cellule avec les gardes qui laissèrent les deux corps tuméfiés, brisés et informes sur le sol froid.

Sélène se leva tant bien que mal et alla s’allonger sur sa couchette, afin de se reposer dans de meilleures conditions. Même si elle voulait bien aider Timothée à aller sur sa couchette, elle n’en avait pas la force et le laissa donc sur le sol.

Le jeune homme complètement KO, eu juste la force de dire à Dragunov:

- Quand vous m’aviez promis de ne pas faire quelque chose de stupide, c’est exactement à ce genre de chose que je faisais référence….

- Ce n’était pas stupide, mais téméraire, soyez précis dans vos promesses ah …. ah ……. ah.

- Vous savez plus vous serez téméraires, pire seront nos conditions de vie ici.

- Vous savez moins je serai téméraires ici, et plus ils auront l’impression de nous contrôler et ce sera au contraire pire, on sera leur marionnette. Voyez-vous, c’est plus gênant que de se faire péter la gueule. Surtout qu’après on a la paix.

- Je sais que je vous l’ai déjà dit, mais vous êtes cinglée des fois…

Puis Timothée sombra dans le coma.

- Quelqu’un qui tombe inconscient tout le temps n’a pas à me parler de mon côté cinglé, sinon je te pètes la gueule un peu plus ah .. ah .. ah -sombrant dans l’inconscience peu à peu-

Quand Dragunov se réveilla, son corps lui faisait atrocement souffrir mais elle fut inquiétée par autre chose. En effet, elle ne se trouvait pas dans sa cellule, elle était attachée à une sorte de chaise, plongée dans une salle sombre.

Sélène comprit alors qu’elle allait passer un bon moment, et s’exclama :

- OHE les tortionnaires, je suis réveillée ! Allez je veux m’amuser moi ! Ramenez votre fraise !

Mais personne ne vint, alors agacée Sélène regarda bien ses attaches. Elles étaient en métal, et n’avait pas de point d’ouverture visibles, donc impossible à crocheter. En outre, malgré ses efforts constants, impossible pour elle de les détacher par la force. C’est ainsi que Mme Dragunov, attendit, patiemment, dans cette salle sombre, que quelqu’un vienne…

Les minutes se mêlèrent aux heures, les heures aux jours, la faim et la soif commençait à travailler Dragunov de l’intérieur. Elle commença à avoir des hallucinations, d’abord se fût des voix lointaines presque inaudibles. Puis à un moment elle aperçut du coin de son œil une forme qui l’observait, elle n’était pas très rassuré, en essayant de ne pas laisser transparaître son angoisse elle lança un:

- Qui est là ?

Une voix d’homme lui répondit:

- Comme ça tu sais ce que ça fait, vieille folle.

Elle reconnut instantanément la voix. C’est Il s’agissait de la voix d’Enrique Edson, son commandante. Sélène répondit alors :

- Commandante, mais que faites-vous ici dans un vaisseau atlante ? Vous aviez injurié leur Impératrice comme jamais vous aussi, comment êtes-vous ici et surtout en tant que tortionnaire ? Je … Attends, c’est pas possible … si ? … Non, non imposs… quoique -hésitant longtemps-

Enrique ria, Sélène pouvait sentir l’odeur de son aftershave au bois de santal qui lui prenait à la gorge ainsi que l’odeur de ses cigares.

- Ha Dragunov, tu fais moins ta maligne maintenant que les rôles sont inversés.

Sélène, troublée, tenta de se raisonner :

- Vous ne me briserez pas, il en faut plus pour me briser, vous êtes faible. Je suis sûr que vous n’êtes même pas capable de me faire vraiment mal. Et si c’est juste pour parler, autant que tu rentres dans ta cabine, de toute façon dès qu’on repose le pied au sol, je te fais renfermer !

Edson eut un fou rire, un rire rugueux et gras, puis il dit:

- Tu veux vraiment me tester, hein? Mais tu ignores de quoi est capable le GRAND EL COMMANDANTE!

Sélène sentit la main calleuse d’Edson tenir sa main fermement, ensuite elle sentit une pression sur son ongle et ensuite un choc douleureux, tel un éclair qui partirait de l'extrémité de son doigt et qui remonte le long de son bras pour finir par irradier dans tout son corps. Sélène commença alors à répéter inlassablement la même phrase :

- Je n’ai pas mal, je suis calme, nul ne peut me blesser, nul ne peut me contraindre.

Cette phrase, elle la répéta même lorsque Edson changeait de main, s’occupait des deux en même temps, et cela semblait l’agacer au plus haut point.

Enrique contemplant les ongles arrachés qu’il avait disposés dans un récipient dit d’un air calme:

- Dis moi, Sélène, tu repenses au bon vieux temps, celui où j’étais le roi du monde? Tu aurais pu être ma reine mais au lieu de ça, tu as préférée me trahir pour t’acoquiner avec ces vils serpents de Makaliens. Dis moi Sélène, tu penses que c’était juste? Pourquoi tu ne m’a pas suivi jusqu’au bout? Tu veux faire la fière, la femme imbattable, mais je sais que tu es fragile au fond. Tu as besoin de te sentir en sécurité, tu as besoin de maîtriser tout ce qui t’entoure.

Edson sorti d’un tiroir deux pinces reliés à des câbles et il lâcha:

- Je vais être celui qui t’apporte la lumière dans toute cette obscurité.

Sélène éclata de rire, et s’adressa à M. Edson :

- Ahahah, mais je suis une femme imbattable chien, jamais mon commandante ne dirait ça. Je deviens folle ahahahah ! Mais non, je dois me recentrer, attends quelle heure il est ? Ah oui c’est vrai l’heure des interrogatoires, du coup, c’est moi qui pose les questions ou c’est moi qui dois pas répondre. Je ne sais plus, je suppose que si je dis les questions dans ma tête sans parler, c’est un bon compromis hein ? ahahah Je suis fatiguée, ou pas je ne sais plus ! Bon on commence, enfin commence, je suis déjà un peu amochée donc bon ahaha ! Je vais te démonter la gueule dans tous les cas, ah c’est vrai je suis attachée, j’oubliais…

Edson appliqua les pinces électriques sur Dragunov, puis il dit:

- Je vais te poser des questions, et si tu me dis ce que je veux savoir tu n’auras pas de décharge, refuse ou mens moi et je t’envoie la fée électricité dans tout ton petit corps.

Première question, comment est ce que j’ai été ressuscité?

- La fée électricité, si même mes hallucinations deviennent folles, je vais pas m’en sortir moi ahaha.

- Mauvaise réponse!

Edson envoya une violente décharge qui fît raidir tout le corps de Sélène de douleur.

- Je répète ma question, comment j’ai été ressuscité?

- Eh bien, une cigogne nous as déposé un bébé quand on était plus jeunes, et pof un Enrique -éclatant de rire- C’est beau la nature hein ?!

- Encore une mauvaise réponse Dragunov.

Il envoya une nouvelle décharge encore plus forte et plus longue.

- Comment ai-je été ressuscité?

- Ah ça fait du bien, la prochaine fois double la sauce, sinon je risque pas de te répondre, si tu savais comme cette méthode est dépassée ahahah

- Mauvaise réponse.

Une nouvelle décharge accabla de douleur le corps de la Caparmate.

- Comment ai-je été ressuscité?

- J’entends le loup le renard et la belette …

- Mauvaise réponse.

La décharge suivante assomma Dragunov, de la sueur ruisselait sur tout son corps endolori.

Elle sombra dans les vapes, elle ne pouvait savoir combien de temps, une minute, une heure impossible à dire. Quand elle émergea Edson avait disparu et ses mains étaient intactes.

Elle s’exclama :

- AH ! Je le savais, je ne suis pas folle ahahaha Quoique, un peu quand même. Finalement Timothée avait raison. Bon c’est quand que l’autre tortionnaire, le vrai cette fois arrive !

Elle entendit derrière, le bruit de talons hauts.

Elle s’exclama de nouveau :

- Ah c’est l’heure de se faire torturer par miss la prostipute, reine des inquisitrices de médeux, suprême impératrice de Fistiland ! Ohlalala j’ai peur ! Allez on accélère le mouvement, je n’ai pas toute la journée devant moi pour la torture !

Une voix de femme, reconnaissable entre toute résonna derrière elle.

- Sélène est-ce que tu vas bien?

Elle eut pour réflexe de vouloir se retourner et se trouva dans une maison que la Caparmate reconnaissait bien. La voix derrière elle répéta:

- Sélène? Ca va?

Sélène remarqua quelle n’était plus entravée. Elle se retourna alors et vit Kida, elle eut envie de la prendre dans les bras mais s’arrêta et dit :

- Non, non, non ,non et non, tu n’es pas réelle, tu es une hallucination comme El Commandante, c’est pas possible !

Kida visiblement surprise par les propos de Sélène lui dit:

- M’enfin Sélène qu’est ce qui te prends? Si c’est une blague ce n’est pas drôle, tu vas faire peur à notre fille! Et puis c’est qui se El Commandante? Dis moi, tu n’as pas recommencer à boire en cachette?

- Notre fille ? AH non faut pas que je me laisse embobiner, tu sais pertinemment qui est El Commandante, impossible que tu sois la vraie Kida ! Je veux dormir, laisse moi tranquille et laisse moi dormir saloperie !

Kida au bord des larmes lui lança:

- Ouai va te coucher si c’est pour être comme ça.

Kida pris la petite fille qui était entrain de faire du dessin dans le salon et sortie de la maison. Laissant seule Sélène.

Sélène se mit alors à pleurer, même si elle savait cela pertinemment faux, et souhaitait réellement que ça arrive. Mais au moins, elle avait la paix, et allait enfin pouvoir se reposer loin de ses démons intérieurs. Ainsi, elle se dirigea dans la chambre à coucher et s’allongea sur le lit, et s’endormit peu à peu.

Sélène se réveilla, elle ignorait combien de temps elle avait dormi, mais quand elle se leva elle était toujours dans cette chambre à coucher, elle regarda autour d’elle et vit des photos accrochées sur les murs. Il y avait là des photos d’elle et de Kida, de son mariage et d’elle, de Kida et de leur fille.

Elle fut extirpée de ces pensées par une odeur agréable de confiture, de pain chaud et de café. Elle pouvait entendre le rire de Kida et celui de sa petite fille.

Sélène commençait à paniquer, elle doutait sur l’hallucination, et surtout son ventre vide lui disait d’aller promptement les rejoindre et manger. Ce qu’elle fit de ce pas, elle entra dans le salon, s’asseya à table, et commença son repas sans adresser un regard ou un mot à quiconque se trouvant dans la pièce.

La petite fille s’approcha et lui dis:

- Coucou mamoune, tiens j’ai fais ce coloriage pour toi.

Sélène prit le coloriage, très classique au demeurant, montrant la maison en arrière plan, et avec de dessiné “mamoune”, “mama” et enfin “Adélaïde”. Sélène fût émue par ce dessin et dis :

- Merci Adélaïde, il est très beau ton dessin. Je vais le garder précieusement !

Kida posa une cafetière pleine de café bien chaud sur la table, dit:

- Ma puce tu veux bien nous laisser, je dois parler à “Mamoune”.

La petite fille s’éloigna, Kida regarda avec un air inquiet Sélène, elle posa sa main sur la sienne et dit:

- Est-ce que tout va bien mon coeur?

Sélène répondit :

- Mise à part le fait que je ne sache pas si je suis dans la réalité ou dans une hallucination très importante, ça va. Le principal problème est que je n’ai aucun souvenir qui me dit que tout ça est vrai, je suis donc paumée ahahah …

Kida eu un air peinée, puis elle reprit:

- On savait que ça arriverait, il va falloir en parler au docteur Ingrid, tu te souviens du docteur Ingrid, c’est elle qui avait enfin trouvée se que a? Peut-être est-ce le coup d’une rechute?

Rassure moi mon amour, tu prends bien ton traitement?

- Un traitement ? De quoi tu me parles ? Le docteur Ingrid ? Bon c’est officiel, soit je ne sais plus qui je suis et c’est très grave, soit j’hallucine …

Kida changea de place pour prendre Sélène dans ses bras et elle dit:

- Tu te souviens tu as fait une terrible chute depuis ton dirigeable, tu as ensuite eu des troubles de la mémoire, puis t’as commencé à raconter des choses délirantes sur un Supervisionnat, un Ordre des Templiers et je sais plus quoi encore. C’est là qu’on a rencontrée le docteur Ingrid qui avait diagnostiquée une amnésie rétroactive partielle, elle expliquait qu’après ta chute et les trous de mémoire que ça a engendré, ton cerveau pour faire un tout cohérent pour lui c’est mis à t’inventer des histoires et a fait naître chez toi un syndrome paranoïaque.

- Ok, donc c’est officiel j’hallucine, le Supervisionnat existe, l’Ordre des templiers existe, la Ligue du Parana aussi, et même le Grand-Domaine Racinite alors que dis-tu de ça ? Tu sais si c’était réellement un problème de mémoire, je n’aurais pas inventé une histoire aussi farfelue. Donc même si ça me fait plaisir de te voir, tu n’est qu’une création de mon esprit ahahah, c’est triste …

Kida serra Sélène encore plus fort dans ses bras, mais elle n’arrivait pas à contenir ses larmes. En sanglotant elle lui dit:

- Tu sais, c’est pas facile pour moi, tu es restée trois mois et demi dans le coma, j’étais seule avec notre fille. Je me suis battue pour toi et entendre ça de la personne qu’on aime ça fait mal. Ça fait mal et c’est injuste.

Soudain une petite voix ce fît entendre:

- Pourquoi tu pleure « mama »?

Sélène prit les choses en main et répondit à Adélaïde :

- Ne t’inquiètes pas, mama pleure parce qu’elle a vu ton dessin et qu’elle l’a trouvé tellement beau que cela lui a donné des larmes de joie ! Allez retourne jouer, on doit encore terminer notre conversation entre adultes -lui caressant la tête-.

Kida était allé se réfugier à la fenêtre pour cacher ses larmes à sa fille. Puis elle prit le téléphone, composa un numéro et dit:

- Bonjour c’est Kida Dragunov, j’appelle au sujet de Sélène je crois qu’il faut la prendre en consultation d’urgence….. oui….. d’accord….. oui ça a recommencée docteur….. hm hm….. entendue merci docteur.

Sélène s’approcha de Kida et lui dit :

- Je veux pas la voir, je veux juste rester avec toi jusqu’à la fin de l’hallucination, c’est tout … S’il te plaît … Et puis, je suis sûre que tu peux tout arranger toi-même, en tant qu’impératrice atlante ahah !

Kida encore au bord des larmes, leva la main et dit:

- S’il te plaît arrête, je ne suis pas impératrice tu le sais, je n’ai pas de dons ou je ne sais quoi encore. Nous irons ensemble voir la doctoresse Ingrid, s’il te plais penses à notre fille. Est-ce que tu oserais lui dire que c’est une hallucination elle aussi?

Sélène répondit :

- Si tu veux, je peux arrêter de dire que tout cela n’est qu’une hallucination, même si je n’en pense pas moins. Mais clairement, je ne fais pas confiance à cette doctoresse et c’est pour moi un perte de temps que d’y aller.

Kida reprit:

- Et moi tu ne me fais pas confiance? -Elle se dirigea vers un buffet, ouvrit un tiroir et en sortit une pile de dossier- Tout est là Sélène, ton dossier médical depuis ta chute. Les examens biologiques, psychologiques. On a pas fait tout ça pour rien, j’en ai trop souffert pendant plusieurs long mois d’angoisse à me demander si tu allais te réveiller, si tu allais me reconnaitre, si t’allais reconnaître notre enfant. Tout ça c’est du réel, j’étais là à tes côtés j’ai tout vécus pour toi et à travers toi.

- Comprends bien que je ne peux pas concevoir que l’on est pas dans une hallucination. Dans un raisonnement, si les prémisses sont faux alors tout ce qui en découle est faux. Bah là c’est pareil, je pense que le monde est une hallucination, alors toute preuve apportée n’est que fantaisie, et donc tout est faux. Mais cela ne change en rien mon amour envers toi. Clairement, donc, juste restons ici aujourd’hui, je ne veux vraiment pas partir dans un monde d’hallucinations où je ne connais rien. Ici j’ai au moins des repères …

Kida à bout émotionnellement, leva les mains au ciel et dit:

- J’ai besoin de prendre l’air s’en est trop pour moi, occupe toi de la petite en attendant même si c’est qu’une hallucination pour toi. Soit prête dans une heure on part à la clinique. Fin de la conversation.

Kida sortit en prenant sa veste et en claquant la porte. Sélène, dépitée et décontenancée, s’asseya juste sur une chaise, regardant dans le vide, et essayant de comprendre ce qui se passe. Le temps passait, et elle restait là sur sa chaise.

Elle sortie de ses pensées quand elle entendit de petits bruit à côté d’elle. C’était Adélaïde dans son pyjama panda, la petite fille regardait fixement sa mère puis elle dit:

- Pourquoi t’es triste?

Sélène ria un petit peu et répondit :

- Je ne suis pas triste, juste très pensive chérie. Ne t’inquiètes pas. Tu as besoin de quelque chose ?

Adélaïde fronça les sourcils comme si elle était dans une réflexion très intense et puis elle dit:

- Heu, tu sais je veux pas que tu redeviennes comme avant moi. Parce que, avant, tu disais que j’étais morte et moi, bah, je veux pas mourir.

-Ne t’inquiètes pas chérie, je vais bien et tu es pleine de vie, il va en falloir beaucoup du temps avant que tu meurs. Vraiment, la vie est devant toi ahah. Et je ne redevient pas comme avant, promis !

Adélaïde s’approcha de Sélène, posa sa tête sur ces genoux et dit:

- Mais, mais, mais moi je veux pas que tu meurs et “mama” non plus je veux qu’on soit ensemble pour toujours.

Sélène tout en caressant la tête d’Adélaïde, reprit :

- Ne t’inquiètes pas, on vivra très longtemps ensemble ! Après toujours est un bien grand mot, vu que toute bonne chose a une fin, mais tu sais, il nous reste des dizaines et des dizaines d’années ensemble ! Allez assis toi sur mes genoux pour un gros câlin !

Adélaïde ria et se blottit contre Sélène. Dragunov pouvait sentir sa peau chaude et le parfum du shampoing à la fraise dans les cheveux de sa fille. Elle eut les larmes aux yeux et ne souhaitait qu’une chose que cet instant dure une éternité.

Adélaïde releva la tête, fît un joli sourire mettant en avant la dent en moins qui était tombée.

Sélène dit donc :

- Ah elle est enfin tombée ta dent ? J’espère que tu l’as mise sous ton coussin pour que la fée des dents vienne la récupérer ?

Adélaïde le regard plein de malice et pétillant, poussa un petit rire et dit:

- Ho bah oui, et j’espère qu’elle va exaucer mon voeu.

- Quel voeu ma chérie ?

- Bah tu sais, que “mama” soit de nouveau heureuse, depuis ton accident c’est plus pareil.

- Oui je sais, je cause beaucoup de soucis à mama, mais ne t’inquiètes pas je suis sûre qu’elle redeviendra comme avant à un moment ! Et puis si tu l’as souhaité, ça va forcément arriver.

- Mais du coup, faudrait que je perde une autre dent, pour que toi aussi tu ailles mieux.

- Ahahahah, ne t’inquiètes pas ma chérie, je suis sûre qu’une autre dent tombera pour moi, et puis si c’est pas une dent, une étoile filante ou une bougie d’anniversaire feront l’affaire.

Adélaïde se hissa sur les genoux de Sélène avec ces petits chaussons licorne, enlaça le cou de Sélène lui fît un gros bisous claquant et lui dit dans le creux de l'oreille:

- Je t’aime “mamoune”.

- Moi aussi je t’aime ma chérie !

Soudain la porte d’entrée s’ouvrit, ce n’était pas Kida mais une femme plus âgée qui lui ressemblait un peu.

Adélaïde sauta des genoux de Sélène et s’écria:

- Mamiiiiiiiiie!

Sélène regarda la scène, et dit :

- Ah quel plaisir de vous revoir Mamie ! Comment allez-vous en cette belle journée pluvieuse ?

Après avoir fait s’abattre sur la petite Adélaïde une pluie de bisous, elle s’avança vers Sélène et dit:

- Vous? Allons Sélène ça va faire presque 10 ans qu’on se connaît on se tutoie depuis quasiment le premier jour. Viens là que je t’embrasse ma chérie.

Elle prit Sélène dans ses bras et la serra fort, l’odeur du parfum de la belle-mère était insupportable pour Dragunov qui n’attendait que d’être libérée de son emprise pour respirer.

La belle-mère chuchote à Sélène:

- Kida m’a appelée et m’a expliquée la situation, je suis donc venue pour garder la petite le temps pour vous deux d’aller à la clinique et de passer un peu de temps ensemble.

- C’est gentil de votre part, même si je vous avoue que je vais à cette clinique à reculons, je ne lui fait pas confiance. Je compte sur vous pour la petite hallucination ahah !

De nouveau la porte d’entrée s’ouvrit, cette fois c’était Kida. La couleur rougie de ces yeux laissait clairement voir qu’elle avait beaucoup pleuré. Mais elle lança:

- Ha maman tu es là c’est parfait -elle fît un câlin à sa mère puis dit à Sélène- mon coeur on va y aller.

- Euh ça peut attendre une trentaine de minutes ? Je ne me suis pas douchée, j’ai besoin d’aller aux toilettes et je ne suis pas maquillée ahah.

- Heureusement que j’aime partir en avance, t’as dix minutes aller.

- Dix minutes t’es dure ! -Tout en courant vers la salle de bain-

Depuis la salle de bain, Sélène pouvait entendre les échanges entre Kida et sa mère mais paradoxalement elles ne parlaient pas d’elle, mais de tout et de rien. Kida lança:

- Plus que 5 minutes, Sélène!

- T’es sûre ? Mon horloge interne indique plutôt vingt minutes restantes !

Et Kida de lancer.

- ça dépend tu préfères te doucher avec ou sans eau chaude?

Sélène se mit à chanter un air disney connu :

- ~Le froid est pour moi le prix de la liberté ~~

Kida se leva et tourna le robinet de la cuisine et on put entendre Sélène faire une envolée lyrique dans la salle de bain. Elle hurla :

- Mais t’es totalement tarée ! Et après c’est moi la folle !

Kida se mit à rire et de dire:

- Bah quoi je croyais que tout n’était qu’une hallucination?

- T’es au courant que le principe d’une hallucination c’est d’être réelle ! Sinon ça s’appelle un rêve, coupe moi ce robinet sinon je te passe au travers !

Kida riat de plus belle et tourna encore le robinet et dit:

- Viens je t’attends, penses à mettre une serviette je te rappelle qu’il y a ma mère !

Sélène sortir de la salle de bain nue, encore mouillée et coupa le robinet avec une vitesse prodigieuse, avant d’aller sous l’eau, mais malheureusement, la vitesse n’étant pas suffisante, la mère de Kida a frôlé l’arrêt cardiaque en voyant sa belle-fille nue. A croire qu’elle n’avait jamais vue de femme nue !

La belle-mère prit Adélaïde par la main et l’emmena, d’un pas pressé, dans sa chambre. Kida réouvrit le robinet et dit:

- Le temps est écoulé, aller habille toi maintenant.

- JAMAIS, si tu veux me sortir dans cet état ce sera à poil ou t’attends encore vingt minutes vile sorcière coupeuse d’eau chaude !  

- C’est toi qui l’a dit.

Elle entra dans la salle de bain, coupa l’eau et mis Sélène sur son épaule et se dirigea vers l’entrée. Elle ouvrit la porte, le vent qui s’y engoufra saisie de froid Sélène qui était nue comme un ver et mouillée. Sélène poussa des petits cris et tenta de se débattre mais en vain. Kida l’installa dans la voiture et lui dit:

- T’a une serviette et des vêtements propres sur la banquette arrière, on y va, heureusement que je te connais et que je suis prévoyante.

Sélène ne voulant pas du tout y aller, commença à sérieusement ennuyer Kida, l’empêchant autant que possible de démarrer tout en disant :

- Mais euh, laisse moi du temps encore, tu veux ma mort à me sortir comme ça par ces températures !

Kida lui souria et lui dit:

- Si j’avais voulue ta mort je me donnerais pas autant de mal. Tu sais quoi, après la consultation on ira où tu veux, on fera ce que tu veux. D’accord mon amour?

- Bon de toute façon j’ai pas le choix, et vu que j’ai pas trop envie de me faire arrêter pour attentat à la pudeur, je vais m’habiller, mais je retiens ! Même si je ne sais pas combien de temps cette hallucination va encore durer !

Kida embrassa tendrement Sélène et mis la voiture en marche. Grâce au GPS Sélène pouvait voir sur la carte où elle se situait et les traits des côtes, la position des rivières, des lacs et des montagnes lui semblait étrangement familière. Elle s’exprima ainsi :

- Attends un peu, on est pas à côté d’Acedia en Asmodae? C’est typiquement le même territoire, en moins pollué certes, mais tout de même !

Kida haussa un sourcil et dit:

- Ace… quoi? Non tu te souviens pas c’était sur cette plage qu’on s’était rapprochées physiquement si tu vois ce que je veux dire. Sinon c’est dans la ville de Decans qu’on à eu notre premier appartement ensemble -elle riat- tu te souviens de l’horrible tapisserie à fleurs moisie sur les murs haha, c’était une ruine et pourtant c’était chez nous haha. Notre premier rendez-vous galant à eu lieu “chez sophiane” le restaurant turc d’Adacie, dès que je t’ai vue, j’ai tout de suite eu le sentiment que je n’aimerais personne d’autre que toi, que je ne désirais personne d’autre que toi et que c’est avec toi que je veux vivre.

Les larmes commençaient à monter aux yeux de Kida, elle posa sa main droite sur celle de Sélène, prit une profonde inspiration et elle reprit:

- On en a vécues des choses, en 10 ans de vie commune, ton ex mari qui est un vrais connard sadique, la perte de ton emploie quand la crise économique à mener à l'effondrement du système et par effet domino celui de ta société de fabrication d’aéronefs, puis tu as eu ton accident et depuis on remonte la pente ensemble. C’est pas toujours facile.

La voiture roulait sous une pluie battante, le ciel était d’un gris presque noir.

Sélène, étant toujours perdue dans les explications insensée de Kida, répondit :

- Je te préviens bouche toi les oreilles si tu veux pas pleurer, mais je n’en ai aucun souvenir. Le seul que j’ai c’est pendant l’Astra, où trois jours durant, l’on s’est beaucoup amusée. C’est tout …

Kida ne dit rien et continua de conduire. Sélène fit de même, respectant le silence imposé par Kida.

Plus les kilomètres défilaient, plus le nombre de bâtiments croisés augmentait. Les deux femmes s’approchaient de la ville, arrivé au sommet d’une côte on pouvait aperçevoir une immense ville moderne avec de hauts buildings qui se dressaient fièrement au centre du paysage. Les panneaux de directions indiquaient, Decans 5 Km.

Sélène voyant le panneau dit :

- Ah la clinique se situe dans cette ville de Decans, ou c’est juste une coïncidence de passer devant un panneau indiquant cette ville ?

Kida répondit:

- La clinique n’a pas changée de place depuis toujours donc oui...

- Roh dis-le si mes questions t’ennuient, si tu veux je me tais jusqu’à ce qu’on arrive …

- Tes questions ne m’ennuie pas, c’est juste que… C’est juste que je n’arrive toujours pas à me faire à l’idée qu’un jour tu te souviendras peut-être plus de rien, plus de moi, de nous...

- Ne t’inquiètes pas je risque pas de t’oublier ahah ! D’autant plus que va falloir exaucer le voeu d’Adélaïde !

- Quel voeux?

- Elle a souhaité que mama redevienne heureuse comme avant, essayons de le lui accorder non ? -souriant à Kida-

- Je serais heureuse si j’étais certaine que ton état soit réversible mais la doctoresse Ingrid m’a dit le contraire.

- Mais tu sais qu’il va bien falloir que tu l’acceptes à un moment ? Laisse toi vivre un peu …

- Que je me laisse vivre? ha, tu parles de cette fois où tu as faillit te jeter du haut d’un pont parce que tu ne me reconnaissais plus? Ou de cette fois où tu es retournée voir ton ex mari en lui disant “J’attends vos ordres, El Commandante”?

- Je n’en ai aucun souvenir, mais si tu tiens à être rassurée, tu pourrais me mettre un traceur dans mes affaires, au moins ça te soulagerait un petit peu non ?

- Comment tu peux dire ça Sélène? Je suis pas la CIA ou la NSA et je ne suis pas sûre que tracer la personne que j’aime pourra me rassurer au contraire. J’ai essayée de te comprendre, de voir à travers toi, mais toi, as tu un instant imaginée ce que tu faisais subir aux personnes qui tiennent à toi ici?

- Si je n’y pensais pas, je ne chercherai pas à te soulager. Donc oui, même si je t’avoue que j’ai peut-être mis du temps, je ne sais pas, mais bon… C’est pas très sain pour toi de mettre la faute de ce que tu t’infliges toute seule comme une grande sur les épaules d’une folle qui perd la boule ahahaha.

- Stop, j’ai compris ce que tu essayes de faire mais ça ne marchera pas. Pas avec moi. On reparlera après que tu ais vu le docteur.

La voiture emprunta une rue où des immeubles de briques rouges la cernait de part et d’autre. La voiture se gara, les deux femmes descendèrent, sur une façade d’un bâtiment on pouvait lire: Clinique du Docteur Samantha Ingrid, neuro-psychiatre.

Sélène dit :

- Eh bien, elle doit en palper de la thune pour avoir une clinique comme ça ! Donc elle s’appelle Samantha, je retiens ahah.

Kida ne prit pas la peine de relever, les deux femmes entrèrent dans le bâtiment. Le hall d'accueil était moderne et épuré, béton lissé au sol, meuble en bois clair, plantes vertes, plafond cathédrale dont descendaient de grand lustre design. Une petit musique relaxante était mise en fond sonore. Tout ici respirait l’art du feng shui et du bien être. Derrière son comptoire une secrétaire à la voix fluette demandant:

- Bonjour, avez-vous rendez-vous?

Kida s’avança et dit:

- Bonjour, oui j’ai appelée tout à l’heure pour être vue en urgence par Samantha Ingrid. C’est pour ma compagne, Sélène Dragunov.

La secrétaire reprit avec sa petite voix:

- Oui, c’est exact, veuillez patienter, j’informe le médecin de votre arrivée.

Sélène s’assit sur une chaise, attendant patiemment la doctoresse, même si elle lâcha :

- Quelle voix désagréable cette secrétaire, ils auraient pu faire un effort …

Kida prit un siège de distance avec Sélène et s’enferma dans le silence. Les minutes passèrent. Descendant par un escalier, une jeune femme rousse avec des yeux bleus s’approcha de Sélène et dit d’une voix calme et ferme à la fois:

- Bonjour Sélène, ravie de vous revoir, veuillez me suivre.

Sélène se mit à rire, et dit :

- Bonjour Samantha, le plaisir n’est pas partagé ahah ! D’ailleurs, n’est-ce pas un comble pour un médecin d’être heureuse de revoir son patient, j’ai toujours trouvé cela déroutant. -se levant de la chaise, s’apprêtant à suivre Samantha-

Kida resta assise et ne daigna même pas adresser le moindre regard à sa femme. Samantha emmena Sélène dans un beau bureau, spacieux et lumineux.

- Bien, commençons, la dernière fois que je vous ai vu c’était il y a trois mois, on avait parlé de vos soucis de réalité et nous avions trouvés un traitement qui semblait fonctionner. Aujourd’hui, votre femme nous a appelée pour nous dire que vous aviez de nouveau des troubles de la mémoire. C’est exact?

Sélène fît un tour rapide du bureau, et s’assit en face de la doctoresse et répondit :

- Alors nous allons faire encore plus simple. Je ne vous ai jamais vu, je n’ai jamais vu ce bâtiment, j’ai découvert que j’avais une fille, et bien que je me rapellais d’avoir passé de bons moments avec Kida, je ne me souvenais pas que j’étais mariée avec. Alors, Madame la doctoresse, que fait-on de mon cas ?

Samantha pris des notes sur un calepin, puis elle dit:

- Et si vous commenciez depuis le début, si pour vous tout cela vous est inconnus, de quoi vous souvenez de plus récent?

- Bon je vais vous récapituler brièvement ma situation. Je suis Sélène Dragunov, Caparmate du Grand-Domaine Racinite récemment kidnappée par les inquisiteurs de l’empire Atlante, dont Kida est l’impératrice. Ils m’ont amenés avec Timothée sur le Justicia, avant de me péter la gueule violemment, peut être parce que j’ai essayé de frapper l’inquisitrice qui se prénomme inquisitrice. Puis je me suis réveillée attaché à une chaise avec El Commandante me torturant, puis je me suis réveillée dans la maison de Kida, où je lui ai dit que c’était une hallucination chose vraie. Voilà voilà, et là c’est du super abrégé !

Toujours en prenant des notes:

- Hm… D’accord, donc dans votre réalité, si je comprends bien, Kida est votre ennemie puisqu’elle vous a enlevée, pourquoi selon vous?

- Ah non mais là vous vous méprenez, Kida et moi sommes amantes dans la réalité. En fait, les inquisiteurs peuvent emprisonner qui ils veulent, même sans l’accord de l’impératrice. Oui je sais c’est débile, mais bon que voulez-vous, il manque bien une case aux atlantes !

- Pourquoi vous ont ils enlevés selon vous, et pouvez vous me parler du rôle de ca...par...mate?

- Mais vous êtes longue à la détente c’est déprimant ! Bon, ils m’ont enlevé pour cause de lèse-majesté envers leur impératrice, enfin c’est plus Timothée qui a commis ce crime que moi, mais bon vu que c’est mon soumis, ils m’ont tenus pour responsable aussi .. Ah et caparmate serait un équivalent de président en fait pour faire court, si vous voulez, je me rappelle de ma constitution, je peux vous la fournir si vous le souhaitez !

La femme continua de prendre ses notes, puis elle dit:

- Pour l’instant, je cherche juste à comprendre, et pour ça il me faut comprendre votre réalité d’accord? Bon, pour résumer, Kida est une impératrice Atlante, dont les inquisiteurs vous ont kidnappée, vous présidente d’un grand domaine pour crime, d’accord. Vous avez également évoquée des tortures, et de El Commandante, c’est étonnant dans nos consultations précédentes vous m’en aviez également parlée, vous êtes toujours amoureuse de lui? Il joue toujours le rôle de dirigeant du, comment s’appelait son pays déjà?

- Le Parana ? Alors là, vous êtes totalement à l’ouest, disons qu’entre aujourd’hui et la dernière fois, il y a eu une fin du monde causée en partie par un trou noir makalien, puis je me retrouve dans les forêts du grand-domaine et je gravis les échelons pendant deux cents ans littéralement, pour enfin arriver caparmate. Suite à cela 700 ans s’écoule, bon je vous passe les détails, et c’est

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Sélène Dragunov de Grand-Domaine Racinite
Avatar
Caparmate du Grand-Domaine
37e
La Triade
Pavé de ses morts Partie 2 08/04/19 23:07

... bon je vous passe les détails, et c’est là que les atlantes en larguant leurs cités depuis l’espace dans l’eau ont causé un tsunami ravageant les racines du Saint-Arbre ainsi que d’autres pays. Vous suivez ?

- Mais oui c’est clair.

- Je sens une pointe d’ironie dans votre phrase -tout en plissant les yeux-

- Personne ne vous juge Sélène, vous pouvez tout me dire, je suis là pour ça. Alors, comment avez-vous vécu pendant plus de 900 ans? Et je reviens sur le début, si tout ceci est une illusion, dans quel but? Pourquoi? Qu’est ce qui prouverait que vous êtes bien dans le monde réel?

- Bon, j’ai 934 ans en vrai, mais c’est pas grave, je ne vous en veux pas. En fait, le Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch me maintiens en vie plus que la normale. N’essayez pas de le prononcer, vous allez vomir. Par rapport aux illusions, vous vous rappelez, la chaise, bah les tortures ont commencé plusieurs jours après m’y être réveillée en fait. Du coup je suis déshydratée, affamée, probablement aux portes de la mort, et El Commandante était une hallucination, car même si on l’avait ressuscité auparavant, il portait en sainte horreur les Atlantes. Aussi, je suis certaine que je suis dans une hallucination, c’est impossible autrement ahah !

- Comment cette “chose” vous maintient en vie? Et pourquoi ce que vous me dites n’est tout simplement pas le récit d’une hallucination et que nous sommes en ce moment dans la réalité?

- Alors, la raison est simple, je n’ai aucun souvenir de ce monde, et j’ai tous mes souvenirs de la vrai vie ! C’est aussi simple que ça. Au pire je peux toujours m’amuser vu que j’hallucine auquel cas je m’adonnerai aux tortures, mais bon, quelque chose me dit que ça me limiterait vachement dans le futur de l’hallucination ahaha ! Sinon, pour mon espérance de vie accrue, c’est grâce à l’énergie de l’Arbre, qui conserve mes cellules à un état correct plus longtemps et m’aide à pratiquer la magie. Très pratique comme énergie ahah ! Mais malheureusement dans ce monde je n’ai aucune connexion avec, en tout cas pas à ma connaissance. Au pire si j’avais l’Evilius, je pourrais aller voir l’arbre, mais là c’est compliqué …

- Et cette énergie est issue de quoi? Si j’ai bien compris, vous pensez que la torture, le kidnapping, l’inquisition, l’apocalypse mondiale et j’en passe sont réels mais pas ce monde?

- Evidemment ! C’est logique, vous n’êtes vraiment pas saine d’esprit pour une psy ! Ah et l’énergie vient de l’Arbre, nous n’avons jamais pu analyser plus loin pour le moment, même si c’est prévu, enfin quand mon procès sera passé bien sûr et que je le remporte haut la main !

- Quel procès? ha et j’oubliais qui est ce Timothée?

- Bah le procès pour lèse-majesté pardi ! Et ce Timothée, c’est compliqué officiellement c’est un membre du parlement racinite ayant insulté Kida pendant une des réunions du parlement, suite aux attentats ayant touchés Arthada, et m’ayant blessée. Après, c’est un fragile, sérieusement, il ne résiste même pas à un coup de pied dans les parties c’est vous dire !

- Hm… D’accord, et pourquoi cette personne a insultée Kida? Et connaissez-vous la raison de ces attentats?

- Alors il a insulté Kida car il pensait qu’elle m’avait ensorcelé avec ses pouvoir divins. Et la cause des attentats est indéterminée, j’avais récupéré les pleins pouvoir mais l’inquisitrice est arrivée, et vous connaissez la suite !

- Des pouvoirs divins, donc Kida et vous partagez des… dons si je comprends bien, êtes vous les seuls à le pouvoir ou pas?

- Non, on est pas les seules loin de là ! A vrai dire les inquisiteurs le peuvent, et tous les connectés à l’Arbre le peuvent techniquement. Après je ne connais pas assez certaines facettes du peuple atlante pour dire si d’autres castes bénéficient des dons ahah !

- C’est intéressant de noter que vous érigez Kida en impératrice ayant des pouvoir divin et vous dans un genre de présidente doublée d’un mage. Est-ce que pour vous cela à une signification particulière?

- Pourquoi les blouses des médecins sont blanches ? Pourquoi la gravité ? Pourquoi le Big Bang ? Pourquoi doit-il toujours avoir une signification au réel ?

- Je suis là pour vous aider, Sélène, donc vous ne voyez pas ce que ça pourrait dire?

- Pour la énième fois, je ne peux pas trouver de signification à deux événements non reliés. Navrée, par contre, dépêchez vous de me servir à quelque chose, sinon je pourrais m’agacer ahah !

- Deux événements non reliés c’est à dire? Ces évènements se déroulent dans des “réalités” distinctes?

- Mais non triple buse. Quel est le lien entre vos couleurs d’yeux et les chats birmans siamois ? Allez j’attends, vous ne trouvez pas normal il n’y a pas de liens entre les deux événements même s'ils sont dans la même réalité !

- D’accord, bon je vais analyser ça, en attendant je vais vous faire passer un scanner si vous le voulez bien, je dois m’assurer que l’état de votre cerveau ne s’est pas dégradé depuis la dernière fois.

- Comme vous voulez, tant que je sors de cette clinique de malheur ahah !

Samantha sortit son téléphone et appela:

- Oui Caroline, c’est Samantha… oui je t’appelle pour une patiente, pourrais-tu me faire un scan cérébral? … oui, je t’envois son dossier… merci.

Voilà Sélène, mon assistante va vous conduire à la salle d’examen. On se revoit plus tard.

L’assistante entra dans la salle, une jeune fille de petite taille à la peau très claire et au cheveux noirs en coupe garçonne.

- Mme Dragunov, si vous voulez bien me suivre?

Sélène se leva et s’apprêtait à suivre l’assistante, mais ne put s’empêcher de lâcher un :

- Allez-y Mlle la gnomette ouvrez la voie !

La jeune femme dévisagea Sélène et la mena à travers un dédale de couloirs jusqu’à la salle d’examen. Au centre de la pièce trônait une imposante machine qui ronronnait, un médecin en blouse blanche, la quarantaine et grisonnant entra et dit à Sélène:

- Bonjour Mme Dragunov, vous allez devoir vous mettre en sous-vêtement, la cabine est par là. Je vous en prie -lui montrant la porte avec la main-

Sélène le regarda et ria, puis dit :

- Oh vous savez, c’est une perte de temps les cabines -tout en se déhabillant devant le docteur-, si on devait avoir de la pudeur tout le temps, mais où le monde irait hein ? Ne serait-ce que pour les soldats en temps de guerre ahah !

Le médecin adressa un sourire forcé à Sélène, ramassa ses vêtements pour les mettre dans la cabine et dit ensuite:

- Bien veuillez vous allonger, je vais vous mettre un casque audio qui va diffuser des sons et vous aurez devant vos yeux un écran qui vous passera des images, vous devrez me dire ce que vous voyez et ce que vous entendez et ce que cela vous évoque.

Dragunov s’allongea sur une sorte de planche coulissante et le médecin fît glisser Sélène dans la sorte de tube qui servira à voir le fonctionnement du cerveau de Dragunov.

Le docteur alla s’installer derrière un comptoir où était disposé plusieurs écrans.

- Bien Mme Dragunov, pendant toute la durée de l’examen je vous demanderais de ne pas bouger. Vous êtes prête?

- Allons-y !

- Très bien allons-y.

Le son de la machine commença à s’intensifier, puis le casque audio commença à diffuser un son de vent, de feuillage et de chants d’oiseaux, devant Dragunov une image de forêt était affichée. Le docteur dit:

- Bien Mme Dragunov, dite moi ce que vous voyez, entendez et ce que ça vous évoque.

- Simple ahah ! Une forêt, des bruits de forêts beaucoup trop calme et enfin cela m’évoque la forêt état de Naikolunk, très jolie forêt au demeurant, même si aucune famille n’y est installée…

L’ambiance sonore changea, le bruit de vagues, de vent et de mouettes, Dragunov pouvait voir une plage.

- Et maintenant, madame?

- Bon bah j’entends des mouettes agaçantes, je vois une plage absolument laide, et ça m’évoque le tir au pigeon, ne serait-ce que pour la faire fermer à ces mouettes de malheur !

- D’accord, on continue.

Sélène entendit un bruit sourd, comme une sorte de bruit blanc, devant elle quelque chose de lumineux entouré de noir.

- Dites moi tout Mme Dragunov.

- Alors je vois un halo de lumière, et j’entends un bruit sourd assez énervant encore. Pour l’évocation, je dirais que le bruit sourd représente les appareils en panne suite à une fin du monde, et la lumière entourée de noir l’ouverture de la porte d’un bunker nucléaire !

Le médecin, ne dit rien pendant quelques minutes, puis reprit:

- Bien, dites moi ce que vous voyez.

Sélène entendait toujour ce bruit sourd et cette étrange image. Par moment une silhouette étrange baignée de cette lumière apparaissait dans des flashs.

- Alors je vois une sorte … de silhouette, à vue de nez je dirais que c’est Kida quand elle se téléporte, mais je ne suis pas sûre ..

Dragunov entendit dans la voix du médecin une sorte de perplexité, il lui dit:

- Confirmez moi ce que vous voyez s’il vous plait.

Le bruit de fond devenait de plus en plus intense, et dans les flashs en plus de cette silhouette Sélène commença à voir l’Arbre Saint en feu, la cité d’Atlantis en proie au chaos, le visage de l’inquisitrice et enfin Adélaïde. Sélène commençait à se sentir pas très bien.

- Euh, il y en a encore pour longtemps, je me sens mal, et pour ce que je vois ça change tout le temps, je vous communique lequel ?

- Encore un moment Mme Dragunov, dites moi ce que vous voyez.

La voix du médecin se faisait de plus en plus lointaine, à mesure que le bruit sourd commençait à envelopper Dragunov, ses flashs s'intensifiaient et elle pouvait voir le Coeur de Cristal, Kida déchainer sa colère et emporter des millions de vies, elle entendait des milliers de voix criant de peur.

Sélène, totalement paniquée dit :

- Laissez moi sortir, vite, de toute façon je vais bouger si je panique plus encore. Je crois que l’hallucination s’effrite avec votre connerie !

Le médecin sorti Dragunov du tube, elle se sentie comme sonnée, avec une sorte de sifflement dans les oreilles mais les étranges images avaient cessées. Le docteur lui dit, avec un air mélangeant inquiétude et surprise:

- Ne vous inquiétez pas, c’est fini, prenez votre temps pour vous relever. J’envoie les résultats à votre médecin. Je vais appeler notre assistante pour qu’elle vous ramène.

Sélène, essayant de reprendre son calme, dit :

- Alors, mon cerveau va bien hein ? ahah ! Bon pas la peine pour l’assistante, rendez-moi mes vêtements et je m’en vais, j’en peux plus de cette clinique, j’ai besoin de me reposer.

- Vos vêtements sont dans la cabine.

L’assistante entra dans la salle et fit signe à Dragunov de la suivre. Sélène, même si fatiguée, suiva l’assistante, un peu effrayée de la réaction de Kida si elle terminait pas son rendez-vous, mais souhaitait que cela se termine vite et bien, trop de temps avait été déjà perdu.

La doctoresse Ingrid dit à Sélène:

- Madame Dragunov, je dois m’entretenir avec mes collègues, je vous laisse patienter, vous pouvez aller rejoindre votre femme.

Sélène suivit les recommandations de la doctoresse, et retourna dans la salle d’attente.

Kida se leva et prit Sélène dans ses bras et dit:

- Alors?

- Bah j’ai passée un scan horrible, et là Ingrid a dit qu’elle devait discuter avec ses collègues … J’espère qu’elle en a pas pour longtemps, j’en peux plus d’ici.

Kida poussa un soupir comme pour chasser l’angoisse qu’elle avait accumulée depuis son arrivée dans la clinique, puis elle dit:

- J’ai faim et soif, je te ramène quelque chose?

- Faisons mieux, je t’accompagne !

Kida dit à l’assistante qu’elles seront dans le café en face de la clinique.

Elles sortirent de l’endroit et en même temps elles prirent une profonde inspiration d’air frais.

Le café était moderne et très chic.

Kida prit la carte et fît les gros yeux en disant:

- 8$ un café?! Il y a de l’or massif dedans où comment ça se passe?

Un serveur s’approcha et dit:

- Bonjour mesdames, vous désirez?

Sélène regarda le serveur, longuement, très longuement, puis dit :

- Bonjour, hélas nous n’avons pas encore choisi, je vous ferai signe une fois que nous aurons décidé de notre commande, même si vu les prix exorbitants, elle va être légère ahah !

Le serveur fît un sourire et dit:

- Très bien j’attends votre commande, je vous recommande également la formule du jour, une part de tarte aux fruits rouges avec un café pour 10$.

Kida regarda Sélène attendant sa réaction. Réaction que ne se fît pas attendre :

- Merci de votre proposition, mais quand je vous dis que je vous fait signe, j'espérais que vous dégagiez de ma vue et que vous vous mettiez en dehors de notre conversation.

Le serveur s’éloigna en se raclant la gorge.

Kida dit:

- Bah vu le prix du café et la part de tarte séparé, leur formule vaut le coût. Moi je vais me prendre ça et toi?

Sélène hésita longuement, et dit :

- Bon, bah va pour la formule, vu que y’a rien de moins cher, je vais éviter de nous saigner économiquement ahah ! Ohé, m’sieur le serveur, vous pouvez ramener vos fesses !

Le serveur arriva prit les commandes et s’en alla. Kida regarda intensément Sélène, prit ses mains et dit:

- Comment tu te sens?

- Je me suis toujours pas remise de ce scan, je crois que le cristal a encore des effets sur moi même ici … Déprimant. D’ailleurs, j’ai toujours ce bruit dans les oreilles, c’est très agaçant, et toi, tu te remets de ton stress ?

Kida adressa un sourire compatissant, regarda par la baie vitrée et dit:

- Je ne comprends pas toujours ce qui se passe dans ta tête, ce que tu vois ou entends et personne à part toi ne le peux mais j’attends avec impatience que le médecin nous dise que ça va aller mieux, donc j’arrêterais de stresser quand nous aurons reprises le cours normal de notre vie.

- Espérons que oui, le médecin me dise que c’est bon … Même si je serai déjà contente de pas finir à l’asile, si t’avais vu sa tronche quand je lui ai résumé mes souvenirs, c’était inoubliable ahah !

- Ne me parle pas d’asile, je me suis assez battue pour que tu n’y termines pas.

Le serveur arriva avec son plateau, déposa les deux tasses de café et deux petites assiettes avec les parts de tarte, il déposa également une coupelle avec l’addition dedans.

Sélène prit sa tasse, et dit :

- Bon appétit Kida. Bon on se fera mal après en regardant l’addition ahah !

Kida prit une gorgée et répondit:

- A toi aussi mon amour.

Les deux femmes mangèrent tranquillement, quelques instants plus tard, le téléphone de Kida sonna, elle décrocha:

- Allô? oui… d’accord nous revenons... -elle dit à Sélène- C’est la clinique, la doctoresse t’attends dans son bureau, vas-y je vais payer et je t’attendrais dans la salle d’attente.

- D’accord, bon bah on est repartie …

Sélène se dirigea vers la clinique, et rentra à l’intérieur. Elle rejoint bien vite le bureau de la doctoresse, pressée de quitter cet endroit. Elle dit tout en restant proche de la porte :

- Alors, votre conversation s’est bien passée ?

La doctoresse regardant des papiers, redressa la tête et dit:

- Sélène, entrez et prenez un siège, nous devons parler.

Sélène s’exécuta, Samantha reprit:

- Bien, le docteur Sebastian qui a mené le scan avec vous, m’a transmis les résultats de votre examen. Et les résultats ne sont pas bons Sélène. Si vous vous souvenez, vous avez d’abord eu une image de forêt, puis de plage, et ensuite vous souvenez de ce qui c’est passé?

- Euh eh bien l’autre docteur m’a mis un bruit sourd dans les oreilles, et m’a montré un halo blanc, puis des formes sont apparues dedans. Pourquoi donc ?

- Non Sélène, ensuite le docteur vous à mis une image d’une famille lambda, avec des rires d’enfants en fond sonore. Quand vous avez eu vos “visions”, votre activitée cérébrale a triplée, vos signes vitaux se sont également emballés. Je ne sais pas encore ce qui s’est passé mais la piste la plus sérieuse que nous avons, au vu des images de votre cerveau est que les zones blanches, les zones mortes de votre cerveau depuis votre accident, se sont agrandies. Cet agrandissement entraîne l’aggravation des symptômes que vous avez, comme les hallucinations et la paranoïa. Vous comprenez?

- Votre hypothèse est idiote, vraiment. Si mon “trou” s’est agrandit, cela ne devrait pas causer une augmentation de l’activité, mais une diminution générale. Ou une augmentation d’activité constante mais pas ponctuelle. Je penche plus pour le cristal voyez-vous, la source de pouvoir de Kida. C’est plus cohérent, et ce serait moins fou. A la limite, pour vérifier ça, je pourrais repasser un scan dans quelques jours non ?

La doctoresse fît une moue dubitative et dit:

- Sélène, je vais être directe, vous êtes entrain de mourir. Votre cerveau tente désespérément de rester en vie, au fur et à mesure de la progression de votre pathologie mais à mesure que le temps passera, vous commencerez à perdre de plus en plus la mémoire, d’abord les souvenirs, puis ensuite les fonctions motrices commenceront également à décliner progressivement. Comme je vous l’ai dit je ne comprends pas tout, vous êtes un cas unique. Mais entre aujourd’hui et le scan effectué il y a trois mois, les zones blanches ont augmentées de 14%. Je peux vous fournir un traitement qui ralentit les effets de la maladie mais ça n’est que temporaire et les effets secondaires sont assez lourds.

- Mais docteur, évidemment que je meurs, vous ne m’apprenez rien là. Je suis en vrai sur une chaise depuis plusieurs jours, sans boire ni manger. Cela me semble naturel. Ah et j’en veux pas du traitement, cela ne m’intéresse pas. Aussi, vous avez interdiction formelle de révéler ma pathologie à quiconque, compris ?

- Comme vous voudrez mais si je peux vous conseiller ce serait d’en parler à votre épouse. Les dégradations vont aller en empirant et elle doit se préparer à ça.

- Ne vous inquiétez pas pour moi docteur, je vais lui alléger ses pensées ahah !

- Bien dernière chose avant de vous libérer, au vu des résultats, je penses qu’il doit vous rester environ 3 à 4 mois avant que… enfin vous voyez...

- Non je vois pas, allez-y cruement !

- Très bien, il vous reste 3 à 4 mois avant que les dégâts sur votre cerveau ne vous soit fatals.

- Très bien, merci docteur, je vous inviterai à ma crémation ahah !

- Au revoir Sélène.

Sélène sortit du bureau, et retourna dans la salle d’attente. Kida était là dans son regard on pouvait lire l’inquiétude. Elle se leva et dit:

- Ca y est? C’est fini? Alors?

- D’après la doctoresse, ça s’agrandit peu à peu, mais c’est très lent, et même si des symptômes pourraient apparaître, en somme, mes jours ne sont pas en danger, c’est déjà pas mal ahah !

Kida prit Sélène dans ses bras et dit:

- Tu mens très mal comme toujours. Mais je suis là tout va bien aller.

Elle ouvrit la porte de la clinique et sortie. Elle monta dans la voiture, Sélène prit un temps de réflexion avant de monter à son tour.

En s’asseyant dans la voiture, elle dit :

- Kida, tu sais que je t’aime, mais tu devrais t’éloigner de moi pour ton bien, je voudrais pas te faire de mal avec des symptômes … Gênant.

Kida démarra la voiture et dit:

- On verra ça plus tard, en attendant, je t’avais promise que l’on irait où tu veux, donc dit moi.

- Hmm, tu n’as pas dit la distance maximale hein ? Auquel cas, que dirais-tu d’un voyage en famille avec Adélaïde ?

- Ce serait chouette oui et on va où? Dans un endroit où il fait chaud?

- Oui ne t’inquiètes pas, même si j’ai pas le nom du lieu dans ce monde, en rentrant je fais une petite recherche et on y va ahah !


Le couple arriva chez eux à la nuit tombée, la tempête qui avait balayée la région était passée, dans le ciel brillait une myriade d’étoiles et la lune était parfaitement ronde.

Quand Kida et Sélène entrèrent à l’intérieur, Adélaïde et sa grand-mère étaient entrain de jouer à un jeu de société.

- Mamaaaa Mamouune -s’écria Adélaïde-

- Bonsoir ma chérie -dit Kida en l’embrassant-

Sélène attendit que Kida relâche son emprise d’Adélaïde pour la prendre dans ses bras et lui faire tout plein de câlins.

- Vous voilà enfin, ça été? -Lança la grand-mère-

Sélène répondit :

- Oh oui, tout s’est très bien passé, c’est juste passager apparemment ahah !

Kida ne dit rien, sa mère s’avança, embrassa sa fille et Sélène puis dit:

- C’est pas que je ne veux pas rester mais il faut que je rentre, j’ai mes chats à nourrir, bonne soirée à vous. Rétablis toi vite Sélène.

- Merci Grand-mère, allez, files ahah ! Sinon tes chats vont te manger toute crue !

Kida lança à Adélaïde:

- Aller chérie, va prendre ton bain, je vais préparer à manger et ensuite au dodo.

- D’accord Mama…

Adélaïde alla en courant dans la salle de bain, tandis que Sélène s’attela à la recherche de la destination rêvée. Objectif, aller à Arthada, même si elle ne savait pas le nom de l’endroit dans ce monde, elle utilisa un site cartographique. Après une bonne demie-heure de recherche, elle trouva le nom de l’endroit, il s’agissait de Cléiade.

Sélène dit à Kida :

- Dis-moi, je réserve pour quand et pour combien de temps ?- C’est où? Réserves quand tu veux.

- Direction Cléiade ! Et je réserve pour après-demain ça va ? Bon par contre le voyage va être un peu long, je te l’accorde ahah !

- Pourquoi tu veux aller aussi loin? Les magnifiques plages de Berioles sont plus proches et il y fait chaud. Mais bon je t’ai promis et une promesse est une promesse. Donc oui réserve.

- Bah c’est juste que je connais le lieu dans mes hallucinations, et du coup, je voudrais voir comment il évolue ici, c’est un peu chez moi là-bas aussi. Bon je nous prends quatre jours, comme ça on pourra bien visiter ahah !

- D’accord, Adélaïde sorts de la douche ou sinon le père glaçon va venir par les tuyaux.

- Oh non pas le père glaçon ! Euh j’arrive !!!

Adélaïde se précipita pour se préparer, et en cinq minutes seulement, elle était prête, et sortit de la salle de bain.

Kida prit Adélaïde et l’installa sur sa chaise pour se préparer à manger puis elle lança à Sélène:

- Tu vois que c’est possible d’être prête en 10 minutes notre fille y arrive très bien hahaha. Bon aller, à table.

- Tu ne peux pas comparer, moi je suis plus grande, du coup j’ai besoin de plus de temps pour laver la surface supplémentaire ahah !

- Tu es peut-être plus grande mais tu n’a pas grandie t’es toujours une enfant hahaha et j’adore ta surface supplémentaire.

- Mais je suis pas une enfant ! Je ne vois pas de quoi tu veux parler … Au fait, Adélaïde, Mama et moi on a décidé d’un voyage en famille !

- C’est vrai? Trop bien!!

Les yeux de la petite fille s’illuminaient de joie.

Elle reprit:

- Et on va où?

- Direction Cléiade, c’est un peu loin, mais ça vaut le détour ahah. On part après-demain !

- Je sais pas où c’est, mais j’espère qu’ils parlent comme nous.

- Oh ne t’inquiètes pas pour ça, même s'ils parlent pas comme nous, je serais celle qui traduit !

- T’inquiète pas ma chérie -dit Kida- au pire nous avons des applications de traduction.

Kida déposa sur la table un plat plein de poisson reposant sur son lit de riz.


Le repas se passa sans accro, tout le monde alla se coucher.

Deux jours plus tard, l’agitation regagna à nouveau la maisonnée. Il fallait faire ses valises, et vite, il ne restait plus que 3 heures pour tout faire, et rejoindre l’aéroport. Ainsi, l’on pouvait voir Kida absolument affolée courir de partout dans la maison, Sélène totalement excitée à l’idée du voyage, et Adélaïde … Dormir, ne pouvant s’endormir correctement la veille, elle semblait rattraper sa nuit perdue au pire moment possible !

- Adélaïde réveille toi, faut qu’on y aille, prépare ta valise -Dit Kida en ouvrant grand les volets dans la chambre de fillette-.

- Oh laisse moi dormir …

- Tu dormira dans la voiture, aller debout chérie -répondit Kida en tirant la couette d’un coup-

- D’accord Mama …

Au pas de course toute la petite famille prépara ses affaires et embarqua dans la voiture direction l’aéroport.

Pendant le trajet, Adélaïde termina son sommeil et deux heures plus tard tout le monde était bien arrivé.

Kida regarda sur les panneaux d’affichage et dit:

- Cléiade, vol 1354, embarquement porte 9, ok, direction la porte 9 alors.

Pendant environ 15 minutes elles tournèrent en rond dans le dédale gigantesque de l’aéroport, avant enfin de trouver la porte 9.

Elles se présentèrent au comptoir d’embarquement, l’hôtesse d’accueil dit:

- Bonjour, vous embarquez pour le vol 1354 à destination de Cléiade?

- Tout a fait - répondit Kida - voici nos billets.

- C’est parfait, veuillez déposer vos bagages sur le tapis roulant s’il vous plaît.

Kida déposa sa valise, l’hôtesse y accrocha une sorte de papier plastifié puis la valise glissa sur le tapis jusqu’à disparaître derrière de grosse lanières noires.

Sélène déposa à son tour sa valise et aida Adélaïde à en faire de même.

L’hôtesse procéda aux dernières vérification et dit:

- Tout est en ordre, vous allez pouvoir patienter dans la salle d’embarquement numéro 9. Je vous souhaites un agréable vol avec Cléiade Airlines.

Sélène et toute la famille alla dans la salle d’embarquement, s’asseyant où il était possible. La salle était bien remplie, à croire que Cléiade était une destination côtée. Sélène dit :

- Enfin arrivées ! Je n’y croyais plus, je pensais que tout cela allait se terminer en retard ahah !

Kida poussa un soupir d'essoufflement et dit:

- Ca a bien failli mais nous avons eu un peu de chance…

- Regardez -dit Adélaïde- les avions, c’est gros!

La petite fille avait littéralement le nez collé sur l’immense baie vitrée qui donnait sur le tarmac.

Sélène ria et répondit :

- Eh bien heureusement qu’ils sont gros, on va devoir tous rentrer dedans déjà ! Imagine si ils étaient tout petits, on aurait même pas pu rentrer dedans ahah !

Devant la baie vitré, un avion approchait, il s’avança encore jusqu’à ce que son nez ne soit plus qu’a quelques centimètres de la vitre.

Adélaïde impressionnée par l’engin qui occupait les deux tiers de la vu, retourna contre ses mamans.

Une voix nasillarde dans un haut parleur annonça:

- Les passagers du vol 1354 à destination de Cléiade sont priés de se présenter en zone d’embarquement porte 9. Passengers of flight 1354 to Cléiade are requested to arrive in the boarding area door 9. Fluggäste des Flugs 1354 nach Cléiade werden gebeten, in der Einstiegsbereichstür 9 anzukommen.

- C’est pour nous ça - dit Kida-.

La famille se présentât devant la porte 9, un stewart leur dit:

- Veuillez attendre quelques instants je vous pris.

Un instant plus tard, la famille embarquait dans l’avion.


Le vol devait durer 6 heures environ, Kida lisait un livre pour s’occuper, Adélaïde jouait avec ses poupées et ses petits soldats et Sélène dormait.

Pendant son sommeil elle revue les étranges visions qu'elle avait eu pendant son scan à la clinique. Elles étaient plus intense, Sélène pouvait à présent distinguer que ce qu’elle prenait pour une lumière était en faite le Coeur de Cristal et la silhouette lumineuse c’était Kida mais constituée d’énergie pure. Elle voyait l’inquisitrice se battre contre Kida, elle voyait des mondes en flammes, elle voyait l’Arbre Saint mourant, perdant ses feuilles. Elle voyait Atlantis tomber en ruine et sombrer dans l’océan, d’imposants vaisseaux en feu se briser en morceaux et s’écraser provoquant des cataclysmes. Elle voyait des foules de personnes mourrires dans un torrent de flamme et de fumer. Le bruit blanc qui sifflait dans ses oreilles se transforma en brouhaha de bombardement et de cris. Elle fût réveillée par Kida.

Encore troublée par ses visions, Sélène dit :

- Ah c’est toi … Bon ouf. Oui qu’y a-t-il ?

- Qui veux tu que ce soit? Bon bref, je disais tu surveille la petite il faut que j’aille aux toilettes.

Kida se leva et partie. Une hôtesse passa et dit à Sélène:

- Tout va bien madame? Avez besoin de quelque chose? A boire, à manger, un film, un oreiller?

- Oui oui, tout va bien c’est bon merci, et ne t’inquiètes pas je m’occupe de surveiller Adélaïde Kida.

Sélène resta donc seule avec ses pensées et Adélaïde qui jouait sagement.

Sélène demanda à Adélaïde :

- Dis-moi ma chérie, on a décollé depuis combien de temps d’après toi ?

- 2h34 -répondit Adélaïde avec un grand sourire-

- Ouah, c’est précis dis-donc ! Tu m'impressionnes ahah !

- Bah je sais lire, c’est écrit ici sur l’écran haha!

- Ah bah mamoune est donc aveugle, je ne l’avais pas vu ! Quelle idiote je fais ahah

Une voix derrière elle dit:

- Heureusement que ta tête est accrochée à ton cou sinon tu la perdrais.

C’était Kida qui était revenue.

- Ah ! Parfait, je vais pouvoir me rendormir, en espérant ne pas avoir de nouveaux cauchemars ahah !

- Des cauchemars? En effet, c’est pas cool. Repose toi mon amour.

Sélène prit la main de Kida en guise de doudou, puis s'endormit paisiblement.


Sélène faisait un beau rêve, elle était avec Kida sur la plage, elle l’embrassait. Mais quelque chose n’allait pas, soudain elle vit du sang s’écouler par les yeux de Kida, elle commença à convulser avant de se transformer en une mare de sang. Paniquée, Sélène se mit à courir, elle entendit une explosion derrière elle, en se retournant elle aperçut dans le ciel deux grands vaisseaux côte à côte se tirer mutuellement dessus, la plage autour d’elle avait disparue, elle était à présent dans un village incendié. Elle vit Adélaïde en pleurs, elle voulut courir vers elle, mais elle aperçut derrière elle l'inquisitrice s’approcher de sa fille, la grande femme prit la fillette dans ses bras et l’emmena avec elle. Avant que Sélène n’eu le temps de réagir, elle sentit une vive douleur à la poitrine qui l’arrêta nette. En regardant, elle aperçut la lame de l’épée traversant son ventre. La lame se retira de son corps, en se retournant elle vit à nouveau l’Inquisitrice. Elle sombra mais fût soudainement réveiller par une nouvelle explosion, elle était sur Arthada en caparmate, elle voyait sa capitale se faire bombarder par des vaisseaux et des soldats envahir la ville.


Elle fut extirpée de ses visions d’horreur par Kida qui la réveilla, d’une voix douce et calme elle lui dit:

- Réveille toi mon amour, on arrive dans moins de 20 minutes.

Sélène, essoufflée par ses visions, et encore un peu dans les vapes, répondit mollement :

- Ah … D’accord, je vais essayer de rester éveillée …

Le reste du vol se passa sans encombre et la famille arriva à Cléiade de nuit. La mégalopole brillait de milles feux quand l’avion survola la ville pour atterrir.

Sélène voyant ce spectacle, dit :

- Oulà, je crois que la ville est bien différente de mes visions, j’espère trouver ce que je cherche, même si ça ne sera probablement pas le cas …

Kida répondit:

- Et moi j’espère tout simplement qu’on se retrouve.

- C’est sûr que ça serait pas mal ahah !

Une fois débarquée, la famille se trouva une chambre d’hôtel pour passer la nuit. Kida qui n’avait pas fermé l’oeil pendant les six heures de vol s’endormit comme une masse. Adélaïde était également bien fatiguée, seule Sélène pétait le feu, pour avoir dormi pendant tout le trajet. Elle entreprit alors sa recherche pendant son temps libre, retrouver le Saint-Arbre, peut importe sa forme ou sa taille actuelle. Ainsi Sélène décida de descendre à la réception et demanda :

- Bonsoir, excusez moi de vous déranger, mais auriez-vous des informations sur un vieil arbre dans la région, ou alors connaissez-vous un endroit qui pourrait me renseigner ?

Le réceptionniste avec un étrange accent, lui dit:

- Now désolé ette puis à c’t’heure là, runo d’ouverte, madame.

- Ah, je comprends … enfin à moitié mais j’ai compris l’idée ahah ! Merci quand même !

Avant que Sélène ne s’éloigna le réceptionniste avec un sourire lui dit:

- Si you sortiré, uno carté you youlez?

- Ah oui, si vous avez une carte de la ville je suis preneuse !

Le réceptionniste lui donna un plan de la ville, elle était littéralement gigantesque couvrant des centaines de kilomètres carrés de béton et de bitume. Sélène a été prise d’une légère perte de confiance en elle à la vue de la carte, mais se ressaisissa, et cherchait tous les parcs de la villes, ainsi que tous les lieux historiques, qui seraient les plus à même d’avoir un arbre millénaires. Mais quand elle se rendit compte de la quantité de parcs, de jardins privés d’espaces verts et autant de lieux historiques, elle savait qu’elle devait affiner ses recherches. Elle entreprit donc de faire des recherches sur un ordinateur, et demanda donc au réceptionniste :

- Auriez-vous un ordinateur de libre pour que je fasse quelques recherches ?

Le réceptionniste leva un sourcil d'étonnement et dit:

- Je suis dérolé madame, mais you trouyé uno à la bibliothèque de le ville.

- Bibliothèque qui, je suppose, n’est pas ouverte n’est-ce pas ?

- Ho si madame, les espaces coultourelles sont ouvert la nouit.

- Très bien, merci pour ces informations.

Sélène prit donc sa carte, et regarda où se situait la bibliothèque. Après quelques minutes de recherche, elle trouva la bibliothèque sur la carte, et s’y dirigea promptement, sortant de l’hôtel. La bibliothèque se situait selon la carte à 5 kilomètres au nord-est de l’hôtel, de fait, elle mit une trentaine de minutes à arriver sur les lieux. Le bâtiment était imposant, mélangeant architecture ancienne de style antique et éléments modernes comme un immense dôme de verre. Sur le fronton était inscrit: Qui novit in tenebris nihil est mundum - L'homme qui ne sait rien, c'est le monde en ténèbres. De l’extérieur on pouvait apercevoir les hauts vitraux illuminés de l’intérieur, illustrant des scènes religieuses anciennes. Entrant dans l’immeuble, Sélène eut d’abord l’odeur des livres qui lui réveilla de vieux souvenirs puis sous ses yeux elle voyait à quel point la bibliothèque était immense. Elle s’étendait sur une vaste surface qui se trouvait en contrebas de sa position. Elle pouvait voir les rayonnages parfaitement alignés de livres de toutes les couleurs. Au centre ce trouvait une sorte de zone circulaire où étaient disposées des dizaines de tables, le long de mur des grands bancs étaient également disposés et quelques personnes lisaient où étudiaient dans ces espaces dédiés. Un homme grisonnant, portant un sweat à l’effigie d’un club de sport local, s’approcha de Dragunov et lui dit:

- Puis-je vous aider madame?

- Bonsoir, oui effectivement, j’aurais besoin de deux renseignements, premièrement, où se situe la partie de la bibliothèque consacrée aux ordinateurs, et deuxièmement, possédez-vous des livres résumant les cultes de cette région ?

L’homme dit à Dragunov:

- Veuillez patienter, je vais voir sur mon poste de travail si j’ai ce qu’il vous faut.

Alors que l’homme était plongé dans son écran, Sélène remarqua un détail intriguant sur un des vitraux. Il représentait une scène de vénération, en bas du vitrail plusieurs individus étaient prosternés devant une silhouette féminine qui était située sur le haut du vitrail et qui semblait descendre du ciel.

- Voilà madame -repris l’homme- le poste informatique numéro 43 est libre, il se trouve au fond de la bibliothèque, voici un plan de notre établissement et le code d’accès à l’ordinateur.

Pour ce qui est des livres j’ai trouvés plus d’une centaine de référence, si vous me donniez des précisions je pourrais affiner mes recherches. Vous pouvez également, effectuer vos propres recherches via notre catalogue sur notre site internet.

- Très bien, merci pour tout, je pense que je vais faire mes propres recherches, au moins, je serai certaine qu’un résultat intéressant n’a pas été omi.

Sélène regarda le plan de la bibliothèque et se dirigea vers le fameux poste informatique. Déjà 1 heure et 5 minutes s’était écoulées depuis qu’elle a quitté sa chambre, il fallait qu’elle se hâte pour ne pas paraître suspecte à Kida. Elle se dirigea donc vers le poste au pas de course.

Une fois devant, elle s’assit et rentra alors le code d’accès. Heureusement pour elle, le code marchait à merveille, et elle entama ses recherches en commençant par chercher un livre résumant les cultes de la région. Elle cherchait tout particulièrement des cultes en rapport avec un arbre ou la nature. Cependant, il semblait après une bonne recherche qu’aucun culte ne ressemblait de près ou de loin à ce qu’elle voulait, le tout restant très animiste.

Elle lança une deuxième recherche, cette fois sur le passé de cette bibliothèque, et plus précisément sur le passé du vitrail l’ayant interpellé auparavant. Ses recherches ont été fructueuse. Elle trouva une légende racontant qu’une déesse venue à bord d’un char de feu a apportée la connaissance et la paix aux humains alors non-civilisés. Elle pensa d’abord à une théorie de complot impliquant des OVNI un peu fumeuse, mais plusieurs sites étaient bels et bien d’accord sur ce passé. Néanmoins, peu importe le site, la silhouette du vitrail n’est pas plus précise, même si d’autres représentations semblent exister, toutes font état de cette silhouette.

Cette légende était connue sous le nom de “Illumination”, et même si la ligne directrice de la légende reste la même peu importe le site, les détails, eux, changent à chaque fois. Néanmoins, cinq lieux d’arrivée de la déesse revinrent souvent dans les détails de la légende, et les nota sur sa carte de la ville avec la mention “à visiter”.

Pour finir Sélène effectua une nouvelle recherche internet, dans le but de cibler les lieux potentiels pour trouver l’arbre. Elle choisit de regarder l’intégralité des lieux possibles, en éliminant arbitrairement tous les lieux ayant été créés après l’année 1900 par l’homme, ce qui fît un peu le ménage. Ne lui restait plus qu’une quatre-vingtaine de lieux possibles.

Ainsi, après deux heures trente de recherches acharnées, Sélène avait enfin toutes les informations qu’elle souhaitaient. Elle ferma sa session et alla rejoindre l’homme qui lui avait donné le code d’accès pour le lui rendre.

L’homme récupéra le code et dit:

- Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez madame?

- Oui et non, à vrai dire, j’ai plus trouvé des pistes intéressantes que de véritables faits, mais je vais éclaircir tout ça dès demain ! Sur ce je vous souhaite de passer une bonne fin de nuit Monsieur.

- Merci Madame à vous également et n’oubliez pas comme disait Platon: “La connaissance des mots conduit à la connaissance des choses.”

Une fois sortie de la bibliothèque le téléphone de Sélène sonna, c’était Kida. (tu fais quoi là?) Bah je réponds allons-y x) a toi l’honneur Oh merci Voilà débrouille toi avec ça XD

Sélène décrocha son téléphone et dit :

- Allô ?

- Sélène tu es où enfin? -Dit Kida d’une voix mélangeant inquiétude et colère-

- Oh je suis sortie me rafraîchir les idées, je n’arrivais pas à dormir, du coup je suis allée me plonger dans des livres, et j’ai recherché des lieux où aller demain ahah !

- Tu exagères Sélène Dragunov, tu aurais au moins pu me prévenir non?

- Je n’avais ni papier ni stylo, et je n’allais pas te réveiller pour si peu.

- Et quand t’es partie t’a pas pensé à demander au réceptionniste de te fournir un papier et un crayon non? Sérieusement!

- J’ai oublié … J’étais tellement enthousiaste à l’idée d’aller dans une bibliothèque que j’ai totalement zappé que le réceptionniste pouvait me fournir ça ahah.

- Mais bien sûr, évidemment Sélène, prends moi pour un lapin de trois semaines. Si t’es pas rentrée dans 10 minutes, tu dormiras sur le palier.

Kida raccrocha. Sélène la rappela aussitôt. Pas de réponse. Tout en marchant, Sélène la rappela encore et encore, et encore … Mais Kida avait éteint son téléphone. Sélène, devant l’imminence de sa punition, décida de se mettre à courir comme une demeurée dans la ville, espérant rentrer dans les temps à l’hôtel. Mais en chemin elle se trompa de direction et se retrouva sur une grand avenue très fréquentée autant par les badaux que les voitures.

Sélène, désespérée, déboutonna en partie sa chemise et fît du stop.

Une première voiture s’arrêta, un homme adipeux émergea de la fenêtre et dit:

- C’est combien?

- Il y a malentendu, j’ai besoin de rentrer à mon hôtel, mais il est sûr que je saurais vous récompenser si vous pouvez m’y amener très rapidement.

Le vieil homme, rougeau avait les yeux plongés dans le décolleté de Sélène et dit:

- Bah ça dépend, tu m’offres quoi si je t’emmène dans cet hotel, hmmmm… hein coquine?

- Quelque chose qui te plaira j’en suis sûre ahah ! -en croisant les doigts dans son dos-

- Ok vas-y monte, petite cochonne, hummm….

Sélène lui indiqua sur la carte où elle devait se rendre, et l’homme s’exécuta. Sélène et son chauffeur arrivèrent devant l’hôtel, Sélène regarda l’heure sur son téléphone, il lui restait quelques minutes. Elle voulut sortir de la voiture mais l’homme l'agrippa fermement par le poignet et lui dit en se touchant les parties intimes:

- hé tu vas où comme ça ma jolie, tu m’avais promis une récompense, une promesse c’est une promesse.

- Mais bien sûr, et je compte totalement la respecter mon chou, néanmoins, je dois juste me dépêcher d’aller dans l’hôtel pour récupérer quelque chose, et je reviens tout de suite !

L’homme soufflant comme un buffle, verrouilla la voiture te dit:

- Ce truc peut attendre, alors que moi j’ai les boules tu peux tâter.

Sélène senti la grosse masse graisseuse commencer à lui rouler dessus. Elle voulut se débattre mais elle n’avait pas assez de force pour un homme d’un tel poids. Elle se mit à crier en sentant les doigts boudinés de l’individus commencer à parcourir sa poitrine.

Alors qu’elle croyait qu’elle allait finir étouffer sous ce tas de gras, un fraca de vitre brisée se fît entendre. L’homme fît comme aspiré en arrière et se retrouva en dehors du véhicule. Sélène n’entendait que le bruit d’une pluie de coup s’abattre sur l’homme qui hurlait de douleur comme un cochon qu’on égorge. Puis Sélène entendit la voix la plus rassurante de son monde, celle de Kida qui disait:

- Enlèves tes sales pattes de ma femme connard!

Sélène, surprise de la force de Kida et encore sous le choc de ce qu’elle vient de vivre, déverrouilla rapidement la porte, et sortit de la voiture pour aller voir Kida. Kida qui continuait de donner des coups et d’insulter cet horrible personnage de tous les noms. Elle prit Kida par les bras et essayait de la faire se relever, avant qu’elle ne tue cet homme tout en lui disant :

- Kida, calme-toi, même si c’est un connard faut pas le tuer, ça va nous retomber dessus sinon ..

Kida déchaînée comme une lionne, commença à se calmer, elle reprit son souffle et dit en lançant un regard assassin à l’homme au visage ensanglanté et en position foetale:

- Si jamais tu touches ne serait-ce qu’au millième de millimètre d’une femme, je te jure que je t’égorge gros porc.

Puis elle se tourna et prit Sélène dans ses bras. Sélène caressa la tête de Kida et lui dit :

- Allez, retournons dans notre chambre, on y sera plus tranquille d’accord ?

Kida suiva Sélène a l’intérieur.

Une fois à l’intérieur les deux femmes s'asseyèrent à une table, une majordome leur apporta du café. Kida sa tête enfouie dans ses mains dit:

- Tu es inconsciente Sélène, je me suis fait tellement de soucis quand je ne t’ai pas vu et cet abruti de réceptionniste qui me répond “Nocé” “Nocé” quand je lui demandais où t’étais et ensuite ce gros tas de merde…

- Je me doute que tu as dû te faire du soucis, désolé. M’enfin je me dédouane pour le tas de merde, ce serait pas arrivé si tu m’avais écoutée jusqu’au bout …

Kida releva la tête, son regard était remplis de colère, si elle le pouvait elle foudroierait Sélène sur place. Même Sélène ne l’avait jamais vu aussi fâchée. Sélène reprit :

- Bah en fait, de la bibliothèque à l’hôtel, il y a trente minutes, or, tu m’as dit de rentrer en dix, du coup, j’ai dû prendre un risque ahah … Je suppose que ça ne te feras pas rire de toute façon …

Kida frappa de ses deux poings sur la table et s’écria:

- NON MAIS C’EST PAS POSSIBLE! Tu sais le second degré c’est pas une température Sélène, il est évident que je ne t’aurais pas laissée seule sur le palier. 10 ans de vie commune pour ça, tu me connais toujours pas? Arrête, Sélène, si je n’avais pas été là au moment où cette espèce de… de… de… de…

Sélène se leva et prit Kida dans ses bras tout en lui disant :

- Tu sais, évite le second degré à 3h du mat avec une voix remplie de colère, ça évitera des malentendus … Mais après, qui sait, je vais peut-être vraiment finir sur le palier ce soir même si je suis dans les temps ahah.

- Si tu avais eu la présence d’esprit, une seconde de jugeote tu m’aurais prévenue. On ne sorts pas à je ne sais pas à quelle heure de la nuit pour aller bouquiner ne me ment pas. Pourquoi tu es partie Sélène?

- A minuit pour répondre à ta question, et je suis vraiment partie bouquiner, j’avais envie !

- Regarde derrière toi Sélène, qu’est ce que tu vois sur l’étagère? Des livres alors non, désolé mais il va me falloir une meilleure explication qu’un simple caprice!

- Eh bien regarde mieux les livre, y’en a-t-il sur la mythologie antique de la région spécifiant lieux d’apparition des croyances, histoire complète de la croyance ainsi que de ses dogmes et son influence sur le pays ? Oui ou non ?

Kida se leva et frappa son poing contre le mur, laissant à ce dernier un impact. Puis elle dit:

- Tu déteste l’histoire, alors dit moi honnêtement? C’est à cause de tes hallucinations de je ne sais pas quoi?

- Techniquement, que ce soit causé ou non par mes hallucinations, une envie de bouquiner reste une envie de bouquiner ahah.

Kida leva sa main et dit:

- Continue à jouer sur les mots et tu mangeras une tarte à cinq doigts. Alors? C’est bien pour ça que t’es sortie je me trompe?

- Qu’on se mette d’accord tout de suite, tu me gifles, je te quitte point. Alors ? Toujours curieuse, sachant que je suis sortie pour une envie de bouquiner ?

Kida fit volte face et monta dans la chambre et s’y enferma à clef. Sélène cria alors :

- TU VOIS BIEN QUE LE SECOND DEGRE EST UNE TEMPERATURE !

Quelques minutes plus tard, Kida ressortie avec Adélaïde et ses bagages, puis elle rendit la clef de la chambre au réceptionniste, un taxi attendait devant l'hôtel. Elle mit Adélaïde dedans, commença à charger les bagages dans le coffres. Sélène demanda alors :

- Qu’est-ce que tu fous encore ?

- La vie n’est pas un jeu Sélène, je sais quand tu me ments et tant que tu auras cette attitude irresponsable je dois alors protéger notre fille de toi. Au revoir Sélène.

Elle monta dans le taxi et celui-ci démarra. Sélène alla voir le réceptionniste, demandant :

- Excusez-moi, ma folle de femme vous a rendu les clefs, mais puis-je les récupérer, mon séjour n’étant pas fini ?

Le réceptionniste dit:

- Si biensure.

Il lui tendit la clef de la chambre. Sélène alla alors dans la chambre, prit son portable et envoya ce message à Kida :

“Tu vois bien que j’ai pu t’éviter de m’avoir à charge ahah, au fait, je vais peut-être prolonger mon séjour ici à Cléiade, ne m’attend pas pour dîner quand tu seras rentrée. Bisous !”

Elle ne reçut aucune réponse.


Le lendemain matin, Sélène se réveilla dans son lit, seule. Elle se sentait un peu triste, mais se disait que c’était pour le mieux, qu’au moins elle pourrait chercher ce qu’elle cherche à fond sans contrainte, sans attache. Et que si elle ne trouve pas, eh bien, elle fera ce qui est nécessaire. Elle vérifia tout de même son portable, pour savoir si Kida avait répondu à son message. Aucune réponse n’a été donnée par Kida, Sélène éteigna(ou it je sais jamais x)) alors son téléphone, de toute façon, elle n’a personne à appeler.

Sélène se prépara, et descendit au réfectoire, ayant payé pour le petit-déjeuner. Il y avait bon nombre de petits-déjeuners disponibles qu’ils soient sucrés avec des pains au chocolat, des beignets, des brioches pour ne citer qu’eux, ou qu’ils soient salés avec des omelettes, du jambon et du poisson. Sélène prit un petit déjeuner salé, il aura au moins le mérite de la contenter pour toute la journée.

La télévision était allumée, le présentateur du journal parlait d’un avion qui se serait abîmé en mer et que pour l’instant les recherches n’avaient rien donnés. Sélène n’y prêta que peu d’attention, personne ne devant prendre l’avion dans ces proches récemment.

Ainsi, une fois le ventre bien rempli, Sélène se mit en quête d’un des cinq lieux cités dans la légende.

Il avait d’abord les ruines d’un ancien forum antique, situé en périphérie de la ville. Le nom du site était Rathud, d’après les recherches menées par Sélène, le lieu abritait un petit temple dont on ferait la mention d’une déesse descendue du ciel apportant la sagesse aux hommes. Les antiques l’appelaient “Goana” qui voudrait dire “lumière de paix”.

Sélène sortit de l’hôtel, et se mit en route vers Rathud, mais le chemin allait être long, ce lieu se situant à plus d’une soixantaine de kilomètres. Elle décida d’appeler un taxi, pour éviter de marcher trop longtemps. Le taxi arriva plutôt rapidement, elle monta à l’arrière et dit :

- Bonjour, j’aimerais aller à Rathud s’il vous plaît.

- Bonjour, oui bien sûr, on y va -lui répon

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Sélène Dragunov de Grand-Domaine Racinite
Avatar
Caparmate du Grand-Domaine
37e
La Triade
Pavé de ses morts Partie 3 08/04/19 23:08

- Bonjour, oui bien sûr, on y va -lui répondit le chauffeur-

La voiture fila dans la ville ultra moderne mais à mesure qu’elle s’éloignait du centre ville, plus la pauvreté et la délinquance se faisait voir. Le chauffeur alluma la radio, une musique reggae s’éleva dans l’habitacle. Sélène, incommodée par cette musique décadente, dit :

- Vous pourriez pas changer de radio pour ne plus avoir ce genre de musique ou, même mieux, couper la radio ?

Le chauffeur ria et dit:

- hahaha, vous savez c’est mon taxi, donc ma musique, vous avez qu'à écouter ailleurs -et se mit à chanter-

- Vous savez dans mon pays, on aurait brûlé les chanteurs panafricains de cette musique… Les bonnes habitudes se perdent !

- Hahaha, je ne sais pas qui sont les panafricains mais vous devriez vous détendre, ça vous ferez du bien -se remit à chanter-

Sélène prit son mal en patience, et attendit quelques minutes en fusillant du regard le chauffeur dans son rétroviseur.

Il fallut environ quarante minutes à la voiture pour arriver à destination. Le chauffeur coupa le moteur et dit:

- Hé voilà madame, ça vous fera 120$ s’il vous plais.

Sélène paya à l’aide de son téléphone la course, tout en se plaignant du prix ahurissant du taxi mais le chauffeur précisa que la musique était gratuite, ce à quoi elle répondit :

- Eh bien votre musique, vous pouvez vous la mettre au cul et faire l’hélicoptère avec !

Elle sortit sereinement de la voiture, et vit la ville de Rathud.

C’était une ville relativement pauvre, avec un centre ville plutôt simple, une place centrale occupée par une statue d’un personnage illustre. L'hôtel de ville qui dominait l’ensemble était constitué de brique rouge, et les maisons autour avaient des façades grises, seuls les quelques bacs à fleurs apportaient un peu de couleur à l’ensemble. Sélène, se demandant où pourrait se trouver ce temple, se mit à marcher dans la ville, un peu au petit bonheur la chance. La ville n’étant pas grande elle finirait bien par tomber dessus au hasard se disait-elle, et puis ça lui permettait de faire du tourisme. Par chance, elle tomba effectivement après une trentaine de minutes de déambulation devant le temple. Les ruines recouvraient une superficie de deux terrains de footballs, et se repérer dans ce dédale de colonnes, de murs détruits et de petites places était difficile même aidée d’un plan. Heureusement pour elle un guide proposait des visites guidées tarifées. Sélène s’approcha alors du guide et demanda :

- Bonjour, pourrais-je avoir vos tarifs et si il y a un horaire prédéfini pour les visites ?

- Bonjour, c’est simple c’est 25$ la visite avec un groupe et 50$ la visite privé. Pour les groupes nous en avons une prévue dans une heure.

- Bon bah va pour la visite de groupe, je vous règle maintenant ?

- Ha non c’est ma collègue, là bas qui s’en occupe, à tout à l’heure mademoiselle.

- A tout à l’heure.

Sélène se dirigea donc vers sa collègue, et régla les 25$ pour la visite. Durant l’heure d’attente, elle décida de continuer à visiter la petite ville, pour voir si il y avait des points d’intérêts.

Elle remarqua sur un panneau directionnel “Eglise de sainte Goana”.

Intriguée par ce nom pour le moins évocateur, Sélène alla vers l’église, espérant trouver des informations sur cette légende.

L’église était modeste et sans fioriture, un clocher d’ardoises noires et les murs constitués de planches de bois peintes en blanc. La porte du transept étaient ouvertes. Sélène entra dans l’église. Elle vit dans l’église un groupe de 5 religieuses qui s’occupe de nettoyer et de ranger avant le vêpres. Elle dit alors en parlant bien fort :

- EXCUSEZ-MOI ! Je souhaiterais me renseigner sur le culte de Goana, quelqu’un pourrait-il m'éclairer à ce sujet ?

Une seule bonne soeur se retourna et se dirigea vers Sélène en faisant des petits pas rapide. Elle poussa Sélène vers l’extérieur avec une force étonnante pour une dame de son âge. Puis elle dit d’un ton sec:

- Madame quand vous aurez apprise à rentrer convenablement dans une église nous vous aiderons en attendant sortez d’ici.

- Navrée mais je ne partirai pas d’ici sans mes réponses ahah !

La vieille femme ridées comme un vieux gant de toilette dit :

- Très bien mais parlons dehors, c’est en gardant nos lèvres scellées que nos prières sont entendues. Suivez moi, mon enfant.

Sélène suiva alors la vieille chose. La nonne emmena Sélène dans le cloître de l’église, la cour intérieure était richement décorée, les piliers en bois qui soutenait la charpente du préau étaient finement sculptés intégralement représentant des motifs de branches et de feuillages. Le jardin intérieur était richement fleuri, d’importants rosiers donnaient des fleurs dont leurs parfums embaumaient l’air. Au centre, se trouvait une fontaine représentant une femme versant de l’eau avec une jarre dans les mains de miséreux à genoux.

La vieille femme s’asseya sur un banc en pierre et dit à Sélène:

- Bien qu’est ce que vous voulez savoir, qui semble si important au point de perturber le calme de notre paroisse?

- Eh bien je n’ai pas beaucoup de temps, donc désolé de l’interruption brutale. Je suis tombée sur bon nombre de versions de la légende de l’Illumination, mais je n’arrive pas à savoir quelle version est la vraie, pourriez-vous me raconter la vraie version de l’Illumination ? Et aussi, les lieux sacrés et objets sacrés de Goana ?

Imperturbable la nonne répondit à Sélène:

- Les légendes païennes ne m’intérresse pas, et ces récits ont chacuns une version propre à chaque auteur qui l’a écrite. Alors mon enfant, pour ce qui est de Goana, c’est une simple sainte qui a été envoyée par notre Seigneur pour apporter aux hommes le savoir ce qui a corrompu leurs âmes et les a détournés de Dieu, dans notre foi elle brûle en enfer pour sa trahison.

- Donc si je vous suis bien, vous laissez brûler une sainte en enfer, mon dieu que c’est contradictoire. Si les légendes païennes ne vous intéresse pas, peut-être que dans votre version, vous savez plus de chose que cette simple phrase type que vous devez ressortir au moindre petit curieux non ?

- En quoi il est illogique de célébrer le châtiment que Dieu a réservé à cette femme? Ce n’est pas elle que nous célébrons mais le châtiment, ainsi dans cette église vous pouvez venir prier pour demander l’intervention divine pour punir une personne qui vous a fait du mal. Je vous ai déjà racontée la version de ma foi, et en quoi vous vous démarquez des petits curieux? Ha!

- Eh bien c’est très simple, je suis folle, il me reste trois mois à vivre, et tuer ou torturer quelqu’un pour des informations ne me gêne pas en fait ahahah. Alors toujours pas de détails supplémentaires ?

- Non je regrette mon enfant.

- Bon et pouvez-vous me renseigner sur comment demander une punition pour quelqu’un ?

- C’est assez simple, vous allez à l’église, dans le silence, vous vous agenouillez devant dieu en le reconnaissant comme votre Seigneur et Sauveur et vous le lui demandez. C’est simple, il suffit d’avoir la foi, mon enfant.

- Parfait, j’ai déjà une personne en tête, et bien merci grand-mère !

En sortant, Dragunov croisa une autre bonne sœur qui sortait par une porte qui portait une inscription «Salle des livres interdits ».

Sélène bouscula la soeur et tenta d’ouvrir la porte, mais elle est verrouillée. De fait elle se retourna vers la soeur en disant :

- Excusez-moi, je ne vous avez pas vue ahah ! Dites-moi à quoi sert cette salle ?

Selene vit avec effroi que les lèvres de la femme étaient cousues. Elle reprit donc :

- Merveilleux ! Si vos lèvres sont cousues, vous pouvez pas crier ah ah ah. -Assommant d’un coup sec la nonne-

Soudain de la porte voisine sortit un groupe de nonnes, elles virent leur collègue au sol et Dragunov avec les mains dans les poches de la robe de la nonne assommée. Le groupe de femme s’écria:

- A l’assassin! Au meurtrier! Appelez la police!

- MAIS TAISEZ-VOUS ! Elle n’est pas morte, juste bien assommée ! Et puis, si vous voulez, je peux vraiment la tuer, c’est vous qui voyez ?

Le groupe de femme rebroussa chemin et fermèrent la porte à clef derrière elle, Dragunov commença à se sentir en danger.

Seule la vieille femme assise sur banc semblait imperturbable, elle n’avait pas bougée malgré l’agitation. Sélène se dirigea vers elle, et dit :

- Rebonjour ahah, alors voyez-vous j’ai assommée votre soeur aux lèvres cousues, ce qui est immonde, mais elle n’avait pas la clef des livres interdits, l’auriez-vous ?

La bonne soeur qui portait une capuche ne bougea pas et dit d’une voix calme:

- C’est soeur Laurine, elle n’aurait fait de mal à personne, la pauvre elle qui s’est fait coudre les lèvres pour son voeux de silence. Se retrouver assommée par une impie. Enfin, c’est dans votre nature Sélène.

- Ah voilà on avance, vous me connaissez d’où connasse ?

Toujours sans bouger la nonne reprit:

- Voyons Sélène, d’où je vous connait n’a aucune importance. Peut-être vous ai-je simplement volée votre téléphone et que j’ai lu vos messages. Hahaha -lui montrant son téléphone avec la photo de Kida et d’Adélaïde en fond d’écran-.

- Donc les vieilles nonnes volent de nos jours, ma foi, alors cette clé, vous l’avez oui ou non ? Si vous répondez pas, vous allez devoir être dans le même état que Laurine, ce que j’aimerai éviter je dois l’avouer ahah.

Toujours impassible, la vieille femme reprit:

- Hahaha, je n’ai pas toujours été nonne, Sélène, dans ma jeunesse j’étais disons pas dans un milieu des plus fréquentable nous dirons. Mais si vous voulez cette clef, il va falloir venir me la prendre.

Au loin des sirènes de police commençaient à se faire entendre. Sélène dit à la vieille :

- Bon, voilà votre sursis, ne vous inquiétez pas, vous n’aurez qu’à vous méfier pendant trois mois. Après je serai morte ahah ! Bon, sur ce, si cela ne vous gêne pas, je vais prendre la poudre d’escampette, en espérant ne pas vous voir six pieds sous terre la prochaine fois ahah !

La vieille femme lança le téléphone à Sélène se leva et dit:

- Nous verrons bien, j’espère vraiment vous revoir Sélène.

Puis la nonne alla aux côtés de sa consoeur pour s’en occuper.

Sélène récupéra son portable, et décida de marcher calmement vers la sortie de l’église, afin de paraître la moins suspecte possible aux yeux des policiers arrivant sur les lieux.

Elle se dirigea vers les visites guidées pour espérer se cacher dans le groupe de touriste. Deux voitures de police étaient stationnées devant, en se retournant Dragunov vit cette mystérieuse bonne soeur la regarder sur le palier de la porte, tandis que les policiers entraient dans le bâtiment. Sélène continua sa route, doucement, tentant de paraître parfaitement normale, innocente. Elle essayait toutefois de se diriger vers le lieu de la visite, ne voulant absolument pas avoir perdu 25$ dans le vent.

Son sang ne fît qu’un tour quand une voix derrière elle l’interpella:

- Madame? Madame? Madame?

Sélène se retournant dit :

- Oui que puis-je pour vous ?

L’agent de police lui dit:

- Vous avez fait tombé ceci, tenez. -lui tendant un papier-  Ya quoi sur le papelard ? la clef est cachée dans le coeur de Goana

Sélène prit le papier, remercia le policier, et reprit sa fuite incroyable. Elle lu alors papier, il était écrit : “La clef est cachée dans le coeur de Goana”. Sélène se demanda alors qui a mis ce papier dans sa poche, même si elle pense que la vieille nonne y est pour quelque chose. Une fois éloignée du bâtiment, Sélène commença à courir vers les ruines du temple, pour être sûre d’arriver à l’heure, et aussi pour quitter ce quartier devenu dangereux.

Elle arriva aux ruines et aperçut un groupe de personne atroupée autour du guide, elle se dit que c’était là que la visite commençait.

Elle arriva un peu essoufflée et commença à écouter.

-... Le forum est la place principale de l’antiquité. Son importance historique, religieuse et politique en fait l'endroit autour duquel toute la vie de la ville s'articule : célébration de mariages, organisation de jeux, de combats de gladiateurs, de cérémonies et de fêtes religieuses, de défilés militaires, il est le centre vivant de la ville, à l'image de l'agora, lieu de rassemblement politique et mercantile des cités grecques.

Le petit groupe s’enfonça dans les ruines. Le guide reprit:

- La place du forum est aménagée pour la première fois en 616 av. J.-C. ou peu après, recouverte simplement de terre battue. À partir de cette époque, le forum n'est plus une zone périphérique aux villages (étymologiquement, forum signifie « en dehors ») mais devient la place centrale des villages alentour.

Le guide continua sa visite, et montra une reconstitution sur maquette de ce à quoi le forum ressemblait à l’époque.

- L'aménagement de la vallée du forum présuppose que le village du Palatin a fusionné avec les communautés établies sur le Capitole et le Quirinal. La construction d'un grand temple dédié à Goana sur le Capitole par Tarquin le Superbe montre que cette colline fait bien partie de la ville naissante de Rathubum. Au pied du Palatin sont construites des huttes puis de véritables maisons en bois rectangulaires avec soubassements en pierre. Ces dernières seront incendiées par les Gaulois de Brennus.

La visite se poursuivit, Sélène avait mal aux jambes, elle avait apprit rien de bien intéressant. Sauf la mention de la construction d’un grand temple dédié à Goana dont le guide explica qui n’en restait rien et qu’il y avait un simple temple au centre du forum. Sélène avait fait choux blanc.

La nuit commençait doucement à tomber, et Sélène décida de quitter les lieux, n’ayant aucun intérêt à rester ici. Elle chercha un hôtel dans la ville, pas trop cher. Elle trouva un hôtel miteux dans la ville, et se dit que vu la gueule de l’hôtel, il ne devait pas être très cher. Elle entra donc et s’adressa au réceptionniste :

- Bonsoir, j’aimerais connaître vos tarifs pour une nuit.

Un homme en marcel taché, cigarette à la bouche, sans lever les yeux dit à Sélène sur un ton agacé:

- Chambre double avec salle de bain à 66$ la nuit, chambre double avec salle de bain commune pour 55 euros et chambre semi-privée pour homme uniquement, avec salle de bain partagée, pour 30 euros la nuit. Sinon y aussi le dortoir, pour 20$, pas d’accès au douche et pour vos besoins c’est dehors les toilettes publiques sont à 500 mètres.

Sélène répondit avec un grand sourire :

- Eh bien, va pour le dortoir à 20$, y’aurait moyen pour 5$ de plus d’avoir accès à une douche tout de même, ou c’est totalement impossible ?

- C’est sans douche, vous êtes bouchée?

- J’ai bien entendue, mais je comptais cela hors-formule classique, m’enfin si vous ne voulez pas je vais pas vous forcer la main …

- Ouais ouais, allé payez vos 20$ et arrêtez de m’emmerder.

- Très bien -ravalant sa salive, et avec un regard meurtrier-.

Sélène régla et se dirigea vers le dortoir, quand elle entra elle fut saisie par l’odeur, de sueur et d’urine qui régnait dans la pièce. Une dizaine de lit superposés étaient installés le long, sur lesquels se traînait pour la plupart des SDF. Les matelas était sans draps et tachés de tout ce qu’un corps humain peut produire. Par moment Sélène semblait apercevoir dans l’ombre des petites boules parcourir le plancher. Elle trouva une couchette libre au fond de la pièce.

Sélène regarda la couchette avec attention, et vérifiait un peu son état, mais elle était comme toutes les autres, très sale et très peu confortable. Elle s’allongea tout de même, puis tenta tant bien que mal de s’endormir dans cette salle superbe.

Bien qu’elle réussissa à passer outre les râles, les raclements de gorge, les quintes de toux et les terreurs nocturnes de ses compagnons d’infortune, elle fut réveillée dans la nuit par une sensation de démangeaison, quand elle se leva, elle sortie à la lumière pour voir avec horreur que sa couchette était infestée de puces et que celle-ci se gavaient de son sang. Elle se dit finalement qu’après quelques heures sur cette couchette, il était temps de quitter cet hôtel de malheur. Ainsi elle prit le peu d’affaire qu’elle avait et quitta l’hôtel en début de matinée. Elle prit le cap de la fameuse église visitée précédemment, impatiente de la fouiller de fond en comble pour trouver cette clef des livres interdits. Malheureusement, l’église ouvrait seulement à 11 heures, et elle se dit que les nonnes ne seraient pas ravies de la revoir. Ainsi, elle fit le tour du bâtiment, cherchant des prises pour escalader les murs, et rentrer par effraction en cassant un vitrail. Elle trouva alors un passage rêvé, et commença à escalader la paroi. Sélène eu beaucoup de difficultés à escalader le mur, mais au bout de plusieurs tentatives infructueuses et d’une jambe dans un état discutable, elle parvint au niveau du vitrail, qu’elle cassa d’un coup de coude. Ainsi, Sélène se retrouva perchée à 2 mètres 50 du sol, au niveau de l’abside de l’église. Elle chercha alors un moyen de descendre sans trop se faire mal aux jambes, pour éviter de se les terminer. Malheureusement, il n’y avait pas de possibilité de descendre du haut de son mur, et Sélène décida courageusement de sauter. Une erreur ! Effectivement, elle se torda violemment la cheville droite suite à ce saut désastreux.


L’église était plongée dans le noir sauf les quelques cierges encore allumés donnait au lieu une lumière irréelle et soulignait le côté mystique qui entourait Sélène.

Au coeur du transepte était suspendu une statue représentant une silhouette féminine entourée par les flammes. Sélène s’approcha de cette statue et chercha un mécanisme pour l’ouvrir, tout en essayant de faire le moins de bruit possible. Sélène, voyant la hauteur de la statue, essaya d’abord de chercher un mécanisme sur le sol de l’église, mais malheureusement, elle ne trouva rien. Ainsi, elle commença à chercher un moyen d’escalader malgré sa cheville tordue, ou bien une échelle. Rien, il n’y avait aucun moyen de monter à cette hauteur. Ainsi Sélène commença à fouiller l’autel, cherchant un peu un moyen de grimper ou d’ouvrir cette satané porte. Nouvel échec, Sélène, un peu désespérée se mit à chercher sous les bancs de la salle, mais ne trouva malheureusement rien. Elle continua en fouillant chapelles latérales, et trouva une chapelle dédiée à Sainte Goana. Elle décida de la fouiller de fond en comble, de vérifier le moindre recoin possible pour espérer trouver cette foutue clef. Mais ne la trouva pas, prise de colère, elle regarda l’icône de Goana, et essaya de la détruire bien violemment. Chose faite aisément, le bois étant léger. Une fois que Sélène avait finie de passer ses nerfs sur la pauvre icône, elle reprit ses recherches du côté des chapelles orientées. Elle ne trouva rien, encore. Elle pensait sérieusement que cette église était très énervante, avec des objets beaucoup trop bien cachés. Dans un dernier espoir, Sélène alla fouiller les chapelles rayonnantes, au-dessus d’une des barrières protégeant ces chapelles, Sélène vit une inscription latine signifiant le coeur repose ici. Enfin, elle voyait la lumière au bout du tunnel ! Elle entreprit d’escalader la barrière malgré son entorse. Elle réussit à escalader la barrière, même si cela l’a fait pas mal souffrir. Une fois de l’autre côté de la barrière, elle fouilla l’intégralité de la chapelle. Elle ne trouvait rien, hormis une tombe au sol avec une inscription dessus. “Le Coeur repose devant l’éternel”. Sélène entendit un froissement derrière elle et vit la nonne qui avait volée son téléphone devant elle debout. Elle dit en murmurant :

- Ahahah, Bonjour, comment allez-vous en cette belle matinée ?

La nonne ne dit rien fixant Sélène de ses petits yeux qui semblaient sonder son âme. Sélène la regarda avec un air de chien battu. Puis la nonne avança précipitamment vers Sélène et la traversa avant de disparaître. Sélène se sentit souillée après avoir été traversée par une vieille. Mais Sélène fût sortie de ses pensés quand elle commença à entendre du bruit provenant du fond de l’église. Sélène décida de repasser de l’autre côté de la barrière, mais ignora le bruit entendu. Elle préféra aller devant l’autel qu’elle avait déjà saccagé, car c’est seulement là-bas qu’elle avait vu une représentation du Seigneur. Elle fouilla de nouveau cet autel, persuadé d’avoir loupé quelque chose, et chercha un double fond devant la représentation du Seigneur notamment. Un deuxième bruit comme un claquement se fît entendre du fond de l’édifice. Tandis que Sélène était penchée derrière l’autel, un groupe de nonne entra dans l’église pour écouter la liturgie des Heures, elles avançaient à petits pas vers l’autel. Sélène, malgré le danger imminent, préféra continuer sa fouille minutieuse de l’autel. Soudain, une nonne brisa le silence et dit :

- Regardez mes soeurs, l’autel a été profané!

L’agitation gagna le groupe de femme. L’une d’elle dit:

- Nous devons appeler la police.

Sélène, prenant une voix masculine dit :

- MES ENFAAANTS, votre autel a été saccagé par le courroux de votre SEIGNEUUUR, n’appelez pas la police sauf si vous voulez que l’église brûle dans les flammes DIVIIINES.

D’abord surprise les nonnes se taisèrent, alors que Dragunov était toujours cachée derrière l’autel, une grosse masse sombre surgissait à sa droite, c’était une nonne très en chaire, elle prit Dragunov par le dos de ses vêtements et l’extirpa de sa cachette.

Sélène, ne se débinant pas, dit :

- Je suis votre prophète, et je ne fais qu’accomplir la volonté divine, mes enfants, laissez-moi accomplir le châtiment que le Père Éternel vous a réservé pour avoir scellé des livres divins !

Les nonnes d’une voix dirent:

- Puer sewn! Puer sewn! Puer sewn!

Le groupe de religieuse, se massa autour de Sélène et comme une masse étreignante l'emmener de force vers l'extérieur de l’église.

Une nonne se pencha aux oreilles de Dragunov et chuchotta:

- Puer sewn, plus jamais tu n’ouvrira la bouche.

Puis elle mima les lèvres cousues.

Sélène répliqua alors :

- Des nonnes qui torturent une femme en lui brisant la cheville et lui cousant les lèvres, je pense que ça fera la une des journaux ahah !

Dragunov ne pouvait pas se débattre tant le groupe était massé contre elle, les femmes s’approchait du couvent. Sélène commença à paniquer.

- Lâchez moi! -s’écria Sélène-.

Deux nonnes attendaient sur le palier l’une tenait une serviette et une autre une grande aiguille.

Soudain, une sirène se fît entendre derrière, les nonnes se retournèrent et virent une voiture de police.

L’agent descend de son véhicule et dit:

- Qu’est ce qui se passe ici?

Une nonne dit:

- Monsieur l’agent vous tombez bien, nous avons attrapées la femme qui a agressé soeur Laurine et qui en plus vient de profaner notre église! Nous l'emmenions dans le couvent pour l’empêcher de s’échapper afin de vous appeler.

Sélène répliqua aussi sec :

- Alors je me suis effectivement introduite dans cette église, mais ces folles voulaient me coudre la bouche ! Alors monsieur l’agent, faites votre travail, et emmenez moi au poste !

L’agent interloqué répliqua:

- Vous coudre la bouche mais bien sur, allez suivez moi.

Il empoigna Sélène en bloquant sont bras dans son dos et lui passa les menottes et il dit:

- Madame je vous arrête, vous avez le droit de garder le silence. Si vous renoncez à ce droit, tout ce que vous direz pourra être et sera utilisé contre vous devant une cour de justice. Vous avez le droit à un avocat et d’avoir un avocat présent lors de l’interrogatoire. Si vous n’en avez pas les moyens, un avocat vous sera fourni gratuitement. Durant chaque interrogatoire, vous pourrez décider à n’importe quel moment d’exercer ces droits, de ne répondre à aucune question ou de ne faire aucune déposition.

Une fois Sélène arrêtée il la plaça à l’arrière de sa voiture et retourna vers les nonnes, il leurs dit quelque chose puis remonta au volant et démarra.

Sélène lâcha un soupir de soulagement, et dit à l’agent :

- Merci de m’emmener au poste, elles n’ont pas voulues me croire lorsque j’ai dit que j’étais leur prophète, et elles voulaient me coudre la bouche … Comment pourrais-je apporter ma sainte parole avec la bouche cousue hein ?

L’agent sirotant son café Starsuck répliqua:

- Ouai ouai vous expliquerez ça au poste.

Peu de temps après Sélène se retrouva au poste et placée en cellule de détention en attendant de passer son interrogatoire. La cellule faisait dans les 9 mètres carrés et elle avait pour compagnons un drag queen, et un sdf complètement saoul la tête dans le toilette.

Sélène s’adressa au Drag queen :

- Bon je sais que c’est pas mes affaires, mais pourquoi vous êtes là vous ?

Le Drag Queen regarda Sélène avec dédain en relevant une mèche de cheveux rose fluo et dit d’un voix grave:

- Pour tapage sur la voie publique et toi darling t’a fais quoi?

- Pas grand-chose, j’ai assommé une nonne et je suis rentrée par effraction dans une église ahah, par contre je me suis fait une entorse, t’aurais pas une idée pour la soulager ?

Le Drag Queen montrant un intérêt soudain pour sa voisine dit:

- T’a tabassée une bonne soeur? Noooon, vraiment? Pourquoi t’a fais ça? -Rire- et pour ton entorse désolé chérie à part du vomis de clodo y a rien ici pour t’aider.

- Alors, déjà je l’ai tabassé parce qu’elle m’a fait peur, imagine une nonne aux lèvres cousues s’approcher de toi, et parce que je voulais la clé d’une salle de l’église. Manque de pot elle l’avait pas ! Du coup, j’aurais dû abréger ses souffrances peut-être quitte à me retrouver ici ahah.

Le Drag Queen fasciné par le personnage qu’il venait de rencontrer dit:

- Hahahaha t’es cinglée comme meuf, j’aime ça. Moi une fois j’ai planté un mec qui voulait un supplément alors que c’était pas prévu, bon c’est pas pareil, le mec avait tellement de gras que j’ai même pas réussi à toucher un organe. Hahahahaha.

- Ah ! j’en ai rencontré des comme ça. Une fois, hier à vrai dire, j’ai fait du stop pour rentrer à mon hôtel, normal, et je tombe sur un gars sympa. Tu crois pas qu’il tente de me violer une fois arrivée ? C’était assez drôle l’état de son visage plein de graisse et de sang après ça ahaha !

- Tu devais pas faire la fière sur le moment mais au moins t’a pu te défendre c’est déjà ça hahaha.

- Ah c’est clair que je faisais pas la fière ahah ! Bon par contre, ma femme m’a un peu larguée en prenant la petite, du coup, ces derniers jours ont pas été de tout repos …

- Ha merde, c’est la vie j’ai envie de dire, moi pas de mariage, pas d’enfant et libre comme l’air enfin façon de parler -en pointant les grilles de la cellule-. Et pourquoi elle t’a quittée?

- Elle m’a quittée parce qu’elle ne m’a pas crue quand je lui ai dit que je suis allée à la bibliothèque à minuit pour bouquiner sans la prévenir… Alors que c’est vraiment ce que j’ai fais en plus ! Quelle ingrate je te jure, je suis pas pressée de la revoir celle-là !

- A mon avis, y'a pas que ça, l’histoire de la bibliothèque c’est juste la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Après je peux me tromper, mais vu le nombre de mari infidèle que j’ai dans ma clientèle je pense être doué pour comprendre les relations de couple.

- Bon, y’a peut-être mon espérance de vie très limitée, plus l’aggravation de quelques symptômes qui ont peut-être joués dans ma rupture, mais bon, elle aurait pu ravaler son mécontentement un peu ! C’est pas comme si j’allais crever dans trois mois ahah !

- On meurt tous un jour et quand on voit la gueule qu’a le monde autant que ce soit le plus tôt possible. Après je pense que ton ex femme n’avait pas tord en soit, elle s’est sûrement inquiétée pour toi à savoir où tu étais et à psychoter que quelque chose puisse t’arriver. Et vu comment tu m’en parle au final tu ne l’aimais pas ou plus depuis un moment sinon tu aurais pensée aux mal que tu aurais fait. Enfin ce qui est fait est fait hein darling.

- C’est sûr, après vu que pour moi le monde est une hallucination, difficile d’éprouver des sentiments ahah. Même si j’aime ma vraie femme, son hallucination ne me fait pas grand-chose !

Interloquée le Drag Queen reprit:

- Hmm, enfin peu importe que ce soit la réalité ou une hallucination c’est la seule personne qui t’aime en ce monde, celle qui sera toujours là à condition que tu sois inconditionnelle avec elle. Si j’étais à ta place, j’aurais profité de mon hallucination pour faire avec la personne qui m’est chère toutes les choses que le temps normal ne m’aurait pas permis. Mais t’a préféré faire un choix plutôt égoïste, enfin je te juge pas, je m’en fou en vrais de ta gueule.

- Je me doute bien que tu t’en foutes de moi, et c’est bien normal ahah. Mais j’ai essayé de faire des choses avec, mais la seule chose qu’elle voulait, c’était d’aller voir mon médecin, et d’être toujours sur mon dos sur tout, c’est lourd à force… Bon j’espère qu’ils tarderont pas trop pour l’interrogatoire …

- Ho t’inquiètes pas darling ils aiment nous faire poireauter. Bon pour ce qui est de ta femme, c’est peut-être normal si elle s’inquiète pour toi, et elle cherche à te protéger. Mais bon après tu semble persuadée d’avoir bien agi donc je vais pas te contre dire plus que ça.

- Dis-moi, si je pète la gueule de Monsieur je gerbe de partout, ils me feront passer plus vite tu crois ?

- Non, tu te prendra un coup de taser avec de la chance, sinon ce sera un coup de lacrymo crois moi vaut mieux attendre.

- Bon si tu le dis, je vais terminer ma nuit moi du coup !

- D’acc Darling.

Sélène fit réveillée par un agent qui frappa avec sa matraque sur les barreaux de la cellule et lui dit:

- Debout la belle aux bois dormant c’est l’heure. Salut Doris, encore là?

Le Drag Queen répondit:

- Salut Greg et oui comme tu le vois, mais je peux t’aider à passer ta journée si tu veux.

Sélène s’avança vers la porte ouverte de la cellule.

- Avancez -lui ordonna l’agent.

Elle progressa dans le commissariat. Durant ce court moment de liberté elle demanda à l’agent :

- Pourrais-je avoir de l’eau, disons que ça fait quelque temps que j’ai pas bu, et ça pourrait poser problème pour parler ?

L’agent blasé répondit:

- Vous en aurez dans la salle d’interrogatoire. Allez avancez - il appuya dans le dos de Sélène avec le bout de sa matraque -

- Très bien merci .. Au fait c’est éthique de se taper un prisonnier ? Vu que vous aviez l’air de bien vous entendre avec Doris ? -se mettant à rire-

- Je vous ai pas tapé mais juste invitée à avancer plus vite.

Un autre officier ouvrir une porte sur la gauche en voyant Sélène arriver. La salle d’interrogatoire était relativement grande ce qui faisait que la table et les chaises posés semblait ridiculement seules dans cet espace. Les murs était de couleur vert kaki, une grande glace sans teint occupait un pan entier du mur qui faisait face à Dragunov.

Sélène fut menottée à sa chaise lui laissant une seule main de libre. Un gardien apporta un verre d’eau et sortit laissant la femme seule dans cette pièce avec pour seul compagnon l’oeil vide de la caméra de vidéo surveillance.

Elle patienta longuement, quand un homme en costume gris entra. Il devait avoir la cinquantaine bien tassée, le crâne chauve sauf sur les côtés, il portait également de petite lunette bleu ciel. Il s’asseya face à Dragunov en posant un dossier sur la table. Il commença à le lire, toujours dans le silence.

Quelques secondes passèrent quand l’homme lui dit, toujours plongé dans le dossier:

- Vous savez pourquoi on vous a arrêtée?

- Bonjour déjà ! Alors, je suppose que c’est plutôt clair, j’ai soit disant agressé une nonne, et je me serais introduite par effraction dans l’église de Goana.

- Vous reconnaissez donc les faits qui vous sont reprochés?

- Les reconnaître est un bien grand mot monsieur je ne sais pas qui vous êtes, je ne fais qu’appliquer ce que me dicte mon Seigneur !

- Vous désirez un avocat ou votre seigneur vous défendra?

- Oh pas d’avocat nécessaire voyons, je suis avocate dans la réalité ahah !

- Très bien, vous venez de déclarer ne pas avoir besoin d’un avocat, vous pouvez en demander un à tout moment. Donc reprenons, vous avez été identifiée par au moins six bonnes soeurs d’avoir agressée soeur Laurine dans le cloître de l’Eglise de Sainte Goana, vous avez également été surprise à l’intérieur de la dites église alors que celle ci était fermée depuis hier soir. Nous avons également la preuve que vous ne pouviez pas vous avoir laissée enfermer à l’intérieur de l’édifice puisque les registres de l'hôtel le “Consort” indique que vous avez louée une place pour la nuit. De plus une caméra de vidéo surveillance sur la place de l’église vous a enregistrée à 5h45 du matin devant l’église. Qu’avez vous à déclarer?

- Oh beaucoup de choses monsieur, beaucoup de choses. Premièrement, l’hôtel est insalubre, c’est inadmissible! Il va y avoir des morts si ça continue. Pour l’autre hérésie de Laurine, je lui ai cordialement démonté la gueule suite à la vision de son visage disgracieux, qui rien que par sa présence pouvait insulter mon Seigneur. Et puis, j’ai été sympa, je l’ai pas tuée, le Seigneur ne pardonne pas le meurtre, même d’immondices pareilles ahah ! Sinon pour l’intrusion dans l’église, encore une fois, je me devais de punir ces infidèles, pour avoir enfermé les saints livres de mon Seigneur, qui sont donc pris en otages par ces folles qui voulaient me coudre la bouche ! Vous vous rendez compte, elles sont vraiment dangereuses dites-donc ! Je pense qu’il faudra éliminer la menace qu’elles représentent à la société un jour ahah ! Au fait, aimez-vous le couscous Monsieur, c’est délicieux nan ?

Toujours plongé dans le dossier et prenant des notes, l’homme reprit de manière impassible:

- Oui oui, bon vous reconnaissez votre culpabilité. Très bien, ce sera vite réglé.

L’homme se leva emporta le dossier et sortit de la salle, laissant Dragunov seule à nouveau.

Dragunov regarda la caméra de surveillance, et fit des grimaces, tout en éclatant de rire.

Une voix devant elle se fît entendre.

- Bah alors Sélène, haha te voilà dans de beaux draps.

En tournant la tête Sélène vit la vieille nonne devant elle.

- Ah ! Bonjour madame la vieille ! Comment-allez vous ? Ah et si vous pouviez éviter de me pénétrer à nouveau, j’apprécierais ahah !

En faisant apparaître une cigarette qu’elle s’empressa d’allumer, la nonne reprit:

- Ha tu peux m’appeler Gisèle, se sera plus court héhéhé, j’ai bien aimé te traverser perso, hahahaha. Bon et si on parlait de toi, tu fou quoi ici?

- Eh bien Gisèle, comme tu peux le voir je suis menottée, bloquée avec un drag queen qui se fait le gardien, devant une caméra, sans épingle ni arme. De fait, je m’ennuis beaucoup. Par contre tes soeurs sont tarées, faudra que t’ailles les discipliner un de ces quatres !

La bonne soeur affichait un large sourire quasi édenté et dit:

- Hihihi, les bonnes soeurs ne me voit pas Sélène, hihihi, par contre toi oui. Hihihi du coup je me suis dit que ça pourrait être marrant de passer du temps ensemble, de toute façon dans ce pays la justice est expéditive tu vas finir soit en prison soit dans une cellule d’isolement dans un asile psychiatrique, c’est pas beau ça? On aura toute ta vie pour faire connaissance hihihihi.

- C’est génial ! J’adore cette idée, j’ai tellement de chose à apprendre d’une personne aussi âgée que vous hihihihi, et puis, le temps sera court tout de même, je suis sûre que je vais mourir vite au pire !

La bonne soeur souffla une grosse bouffé de fumée dans le visage de Dragunov et dit:

- Sauf si Kida te sors de là, héhé…

- Ou que je me fasse extrader, je ne suis pas dans mon pays je te rappelle ahah !

La bonne femme s’asseya sur la table en releva son jupon laissant apparaître des jambes squelettiques recouverts de varices.

- Tu sais, tu devrais apprendre à poser des questions précises hahaha, quand tu m’a demandé la clef, je t’ai dis de venir la chercher. Mais si tu m’avais demandé d’ouvrir la porte je l’aurais fait hahahaha et tu ne serais peut-être pas ici. Hahahaha….

- Ah donc je peux te demander des choses précises hein ? Cette idée me plaît bien vois-tu, surtout que bon t’es une hallucination dans une hallucination, t’es finalement la chose la plus tarée de ce monde ahah !

- Merci du compliment hahahahaha, mais les choses ont un prix partout, qu’est ce que tu m’offres en échanges de mon aide?

- Tu mens, le bénévolat existe ahah. Je ne m’abaisserai pas à payer ton aide, soit tu l’offres, soit, eh bien tant pis !

- Ho comme c’est dommage, tu sais ce qui est agaçant, c’est d’être menottée devant un fantôme qui fait des choses agaçantes.

Gisèle se mit à chanter à tue tête et faux en se dandinant outrageusement devant Dragunov commençant même une sorte de strip tease et s’amusant à traverser Sélène. Sélène, bien que gênée par les allers-retours de Gisèle dans son corps, dit :

- Roh arrêtez Gisèle, si ça continue vous allez m’exciter ahah !

Gisèle continua…

- Bon bah comme vous voulez, j’ai tout le temps du monde devant moi pour admirer votre corps absolument magnifique ahem ahem …

Gisèle quasiment nue poursuivie son spectacle.

- Je ne pensais pas que les nonnes étaient si ouvertes ahah ! Comme quoi on en apprend tous les jours !

Elle ne s’arrêta pas, et continua de danser les seins pendant.

Sélène n’y prêtait presque pas attention, même si elle ne put s’empêcher de traiter la nonne de “prostituée de l’au-delà” ou encore “de catin du Seigneur”.

Gisèle continuait de danser de chanter tout en traversant Sélène.

Sélène regarda la caméra, et décida de commencer à se balancer la tête violemment sur la table.

Gisèle n’intervient pas et personne n’empêcha Dragunov. Sélène décida alors de continuer jusqu’à tomber inconsciente.

Elle se réveilla plus tard, dans une chambre d’hôpital pieds et poings liés. Sélène se mit alors à crier :

- Ohé y’a personne dans cet endroit à la con ?

Personne ne venait elle aperçut Gisèle dans un coin de la pièce. Sélène continua :

- Ah rebonjour Gisèle, alors j’ai dormi combien de temps cette fois ?

Gisèle en chantonnant:

- Tuuu aaaas doooormiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii quelques heures!

Sélène, se mettant également à chantonner, répondit :

- Meeeerciiii Gisèleeeeee, paaaar cooooontre va en fallooooooir plus pour me faaaaatiguer !

- T’iiiiiiiiiinquiiiiiiiiiieeeete paaaaaaas je suuiis iiiincrevable.

Et Gisèle reprit sa danse.

Sélène décida de se rendormir quelques temps, toujours épuisée par sa blessure. Mais elle ne parvenait pas à s’endormir à cause de Gisèle.. Sélène répliqua donc, toujours en chanson :

- Ta vooooooiiiiix m’enchaaaaaante, maaaais je peeeense que je vaaais en toooooomber amoureuuuuuse si tu cooooontiiiiiinues !

Gisèle n’écoutait pas et continua de plus belle. Sélène attendit alors patiemment, le temps que quelqu’un arrive.

Mais Selene de savait pas si c’était une question de minutes ou d’heures. Eh bien soit, elle attendrait des heures si il le fallait, de toute façon, ce n’est pas comme si elle pouvait réellement faire quoique ce soit.

Cependant dans la chanson de Gisèle elle faisait mention d’un Arbre et d’une silhouette. Sélène dit alors :

- Oh vous parlez d’arbres maintenant, c’est assez drôle ahah !

Gisèle continua de chanter:

- C’eeeeeeeeest par la vooooooooolooooooonté de Goooooooaaaaaanaa que les aaaarbrees ooooooooooont pouuuuuussééééééééés.

Sélène reprit :

- Vous m’en direz tant, j’avais donc raison de m’intéresser à Goana ! Bon, au moins, je pourrais dire que je n’étais qu’à moitié à côté de la plaque ahah !

Gisèle ne prêtait pas attention à Sélène et continuait sa chanson.

- Voit comme elle enflamme le ciel

Ma belle Goana

Inaccessible ami fidèle

C'est pour moi, moi seul qu'elle s'illumine

I love you my love, Goana

Toi ma reine, la nuit dort bien, ma mie

Oh c'est vrai, non merveilleux, ma foi

Qu'elle aime quelqu'un comme moi

L'amour nous a trouvé, c'est fou

Oh je t'aime, Goana

Merveilleux amour

Fabuleux amour

Sélène se mit à rire des paroles ridicules de cette chanson, et ne daigna plus accorder un regard à Gisèle.

Gisèle continua de danser et de chanter, même lorsqu'une infirmière entra dans pièce.

Sélène parla alors à l’infirmière :

- Bonjour, comment allez-vous ? Dites moi où sommes-nous, je crois que je me suis évanouie, mais je suis actuellement un peu perdue ahah !

L'infirmière ne décrocha ni un mot, ni un sourire. Elle s’approcha de Sélène munie d’une grosse aiguille, qu’elle planta fortement dans sa jambe et injecta un produit. L’infirmière sortit, Sélène commença à se sentir nauséeuse. Pendant ce temps, Gisèle continuait de chanter et de danser devant elle. Sélène cria :

- Espèce de malpolie, vous auriez au moins pu dire bonjour !

Sélène avait la vision troublée et son audition était également touchée puisqu’elle entendait tout les sons en écho.

Une silhouette entra dans la pièce, grande, fine, mais malgré ses efforts Dragunov n’arrivait pas distinguer son visage. La silhouette se planta au pied du lit et regarda intensément Dragunov.

Gisèle c’était tut et s’approcha de Dragunov en disant d’un air terrifié:

- C’est…. C’est…. C’est… Elle, la méchante.

Puis Gisèle disparut.

Sélène tenta de parler et dit :

- Qui … … être … là ?

La silhouette s’adressa avec une voix de femme que sélène reconnue instantanément et qui lui glaça le sang.

- Nous avons presque terminé Dragunov, bientôt tu finiras comme une vulgaire carpette hahaha.

Sélène ne dit qu’un seul mot à la suite de tout ça :

- …. Sa …. lo …. pe …

C’était l’Inquisitrice qui venait d’entrer dans l’hallucination de Sélène. Elle se pencha à son oreille et sussurra:

- Ho Sélène, je m’inquièterais plutôt pour l’Arbre Saint, nous avons presque reçu toutes les informations dont on avait besoin pour le dupliquer et détruire le vôtre. Grâce à vous, nous écraserons cette idiote d’impératrice et nous ramènerons la vrais foi dans cet univers barbare.

Sélène, toujours affectée par la drogue, ne comprit pas vraiment la phrase, et ne retenais que quelques mots tels que Arbre Saint, et détruire. Ne pouvant réellement répondre, elle sombra dans l’inconscience, la drogue étant très efficace sur elle.

Elle fût réveillée un peu plus tard par des sortes de tremblements de terre mais brefs. Epuisée, Sélène n’avait pas la force de d’appeler quelqu’un.

Soudain elle se sentie comme aspirée, une masse sombre commença à l’envelopper. Elle tombait une vive douleur apparue dans sa tête d’abord à l’arrière puis progressivement vers l’avant.

Un instant plus tard elle était dans la salle, attachée à sa chaise, d’un oeil elle pouvait voir une personne masquée retirer une sorte de tige parcouru par des filaments de son autre oeil.

A sa droite l’Inquisitrice se tenait devant elle avec un grand sourir, elle donna des instructions, Sélène fût détachée et traînée par deux soldats dans la cellule. Trop faible, elle ne put rien faire.

Les soldats quittèrent la cellule, laissant Sélène seule avec Timothée. Elle prit un petit temps de pause avant de dire :

- Combien de temps que tu m’as pas vue ?

Timothée penché sur Sélène dit:

- Je pensais que vous étiez morte, j’ai arrêté de compter quand j’ai dépassé les 2 mois.

Sélène éclata de rire et dit :

- Ah tu vois que je suis solide ahahah, par contre j’ai besoin de repos, après on a un gros problème à gérer …

Timothée resta près de Sélène, pendant tout le temps que Sélène dormait.

Après des bonnes heures de sommeil, Sélène se réveilla doucement, toujours avec un affreux mal de crâne, et dit :

- Aaah, ça fait du bien d’être de retour dans la réalité ! Bon, alors on a deux problèmes Tim !

Timothée amena un plateau avec de l’eau et la nourriture et le posa à côté de Sélène.

- Mais d’abord vous devez prendre des forces.

Timothée était pâle comme un linge mais faisait comme si tout allait bien.

- Alors, je sens que tu as toi-même un problème, alors raconte le pendant que je mange, et après j’aborde les problèmes du Grand-Domaine.

Timothée adressa un sourir et dit:

- Justement c’est un peu en rapport. Depuis quelques jours, je ne sens presque plus de lien avec l’Arbre.

Sélène répondit :

- C’est normal, alors pour t’expliquer ce dont je me souviens, les inquisiteurs veulent détruire l’Arbre pour je ne sais quelle raison, et je crois que c’est des rebelles, mais je ne suis pas sûre …

- Des rebelles? Pourquoi? Contre qui?

- Contre qui, tu connais déjà la réponse, la seule personne contre laquelle ils pourraient se rebeller, c’est Kida. Pourquoi je ne sais pas. Mais toujours est-il que s’il s’agit de vrais rebelles, alors ils doivent se dissimuler aux yeux de tous …

- Mais sans notre lien, nous allons mourir Dragunov.

- Je sais, c’est pourquoi, il faut qu’on réussisse à communiquer notre position à toute personne possible, je sais pas comment mais faut qu’on le fasse. A la limite, utiliser le peu de lien avec l’Arbre restant pourrait aider ? Seule cela serait inutile mais avec toi, peut-être qu’on peut communiquer avec le gouvernement en place sur Anathas ?

- Je ne sais pas, mon lien est vraiment faible, des fois j’ai l’impression que le lien disparaît.

L’Inquisitrice se présentat devant les deux prisonniers et dit:

- Alors Sélène, j’espère que vous vous sentez à votre aise et que notre hospitalité vous convient?

Sélène prit un air ironique et dit :

- Parfaite, j’ai adoré les nonnes ! Surtout Gisèle, très sympathique au demeurant ! Néanmoins, j’avoue que j’aime bien ma cellule pour le moment ahah !

L’Inquisitrice ria et dit:

- Hahaha, Sélène c’est vous qui vous êtes inventé votre réalité issu de votre cerveau malade.

- Ah, et bien j’aime beaucoup ma réalité, sinon, qu’avez-vous pensé de ma résistance, j’espère que je n’ai pas été trop gênante ?

L’Inquisitrice éclata de rire et dit:

- Hahahahahahahahahahaha ma pauvre enfant, votre résistance? Vous nous avez donnés toutes les informations dont on avait besoin. Hahahahahaha, bon aller je n’ai pas que ça à faire. Au revoir les sauvages hahaha.

- Au revoir Mademoiselle !

Sélène attendit quelques minutes le temps pour l’inquisitrice de partir, puis reprit avec Timothée :

- Bon, si l’Arbre est mourant, on va utiliser un autre lien moins mourant ! J’ai reçu des dons du Coeur de Cristal, je dois bien pouvoir rediriger une partie de mon énergie vers lui ! Qu’en penses-tu ?

Timothée dubitatif dit:

- Je ne sais pas. C’est peut-être dangereux. Vous devriez peut-être attendre de reprendre des forces.

- Je ne peux pas attendre enfin, qui sait combien de temps il reste à l’Arbre … Et faute de meilleure solution, je suis prête à prendre ce risque ! Enfin sauf si tu as une idée derrière la tête ?

- Non, je vous suis, que dois je faire?

- Vous allez me servir d’amplificateur ahah ! Mon lien avec l’Arbre est réduit aussi, et même si c’est le cas pour tout le monde, le but est d’envoyer une quantité d’énergie notable vers le Cristal. Du coup, si je me sert en partie de ton lien en plus de concentrer la propre énergie de mon lien, je peux peut-être l’envoyer vers le Coeur, et prier pour que celui-ci transmette l’information à des gens compétents … Je n’ai pas d’autres solutions actuellement.

- D’accord essayons.

- Je te préviens, tu vas te sentir mourir, car ce sera en partie le cas, mais je te restaurerai ton énergie après, prêt ?

Avec un peu d’appréhension Timothée dit:

- Prêt.

Sélène posa sa main droite sur le coeur de Timothée et commença a exploiter son lien à sa place, elle posa sa main gauche sur son propre coeur, afin de faire stagner l’énergie. Le processus s’écoula sur plusieurs minutes, où Timothée se plaignait de vertiges, de fatigue extrême et on pouvait même voir des signes de vieillissement apparaître subitement sur sa peau. Au bout de quinze minutes, il demanda à Sélène d’arrêter, mais elle refusa, l’énergie stockée étant encore insuffisante pour espérer toucher le Coeur. Elle relâcha son emprise de Timothée au bout de 45 longues minutes. Ce dernier s’écroula litérallement, étant aux portes de la mort, et avait facilement prit 50 ans physiquement.

Afin de contacter le Coeur de Cristal, Sélène tenta de se l’imaginer dans son esprit, difficilement au début, mais devenant de plus en plus précise avec le temps. Elle demanda au Coeur de transmettre sa position à Kida, puis relâcha son énergie dans sa représentation psychique du Coeur de Cristal. Ce qui eu pour effet direct d’affaiblir drastiquement Sélène, et elle sentit lors de l’opération que quelque chose bloquait l’énergie. Elle décida de persister à envoyer de l’énergie, en espérant que la résistance s’effrite. Mais rien n’y fait, l’énergie resta bloquée, et Sélène tomba elle aussi dans l’inconscience.

Timothée avait vieilli de plusieurs décennies.

Quelques jours passèrent, tandis que les deux prisonniers affaiblis sentaient leur énergie vitale progressivement diminuer.

L’Inquisitrice était derrière le champs de force, affichant un sourire satisfait, elle ne disait rien.

Soudain une secousse suivi d’un flash lumineux ébranla la structure du vaisseau. L’inquisitrice quitta la pièce d’un pas rapide tandis qu’une alarme résonna dans tout l’engin.

Timothée se traîna jusqu’au hublot et dis:

- Sélène, venez voir.

Sélène s’approcha, elle vit par le hublot deux immenses vaisseaux faire face au Justicia. Derrière ces deux vaisseaux, une galaxie servait de toile de fond. Soudain des rayons lumineux provenant du vaisseau de l’Inquisition commencèrent à frapper les deux autres vaisseaux, quasi immédiatement après les appareils en face ouvrir également le feu sur le Justicia une pluie de boule de feu s'abattait sur le vaisseau, alors qu’à l’intérieur, Sélène et Timothée étaient secoués par les vibrations que les impacts provoquaient.

Sélène dit alors à Timothée :

- Il te reste un peu d’énergie, ou t’es totalement à sec ?

Timothée épuisé dit:

- Jusqu’à

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Sélène Dragunov de Grand-Domaine Racinite
Avatar
Caparmate du Grand-Domaine
37e
La Triade
Pavé de ses morts Partie 4 08/04/19 23:09

Timothée épuisé dit:

- Jusqu’à la mort Sélène. Servez vous.

- C’est juste pour indiquer notre présence à l’Impératrice, peut-être qu’elle le ressentira et fournira de l’énergie en retour, bien qu’un peu fantaisiste …

- Allez y Sélène, il vaut mieux mourir qu’une vie de servitude.

- C’est toi qui dit ça ahah, je te ressusciterai, bon bah c’est parti.

Sélène prit alors le peu d’énergie restante à Timothée, ce dernier s’écroulant sur le sol, mort. Elle utilisa un tout petit peu de son énergie aussi, et tenta de faire une sorte de lumière énergétique par le hublot, en espérant que quelqu’un la remarque.

Une voix dans un haut parleur semblait donner un ordre.

Le vaisseau de l'Inquisition était bombardé sans arrêt, des surtensions électriques faisait exploser les lumières. Des tuyaux cédèrent et de la vapeur s’en échappait.

Sélène vit l’Inquisitrice avec deux soldats arriver. L’inquisitrice donna des ordres, les soldats commencèrent alors à verrouiller la porte qui menait au couloir, vers la sortie.

L’Inquisitrice s’avança lentement et dit à Sélène:

- Je ne voudrais pas vous retenir plus longtemps.

Puis elle appuya sur un bouton, progressivement Sélène sentie que l’air de la cellule commençait à se vider. L’inquisitrice s’en alla, tandis que les deux soldats restaient positionnés armes au poing devant la porte.

Les minutes passaient, pour Sélène qui commençait à se sentir partir, elle avait l’impression que ça durait des heures.

Soudain la porte donnant sur le couloir vola en éclat et brisa le champs de force remplissant ainsi de nouveau la cellule d’air. Sélène était trop faible pour réagir mais elle vit des sortes de tentacules grisâtres saisir les deux soldats et les emmener dans le couloir, seul leur cris et le bruit des leur démembrement parvenait au oreille de Dragunov puis, surgissant du couloir Sélène vit enfin celle qu’elle attendait depuis longtemps.

Kida recouverte de sang, s’avança, prit Sélène dans ses bras et l’emmena en sécurité. Sélène n’a pas eu la force de dire un mot, affaiblie par tant d’épreuve, elle s’évanouit.


Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Sélène Dragunov de Grand-Domaine Racinite
Avatar
Caparmate du Grand-Domaine
37e
La Triade
Communiqué important de la Caparmate 15/04/19 19:28

Chers dirigeants,

Le TDS a approuvé ce matin l'entrée en guerre du Grand-Domaine Racinite contre la République du Dauphiné, dans le cadre d'une expédition punitive. Les motifs de cette expéditions sont multiples :

- Menace à l'encontre d'un ou de plusieurs membres de la Triade et/ou de sa filiale,

- Agression sans motif valable* de plusieurs membre de la Triade et/ou de sa filiale,

- Incitation à l'égard d'un ou des membres de la Triade et/ou de sa filiale à quitter l'alliance par chantage,

Bien que la prise de cette décision nous désole, je juge inadmissible la conduite de notre ancien allié à l'égard de ses anciens partenaires, et nécessite de fait une intervention forte et rapide.

Le gouvernement Racinite demande également aux autres membres de la Ganja Team et ses filiales de ne pas interférer dans cette expédition qui ne les concerne pas. Toute aide manifeste de la République du Dauphiné par ces dits-membres sera considérée comme participation active à la guerre et sera traitée comme telle. Par ailleurs, je demande humblement aux alliés de toutes les entités diplomatiques en présence à ne pas agir dans ce conflit, pour éviter une escalade du conflit en conflit mondial (à l'exception évidemment des anciens membres dont l'honneur a été bafoué par ce canard irritant).

Si toutefois un état s'oppose à cette guerre, il peut contacter par des canaux privés notre pays, des motifs supplémentaires pourront lui être fournis dans un cadre plus large.


Je vous prie d'agréer mes salutations distinguées,

Sélène Dragunov, Caparmate du Grand-Domaine Racinite.


*Note, les motifs employés par la République du Dauphiné pour agresser Meliodas de Danafor sont les attentats perpétrés par Avidadmortem sur le sol des émirats autocratiques du Gouloulistan. Or, la République du Dauphiné et Avidadmortem étaient alliés à cette époque, et l'alliance n'avait pas été rompue même après le troisième motif de l'expédition. De fait, nous considérons ce motif irrecevable, et considérons l'agression de l'ancien membre de la Triade comme étant gratuite. Il a aussi agressé Kim Soo Mee sans aucun motif, ce qui est bien évidemment inadmissible.


Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Notorious Gros de Gangsta's Paradise
Avatar
El Patrón
12e
Le Gang Panafricain
Déclaration de guerre. 15/04/19 20:27

Sous l'emprise d'une substance apaisante, en pleine discussion avec l'esprit de Jean Baptiste Molière.


Ce dernier, m'implora: "S'il vous plais Gros. J'ai mal à ma France, mal à ma littérature. Il faut que Mme Dragunov cesse. Tout ce qu'elle dit n'est que carabistouille. je préfère encore vous voir déblatérer vos fautes de syntaxe dans votre genre musical immonde dont j'ai déjà oublié le nom".









Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Docodow de Avidadmortem
Avatar
𝓛𝓮 𝓶𝓾𝓻𝓶𝓾𝓻𝓮 𝓭𝓮 𝓵𝓪 ๖ۣۜ𝓝𝓾𝓲𝓽
36e
La Triade
Et puis-je avoir des explications dans mon cas M.Gros? [NT] 15/04/19 20:36

Et puis-je avoir des explications dans mon cas M.Gros?

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Notorious Gros de Gangsta's Paradise
Avatar
El Patrón
12e
Le Gang Panafricain
Vous concernant, c'est le manque de respect dont vous avez fait preuve aupr... 15/04/19 20:52

Vous concernant, c'est le manque de respect dont vous avez fait preuve auprès de mon frère de sang, Maitre Goulou.


D'ailleurs une petite dédicace à tout ceux qui ont fait de même.







Modifié le 15/04/19 20:54 Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Modifié le 15/04/19 20:54
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Docodow de Avidadmortem
Avatar
𝓛𝓮 𝓶𝓾𝓻𝓶𝓾𝓻𝓮 𝓭𝓮 𝓵𝓪 ๖ۣۜ𝓝𝓾𝓲𝓽
36e
La Triade
Wow 15/04/19 21:00

Je vois que vous avez perdu beaucoup de poids sur votre photo.

Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 2 likes
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 2 likes
Réponse du Dauphinée 15/04/19 21:06

Confrère

Afin de montrer à la triade qu'on ne pouvais pas jouer avec la GTI sans payer les conséquences nous avons engager des confrontations indirectes.


Effectivement nous avions avec l'Avidadmortem une alliance et le domaine racinite une amitié. C'est pour cela que nous avons attaqué ceux que nous pouvons et respecté l'intégrité de nos amis à l'intérieurs de votre alliance.


Advidamortem a rompus notre accord bilatéral, ma déclarer la guerre et aujourd'hui subit une déroute militaire totale.


Pour une guerre d’agression contre La Surée qui n'est que ma victime, je l'admet, après que j'ai vaincus la Démoctature en défense, je bat aujourd'hui toute vos armée engagée sur tout les fronts.


Suite à la compétence de mes généraux à la longue expérience militaire et à l'expertise de la GTI en attentat vos alliées déçus par vous vous ont quitté et on signé la paix avec moi. J'ai respecter à la lettre les termes négocié avec eux en tout honneur.


Membre de la triade vos chef sont le ventre mou, rejoignais la famille panafricaine seul apte à vous aider à évolué.




Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Sélène Dragunov de Grand-Domaine Racinite
Avatar
Caparmate du Grand-Domaine
37e
La Triade
M. Picsous 15/04/19 21:19

Ainsi, vous reconnaissez avoir attaqué des innocents dans La Triade. Je vous ai averti des conséquences en privé si vous continuiez, ce que vous avez fait avec Kim soo mee. Et envahir Danafor était-il une confrontation indirecte ? Je ne crois pas Monsieur ! Par ailleurs, je vous prierai de ne pas insulter le corps dirigeant de la Triade, ce qui constitue désormais un quatrième motif d'invasion.


La famille Panafricaine hein ? Ah oui cette alliance qui l'a mise à l'envers à la lignée des Edsons et tyrannisé le monde avant la fin du monde ? Et vous êtes censés y être alliés ? AHAHAH la bonne blague ! Tous des traîtres en puissance, bafouant toute notion d'honneur, complotant comme jamais et agressant des alliances innocentes. Notre seul tort est une réponse aux attentats de Goulou, et voilà que vous nous agressez ? Alors que VOTRE alliance a commencé les hostilités ? Je fais preuve de clémence envers la Ganja de manière générale car nous n'allons pas agresser ouvertement des pays pour seul motif d'attentat. Néanmoins, Monsieur Picsous, vous avez trahis selon moi toute la Triade, vous l'avez agressée violemment, vous menacez mes membres, et j'en passe ! Ainsi, ne faites pas semblant d'être le gentil de l'histoire je vous prie.

Modifié le 15/04/19 21:19 Citer CiterLien LienReporter Reporter
Modifié le 15/04/19 21:19
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Cette lignés s'exprime en phrase courte et distincte, et comme on dit ... 15/04/19 23:41

Cette lignés s'exprime en phrase courte et distincte. Comme on dit un dessin vaut mieux qu'un long discours que tu apprécie tant.


Les temps anciens sont révolus, notre alliance à fait peau neuve et n'a rien à voir avec l'ancien groupuscule.


Oui, Danafor était un assaut qui à fini par une paix honorable pour les deux parties.

Modifié le 16/04/19 1:01 Citer CiterLien LienReporter Reporter
Modifié le 16/04/19 1:01
Citer CiterLien LienReporter Reporter

Première page Page précédente 2/2 Page suivante Dernière page

Forum > Ambassades > Ambassade du Grand-Domaine Racinite