Télévision de Makalie

Forum > Rôleplay > Télévision de Makalie

Première page Page précédente 3/3 Page suivante Dernière page

Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Déclaration de la hiérarque Isyara St Shaiad suite à l'interview de Morty The Good 27/01/19 13:04

Autrefois nous avions une planète d'origine mais nous étions de piètres gardiens.

Si nous n'avions pas découverts les reliques des Endless, notre récit se serait arrêté là.

Par Leur grâce nous fûmes élevés et nous nous efforçons d’honorer Leur mémoire.

Mais lors de notre exaltation apparut un faux prophète.

Celui-ci se revendique roi mais il n'a point de royaume, celui-ci prône un faux dieu.

L'hérétique invoque un ancien démon et tente de corrompre les fidèles.

Mais nous refusons ses mensonges et rejetons ses accusations.

Nous veillerons à ce que l'Hérétique se noie dans ses blasphèmes; il ne brisera pas notre volonté et n'apportera pas la ruine sur notre Eglise.

Alors seulement pourrons-nous nous débarrasser de notre Suaire de mortel et ressusciter Endless.


hiérarque Isyara St Shaiad

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Information Nationale - Politique - ASSI - Sénatoriales - ARES - Interview 30/01/19 23:55

Mesdames, messieurs, chers sujets voici votre journal d’informations.

Au sommaire ce soir.

- Après la séries de tentatives d’attentats et l’instauration d’un décret royal en réaction, nous recevons le ministre de l’intérieur et de la défense Gwendal De Loneoth.

- Débat au sein de l’ASSI, la directrice Marion Oslitiov à annoncée une série de proposition dont une qui doit être soumise au vote des différents états membres. La proposition n°10 visant à retirer de l’article 3 la notion d’espace non militarisé. Nous recevrons pour en parler, l’ambassadeur et représentant du royaume du Makalie à l’ASSI, Enrich Einsber.

- Sénatoriale, bien que l’organisation du vote ait été suspendu par décret royal, nous allons terminer notre tour des différents partis du Sénat par le parti industrialiste.

- Nous prendrons également la direction de l’ARES, notre agence spatiale toujours en quête de technologie plus avancée est entrain de travailler sur un nouveau type de propulseur sans carburant. Marie-Claude Salomé viendra nous expliquer plus en détail cette innovation.

- Enfin, nous irons à la rencontre de la Princesse Lunna-Kiko première Lorena de la Fédération du Pacifique-Sud qui nous a accordée une interview.



Mais d’abord je reçois le ministre de l’intérieur qui va nous parler de la situation de sécurité dans le royaume.

  • (Nathasha Gildandath): M De Loneoth bonsoir.
  • (M De Loneoth): Bonsoir.


  • (Nathasha Gildandath): Monsieur le ministre, nous savons que malgré la grande réactivité de nos services certains actes ont réussi à passer que pouvez-vous nous dire à ce sujet?
  • (M De Loneoth): Il est vrais que quelques actes de piratage ont eu lieu mais ils n’ont pas eu de réel impact et aucune technologie ou donnée réellement importante ont été touchée. De plus grâce au décret royal nous avons renforcé nos systèmes de sécurités et nous pouvons vous garantir qu’à présent ces dernier ne sont pas près de passer.


  • (Nathasha Gildandath): Plusieurs tentatives ont été déjouées et des individus ont été arrêtés, que va-t-il se passer pour ces personnes?
  • (M De Loneoth): Ces hommes vont passer devant la cour martiale, étant donné qu’ils commettent des actes hostiles au nom d’un autre état, il est donc normal de les juger comme des soldats et non comme des simples citoyens.


  • (Nathasha Gildandath): Quelles sont les peines encourues?
  • (M De Loneoth): Cela peut aller de la perpétuité à la libération, la justice qu'elle soit civile ou militaire est impartiale et objective. Nous devons donc faire preuve de retenu et laisser les spécialistes de la question faire leur travail.


  • (Nathasha Gildandath): Alors le roi a mis en place un décret royale suite à ces tentatives d’attentats, concrètement comment cela se traduit au quotidien pour les makaliens?
  • (M De Loneoth): Concrètement hormis le fait que les makaliens verront davantage de soldats et seront susceptibles d’être contrôlés plus régulièrement cela ne changera pas grand chose à leur vie. En revanche d’un point de vu logistique grâce à ce décret, nos forces armées sont en mesure d’effectuer plus efficacement et rapidement leur travail garantissant ainsi pour tous et toutes la sécurité et la tranquillité.


  • (Nathasha Gildandath): Ce décret parle de transférer des fonds du commerce vers l’industrie pourquoi cette décision?
  • (M De Loneoth): La Makalie possède une industrie de pointe que bien des puissances belliqueuses nous envie, le but de cette manœuvre est de dire à ces nations essayer de nous affaiblir et vous verrez la puissance de notre nation. C’est une simple démonstration de force. Grâce à cette manœuvre nous pouvons mettre en place notre réserve militaire ce qui représente environ 15 000 000 de soldats supplémentaires et augmenter notre puissance de lutte contre le terrorisme. Enfin ce transfert débloque également une quantité plus importante de matériel destiné à nos alliés qui sont au contact de ces viles nations.


  • (Nathasha Gildandath): Justement en parlant de soldats supplémentaire, la Garde royale à été mobilisée, c’est une mesure exceptionnelle, quel est la mission attendu pour ce corps d’armée?
  • (M De Loneoth): Je tiens à rappeler que la situation en elle-même est exceptionnelle, jamais la Makalie n’a eu à faire à un tel acharnement de violence. La Garde royale est mobilisée pour sécuriser les zones de pouvoir, Palais Royal, Sénat, Palais Ducal, Hotel de compte...etc sa mission est d’assurer à nos institutions gouvernementales la protection nécessaire afin de prévenir toutes nuisances.


  • (Nathasha Gildandath): Justement vous parlez du Sénat, les sénatoriales ont été suspendues, pouvez-vous nous indiquer pourquoi cette mesure et pour combien de temps?
  • (M De Loneoth): Je tiens à rassurer nos sujets, les sénatoriales sont suspendues le temps pour nos services d’éliminer tous risques d’ingérences, via du piratage, du chantage, du trucage ou toutes autres méthodes anti-démocratique qui viserait à nuire à l’expression solennelle du peuple. J’informe que cette période de sécurisation prendra le temps qu’il faudra et que nous faisons tout pour que cela soit le plus court possible. D’après ce que j’ai eu comme retour, nous estimons que les sénatoriales pourront reprendre d’ici une semaine.


  • (Nathasha Gildandath): Je voudrais que vos répondez aux commentaires de certains sénateurs.
  • Le sénateur Harvey Welster du parti vodyani:

Le gouvernement devrait répliquer poursuivre jusqu’au porte de l’enfer ces infidèles et les massacrer tous! Ces individus, qui se prétendent chefs d’états, ne comprennent que la force alors montrons leur!

  • (M De Loneoth): Les vodyanis ont toujours eu des propos durs envers ceux qui ne partagent leur vision du monde et surtout leur foi. Mais selon moi, adopter une attitude pareil serait la pire chose à faire.


  • (Nathasha Gildandath): La sénatrice Padme Amidala du parti pacifiste:
  • Nous devons trouver un terrain d’entente avec les autres puissances, la monté de la Ligue doit être vu comme une opportunité de paix pour la Makalie.
  • (M De Loneoth): Bien que plus optimistes, ces propos sont quelques peu naïf, jamais la Ligue n’a offert de réel opportunité pour la Makalie. Tout de fois, nous devons veiller à garder une position neutre et pacifique dans ce conflit. Selon moi, ces tentatives d’attentats visent à nous provoquer pour nous inciter à entrer en guerre ce qui, comme je l’ai dit, serait la dernière chose à faire.


  • (Nathasha Gildandath): Le sénateur Pierre Rhedblak parti scientiste:
  • - Nous avons largement les moyens technologique pour les pulvériser mais ça reviendrait à utiliser une bombe nucléaire sur une mouche. Ces pays sous développés sont justes des jaloux qui convoitent notre science.
  • (M De Loneoth): Je n’irais pas jusqu'à dire que tous les pays sont sous développés par rapport à la Makalie, disons plus que notre technologie n’a, à la base, pas la même vocation.


  • (Nathasha Gildandath): En tant que proche de la Couronne comment le couple royal a réagi en apprenant toutes ces tentatives d’attentats?
  • (M De Loneoth): Bien qu’au début choqué par ces nouvelles, le couple royal à su faire preuve d’une grande sagesse. Ne pas agir, aurait-été stupide. La Couronne n’est pas aussi zélée que certains autres dirigeants. La situation la plus sage à été celle-ci, faire un décret pour repousser les hordes de terroristes fanatiques et assurer par la même la sécurité de notre nation tout en maintenant une position parfaitement pacifique.


  • (Nathasha Gildandath): Merci monsieur le Ministre pour toutes ces réponses qui nous éclairent concernant ce point chaud de notre actualité, cependant ne partez pas tout de suite puisque nous allons aborder, dans la suite de ce journal, des sujets auxquels nous aimerions avoir votre avis.
  • (M De Loneoth): Hé bien je reste avec plaisir dans ce cas.


Prenons maintenant la direction de l’Agence de Supervision Spatiale Internationale,où la directrice Marion Oslitiov à proposée au débat la modification de l’article de 3 de l’accord de partenariat scientifique.

Cet article stipule que les états membres doivent garantir le libre accès à l’espace ainsi que d’en faire un lieu démilitarisé.

La modification souhaitée par la direction concerne l’abrogation de la mention “démilitarisé”. En effet, Mme Oslitiov voudrait par la suite lancer la création d’une force armée qui aura pour mission d’être, je cite, “une protection réelle envers ce monde hostile.” la directrice a également ajoutée que “les mots ont une limite inhérente qui ne dissuadera pas les menaces alors que les forces militaires n'ont pas ce type de limite.”

Pour l’instant aucune décision n’a été prise, le Royaume de Makalie à dors et déjà fait savoir qu’en l’état actuel des choses elle ne donnerais pas un avis favorable et la Fédération du Pacifique-Sud quand à elle ne se prononcerait pas pour le moment.

Pour en discuter avec nous, je reçoit l’ambassadeur de Makalie, mais également représentant de la Couronne à l’ASSI, Enrich Einsber.

  • (Nathasha Gildandath): M Ensberg bonsoir, alors pour pouvez-vous nous faire une petite mise en contexte avant que nous allons plus en détail.
  • (Enrich Einsber): Bonsoir, notre royaume a signé avec quatres autres nations un accord de partenariat scientifique orienté dans le domaine spatial. Issue d’une volonté commune de pouvoir travailler ensemble sans tenir compte des clivages liés aux alliances et aux manigances politiques, ce partenariat se veut comme l’accomplissement de la diplomatie dans ces temps troublés par la guerre. Peu de temps après avoir ratifié cet accord, il a été nécessaire, pour coordonner nos efforts, de créer un organisme qui supervisonnerait l’ensemble de nos projets spatiaux commun c’est ainsi que fut crée l’Agence de Supervision Spatiale Internationales ou ASSI. Après sa création, la nomination à sa tête d’un responsable était naturel, élu de manière juste et pour un mandat mensuel, Marion Oslitiov prend la direction de l’Agence pour le mois de Janvier. Il y a quelques jours, la directrice nous a communiqué une série de proposition. Ces propositions sont pour la plupart des suggestions de projet à réaliser et ne nécessite pas de débat particulier. Cependant, la proposition n°10, consistant en la modification de l’article 3 de l’accord de partenariat scientifique, nécessite l’approbation de l’ensemble des autres états membres conformément à l’article 13. Voilà pourquoi aujourd’hui les représentant du Supervisionat d’Asmodea, du Royaume de Makalie, de la Fédération du Pacifique-Sud, de la Gwadamadininaréunina et du Samoria sont réunis à l’assemblé de l’ASSI pour débattre de cette proposition.


  • (Nathasha Gildandath): Quelles modifications cette proposition va-t-elle apporter concrètement si elle venait à être adoptée?
  • (Enrich Einsber): Concrètement, cela signifierait la création d’une force armée employée au nom de l’ASSI afin de protéger ces intérêts. Cette armée pourrait attaquer n’importe quel pays, de n’importe quelle alliance, si celui-ci venait à mener des actions hostiles contre les infrastructures de l’ASSI.


  • (Nathasha Gildandath): Comment serait composée cette armée?
  • (Enrich Einsber): Dans la logique des choses, chaques états membres devrait fournir des moyens directes ou indirectes afin de mener à bien les missions pour lesquelles cette armée serait déployées.


  • (Nathasha Gildandath): Et que pensent les nations membres de cette proposition?
  • (Enrich Einsber): C’est là qu’est tout le problème, à l’heure où je vous parle aucune nation n’est parvenue à statuer de manière claire sur cette proposition. En faite, il n’y a pas de point de désaccord en soit, le problème étant le nombre important de questions politiques et logistiques que cette initiative soulève.


  • (Nathasha Gildandath): Quelle est la position de la Couronne?
  • (Enrich Einsber): La Makalie n’a pas donnée suite sur la question, en effet je vous l’ai dit de nombreuses questions doivent être clairement élucidées avant de pouvoir donner un avis favorable. En tant qu’ambassadeur ma politique est celle que la Couronne adopte à savoir neutralisme et pacifisme par conséquent, cette proposition va à l’encontre de notre politique. Tout de fois le contexte étant ce qu’il est, nous devons également veiller à ce que les intérêts que nous avons avec l’ASSI puissent être correctement assurés et donc cette proposition n’est pas une mauvaise idée en soit. L’avis de la Couronne sur cette proposition est le suivant, nous pensons que cette proposition doit être retravaillée, qui t’a prendre le temps qu’il faudra jusqu’à ce que les modalités qui assurent à chaque états membres leur indépendance et leur coopération soit remplies et clairement définies.


  • (Nathasha Gildandath): Pour faire simple, la Makalie est contre cette proposition?
  • (Enrich Einsber): Non, nous ne sommes pas contre, nous disons simplement qu’en l’état actuel, les conditions pour donner une réponse favorable ne sont pas réunies.


  • (Nathasha Gildandath): Qu’attendez-vous?
  • (Enrich Einsber): D’une part que les autres états membres communiquent leurs avis sur la question afin que la Makalie puisse également se positionner en fonction des arguments qui lui seront avancés et d’autre part nous pensons que les conditions doivent être encore retravaillées pour que tout le monde y trouve son compte.


  • (Nathasha Gildandath): Merci monsieur l’ambassadeur pour ces précisions, je me tourne vers le ministre de l’intérieur, M De Loneoth quel est votre avis sur ce sujet très politique?
  • (M De Loneoth): Je penses que monsieur Einsber a parfaitement résumé et expliqué la situation et selon moi la précipitation ne serait pas une bonne idée. Il vaut mieux prendre notre temps avant de décider si nous acceptons d’envoyer un jour des soldats sur un front.
  • (Nathasha Gildandath): Merci monsieur le ministre.


Prenons à présent la direction du Sénat où nous allons faire la connaissance de notre dernier parti, le parti industrialiste.

Issu d’un peuple millénaire, les industrialistes (alias les Hicho) aurait menés avec bonheur leurs existences abstraites et intemporelles, ignorant totalement les conflits, si les makaliens n’avaient pas forés dans leurs sol en provoquant un désastre aux proportions inimaginables. Comme une lame empoisonnée enfoncée dans une chair épurée, la faille a été une source de désordre terrible dans le monde souterrain des Hichos. Désespérés, incapables de freiner l'avancée de la maladie malgré leurs tentatives, les Hisho adoptèrent la dernière ligne de conduite susceptible de leur permettre de survivre: avec leurs étranges capacités de transformation et de modulation de la matière, ils quittèrent leurs grottes pour la surface.


La plus haute autorité des Hichos, dans leur culture, appartient au grand vice-roi de New Coroz, la cité des Hichos. Bien que répondant finalement à la nécessité de vivre avec les makaliens, le Grand Vice-roi exerce un pouvoir exécutif singulier et est investi du pouvoir de prendre des décisions unilatérales lorsque la situation l'exige. Compte tenu du fléau qui se propage à travers Coroz, de l'environnement hostile et de la présence d'ennemis inconnus, il n'est pas surprenant que le choix de la Communion pour le Grand Vice-roi vienne de ce que l'on pourrait considérer comme ce qui ressemble le plus à l'élite militaire d'une race pacifique - un grand gardien. Tenace et capable, le grand vice-roi ne sait pas comment les Hichos trouveront le salut, mais il fera tout ce qui est en son pouvoir pour le rendre ainsi.


À leur arrivée dans la Makalie, les Hichos s’installèrent dans les montagnes un monde enneigé qu’ils nommèrent Vanguard. Comme le reste de la Makalie dans lequel ils se trouvent, ils ont peu d'amour pour cet endroit. Pourtant, dans ses champs de neige immaculés et blancs, ils trouvent un écho de leur propre souterrains, Coroz. Moins un chez-soi et plus un lieu de rassemblement pour de nouvelles explorations, les Hichos habitent un petit coin du monde avec ordre et vigueur.

Possédant d’incroyables capacités dans la détection des filons de minerais, dans la transformation et la transmutation des métaux, les Hichos sont capables de sculpter des machines qui s'étendent sur des systèmes de minages vastes et complexes.


Les Hichos qui se sont aventurés hors de leur monde d'origine de Coroz et se sont enveloppés de formes robotiques composés d'un mélange étrange de science énergétique, d’ingénierie et militaire les plus compétentes de leur espèce. À l'avant-garde, ils sont organisés en ce qui pourrait être reconnu comme une structure semi-militaire et leur vie quotidienne reflète cette réalité. Contrairement à Coroz, où la vie de Hicho était autrefois centrée sur la sérénité, la contemplation et les arts supérieurs, dans les souterrains sans fin, chaque Hicho s'efforce de contribuer à l'effort de compréhension et d'éradication de la brûlure. La construction, l’exploration et la recherche occupent une place prépondérante au moment où les Hichos jettent les bases d’un examen plus approfondi de la surface.


Quittons le Sénat pour la direction du centre spatiale où s'est tenue cette semaine le lancement d’un nouveau projet ambitieux pour l’ARES, celui de fabriquer des moteurs qui n’utilise plus de carburant.

Je reçois pour nous parler de ce projet Marie-Claude Salomé.

  • (Nathasha Gildandath): Bonsoir Marie-Claude, expliquez nous, en quoi ce projet consiste?
  • (Marie-Claude Salomé): Bonsoir Nathasha, comme vous le savez pour envoyer en orbite un objet il faut générer une poussée suffisante pour arracher le poids de l’objet à la gravité. Cependant, le problème auquel on est confronté c’est que plus y a de poids, plus il faut de carburant pour générer de la poussée. Mais qui dit plus de carburant dis plus de poids, donc plus de carburant pour plus de poussée, c’est pour ça que les lancements coûte extrêmement cher. C’est donc dans l’optique de réduire ces coûts et ainsi permettre un accès plus simple à l’espace qu’on travail sur plusieurs projets. On peut, par exemple, travailler sur les performance des moteurs pour qu’il génère une meilleure poussée, on peut travailler sur réutilisation des lanceurs ce qui de facto diminue le coût puisqu’on ne reconstruit pas entièrement un lanceur. Le projet sur lequel on travail actuellement c’est deux nouveaux types de propulseurs, au lieu d’utiliser des ergols, qui prennent de la place et du poids, comme carburant nous espérons pouvoir utiliser l’énergie électrique, plus précisément les Ions, pour générer la poussée.


  • (Nathasha Gildandath): Avant de parler plus en détail de ces nouveaux moteurs, qu’est ce qu’un Ion?
  • (Marie-Claude Salomé): Pour faire très simple un Ion est un atome ou groupement d'atomes portant une charge électrique, notamment ayant gagné ou perdu un ou plusieurs électrons. On distingue deux grandes catégories d'ions: les cations chargés positivement, et les anions chargés négativement.


  • (Nathasha Gildandath): Donc concrètement comment fonctionne à moteur ionique?
  • (Marie-Claude Salomé): Alors il existe de type de moteur sur lequel nous travaillons actuellement, le moteur ionique et le moteur à plasma stationnaire. Ces deux types de moteurs utilisent les Ions mais de la même manière.

Pour le moteur ionique, il produit sa force de propulsion en accélérant des ions à très haute vitesse utilisant des grilles polarisées.

Le moteur ionique, n'utilise pas de "carburant" comme les autres moteurs-fusées mais un gaz neutre (du xénon) qui n’est en rien une source d'énergie et qui n'est utilisé que pour la "masse d'appui" qu'il représente (sa masse d'inertie). Ce gaz neutre n'est donc pas brûlé (il ne brûle pas) mais simplement ionisé. Les ions alors libérés passent par deux grilles fortement chargées électriquement et subissent ainsi une accélération. La force d’accélération des ions cause une force de réaction de sens opposé : c’est la force de propulsion du moteur à ions.

Pour le moteur à plasma stationnaire, il utilise un champ électrique pour accélérer des ions. Il est dit à effet Hall car il utilise un champ magnétique pour piéger les électrons qui servent à ioniser un gaz. Ces ions sont alors accélérés et produisent une poussée.

Constitué de deux cylindres en céramique imbriqués d'environ 10 cm de diamètre. À l'intérieur du cylindre interne et à l'extérieur du cylindre externe on trouvera des bobinages. Ils servent à générer un intense champ magnétique radial dans la zone de sortie du propulseur. Au fond de l'espace intra-cylindrique se trouve une anode où il y a le système d'injection du gaz. Une cathode creuse se situe à l'extérieur des cylindres. La pointe centrale forme un des pôles de l'électroaimant entouré par un espace annulaire, puis par la partie extérieure de l'électroaimant.


  • (Nathasha Gildandath): D’accord mais à quels domaines d’applications sont destinés ces technologies?
  • (Marie-Claude Salomé): A l’heure actuelle, uniquement au domaine spatial, en effet la faible poussée de ces moteurs ne leur permet pas d’être utilisés dans des systèmes soumis à la gravité.


  • (Nathasha Gildandath): Mais du coup ces moteurs ne peuvent pas faire décoller des fusées?
  • (Marie-Claude Salomé): Non, pour l’instant seule la propulsion par ergol est efficace en revanche ces moteurs vont nous permettre de réduire le poids car quand on veut envoyer en orbite un objet nous devons générer une accélération suffisante pour rester en orbite. Etant donné que ces moteurs ne nécessite pas de réservoir de carburant ils sont considérablement plus léger, de plus, comme leur alimentation est électrique on peut les alimenter via des panneaux solaires ce qui, par exemple, pour envoyer des sondes vers d’autre planète nous permets d’assurer une poussée constante et donc de réduire les délais de voyage.


  • (Nathasha Gildandath): Merci Marie Claude pour toutes ces précisions de qualités.
  • (Marie-Claude Salomé): C’est moi qui vous remercie.


A présent nous quittons la Makalie pour nous envoler sous le climat tropical de la Fédération du Pacifique-Sud. Je vous le disais en début de journal, la Princesse Lunna-Kiko nous a accordée un peu de son temps pour répondre à nos questions.


  • (Nathasha Gildandath): Princesse Lunna-Kiko bonjour, merci de nous accorder cette interview.

D’abord première question, pouvez-vous nous parler de vous, depuis combien de temps êtes vous la Princesse de la Fédération du Pacifique-Sud? Qu’implique ce rôle ainsi que celui de première Loréna?


  • (Princesse Lunna-Kiko): C'est moi qui vous remercie. Et bien.. je suis princesse de la Fédération du Pacifique-Sud depuis ma naissance.. C'est un rôle sans importance majeure puisque comme c'est le cas dans chaque monarchie la princesse est condamnée à rester dans l'ombre du couple royal et des ses frères si elle en a. C'est en réalité le titre de Première Lorena, que je dirais "endémique" à la Fédération, qui donne toute son importance aux princesses pacificaines et leur permet d'avoir autant, sinon plus de pouvoir que le couple régnant puisqu'il projette les princesses pacificaines à la tête du royaume.



  • (Nathasha Gildandath): La Fédération est une monarchie constitutionnelle comme le Royaume de Makalie, toutefois contrairement ce dernier, le rôle de votre monarque est méconnu, pouvez-vous éclaircir ce point, la reine Bianca IV a-t-elle des pouvoirs?


  • (Princesse Lunna-Kiko):  Il est vrai que la manière de diriger en Makalie et en Pacifica diffère énormément même si elles ont toute les deux des régimes politiques très proches. Les monarques de la Fédération n'ont en réalité que peu de pouvoir. Leur rôle est plus.. passif je dirais.

Jouant plus le rôle de conseillers auprès de la Première Lorena, ils incarnent l'unité de la nation et sont en quelques sortes la représentation vivante de l'identité nationale pacificaine.



  • (Nathasha Gildandath): De manière plus générale comment fonctionne votre gouvernement?


  • (Princesse Lunna-Kiko): Le Gouvernement pacificain est organisé de manière à ce que la communication entre le Peuple et les différents organismes gouvernementaux soit simple et facile. Cela mis à part, je dirais que le Gouvernement pacificain fonctionne comme n'importe quel autre monarchie modernes.



  • (Nathasha Gildandath): Parlons à présent de votre pays, la Fédération du Pacifique-Sud est un des états les plus riche et des plus puissants d’Anathas, comment s'est bâti cette “puissance”?


  • (Princesse Lunna-Kiko): Il serait intéressant selon moi de noter que la Fédération doit sa "puissance" à beaucoup de pays étrangers comme le Paraná ou le Gandja, une ancienne nation qui n'existe plus aujourd'hui. Ayant traversé beaucoup de crises économiques comme militaires, je dirais quand même que c'est à force de persévérance et de patience que mon pays est devenu ce qu'il est.



  • (Nathasha Gildandath): Malgré cette aura de grandeur, la Fédération reste méconnu aux yeux des makaliens, parlez nous un peu de la culture et de l’histoire de la Fédération.

(religion; musique; gastronomie; la Fédération a-t-elle été toujours une monarchie?...etc).


  • (Princesse Lunna-Kiko): Faire un résumé en quelques mots de l'histoire et de la culture d'une nation, que cela soit la Fédération du Pacifique-Sud ou n'importe quel autre pays, est un défi que je ne suis pas prête à relever.

Je dirais cependant que la culture pacificaine est un immense.. "patchwork" regroupant des éléments de toutes les cultures voisines du Pacifique.



  • (Nathasha Gildandath): Parlons à présent de votre allié tout aussi puissant que la Fédération, Kim So Youn, pouvez-vous nous le présenter? C’est quelqu’un de très discret sur la scène internationale forcément cela suscite bien des curiosité.


  • (Princesse Lunna-Kiko): La Confédération Est-Asiatique a toujours été, depuis aussi loin que je peux me souvenir, une alliée de la Fédération du Pacifique-Sud. Je ne pourrais malheureusement pas vous en dire plus puisque je ne dispose moi-même que de peu d'informations concernant la politique et la culture de ce pays.



  • (Nathasha Gildandath): Abordons le volet internationale de la Fédération, vous avez récemment signée les accords de partenariats scientifiques entre plusieurs agences spatiales et la vôtre, quelles ont été les motivations qui vous ont poussées à signer ce traité?


  • (Princesse Lunna-Kiko): La Fédération du Pacifique-Sud pense que la paix mondiale est un objectif qui ne pourra s'accomplir qu'à travers la collaboration avec les autres nations et que la guerre, même si elle en a elle-même usé par le passé, n'est plus une solution viable à longue durée. Ce sentiment est renforcé par la récente explosion des coûts de l'éducation.



  • (Nathasha Gildandath): Qu’attendez-vous de ce traité? Avez-vous des espoirs sur celui-ci et ce qu’il peut faire émerger à l’avenir?


  • (Princesse Lunna-Kiko): Nous nous attendons à tout, l'espace étant un territoire encore inconnu. L'espoir de voir une coopération internationale globale un jour mise en place est présent lui aussi, même si au vu des conflits qui s'éternisent cela devient de jour en jour un peu plus impossible.



  • (Nathasha Gildandath): Nous aimerions beaucoup connaître votre avis sur le conflit entre la Ligue et l’Ordre, quel regard portez-vous sur cette situation?


  • (Princesse Lunna-Kiko): Je préfère ne pas aborder ce sujet au risque de froisser l'un ou l'autre des camps, qui comptent tout les deux des pays que la Fédération considère comme des amis.



  • (Nathasha Gildandath): Le royaume de Makalie et la Fédération partage des relations diplomatique, comment qualifieriez-vous ces relations? Quel est votre sentiment vis à vis de notre nation?


  • (Princesse Lunna-Kiko): Je dirais que les relations reliant la Makalie et Pacifica sont cordiales, sinon même amicales. J'admire personellement le royaume de Makalie pour avoir su conserver sa neutralité aussi longtemps tout en apportant la prospérité à son peuple.



  • (Nathasha Gildandath): Dernière question, pour tous nos auditeurs, une dernière déclaration?


  • (Princesse Lunna-Kiko): Air Pacifica offre actuellement des réductions sur le billet d'avion Makalie-Pacifica... profitez-en !


C’est la fin de ce journal, merci de l’avoir suivi, je vous souhaites un agréable moment sur nos chaînes.

Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 4 likes
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 4 likes
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
L'OFFRE DU JOURNAL DE MAKALIE 01/02/19 1:42

Jusqu'au 5 février vous pouvez devenir abonné du Journal de Makalie.

Avec cette offre:

  • Recevez toutes les infos 48 heures avant leur publication!
  • Participez et commentez la rédaction du journal!
  • Proposez des sujets de rédaction!


Pour vous abonnez, c'est très simple, contactez-nous et dites "Abonné".


ATTENTION CETTE OFFRE EST LIMITÉE. VOUS AVEZ JUSQU'AU 5 FÉVRIER MINUIT.

ALORS PROFITEZ EN!

Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Omar Young de Gwadamadininaréunina
Avatar
The Black Robin Hood
16e
Le Gang Panafricain
Le Cinéma Bollywoodien Gwadamadininais 01/02/19 21:57

Le cinéma Gwadamadininais est en pleine essor, grâce notamment au savoir faire de la communauté tamoule du pays.


Et comme nous souhaitons promouvoir, notre cinéma Bollywoodien Gwadamadininais dans le monde entier, nous estimons que la télévision du Makalie serait la meilleure vitrine.


C'est pourquoi, nous souhaitons vous vendre nos productions à un prix très compétitif.


Vous allez être impressionné par la qualité d'écriture de nos scénaristes ainsi que par nos effets spéciaux.


Vinjaï Kitchenapanaïdoudou. ministère de la culture et de l'audiovisuel

Modifié le 01/02/19 22:09 Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Modifié le 01/02/19 22:09
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Mano Living de Humaland
Avatar
Compte archivé
Ah ! Terribles les effets spéciaux :-) [NT] 01/02/19 22:27

Ah ! Terribles les effets spéciaux :-)

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Réponse à la requête Omar Young de Gwadamadininaréunina 02/02/19 0:06

Bonjour,

Nous serions ravis de vous laisser diffuser gratuitement vos programmes sur nos services.

Aussi nous sommes une chaîne grand publique et nous tenons à rappeler à l'ensemble de nos collaborateurs que le journal se garde le droit de refuser ou de supprimer tout contenu que nous jugerons inapproprié pour notre audience.

Très cordialement.

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
L'OFFRE DU JOURNAL DE MAKALIE 03/02/19 13:07

Jusqu'au 5 février vous pouvez devenir abonné du Journal de Makalie.

Avec cette offre:

  • Recevez toutes les infos 48 heures avant leur publication!
  • Participez et commentez la rédaction du journal!
  • Proposez des sujets de rédaction!


Pour vous abonnez, c'est très simple, contactez-nous et dites "Abonné".


ATTENTION CETTE OFFRE EST LIMITÉE. VOUS AVEZ JUSQU'AU 5 FÉVRIER MINUIT.

ALORS PROFITEZ EN!

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Annonce de la Maison Royale 08/02/19 6:39

Moi Morvan "Lez-Breizh" roi de Makalie, c'est avec une immense joie que je vous annonce que la reine Anasthasia Kortaslaika vient de donner naissance à une jolie petite fille.

La Princesse Adelaide "Lez-Breizh" - Kortaslaika.

Elle est donc, si le destin le veut, première héritière du trône de Makalie.


Très cordialement, Morvan "Lez-Breizh" roi de Makalie.

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Information Nationale - Reportage sur le Paranà - Dissolution de la Ligue - Interview - ASSI - Sénatoriales 10/02/19 20:05

Madame, monsieur, chers sujets bonsoir, au sommaire de votre journal:

- Une grande nouvelle qui annonce un renouveau géopolitique pour un grand nombre de nations, la Ligue du Paraná a été dissolue, aussi nous vous proposons ce soir un numéro spécial sur l’autre visage du Paraná celui qu’El Commandante ne souhaite pas voir.

- Suite à cette dissolution, un grand nombre de conflits a éclaté sur tout Anathas, opposant nations contre nations que peuple et gouvernement, nous ferons le point dans ce journal.

- Un nouvel allié vient de rejoindre l’Ordre des Templiers pour lutter face à l’obscurantisme.

- L’ASSI a élu un nouveau président pour le mois de Février, un président makalien, M Jean-Marc Astorg sera notre invité.

- Sénatoriales, après la période de mise en sécurité, le vote des sujets de la Couronne peut enfin avoir lieu, nous irons dans les coulisses pour vous montrer le déroulé des élections.


Mais d’abord, c’est une nouvelle qui a bouleversé la communauté internationale, la Ligue du Paraná a été dissoute suite à la décision de son Président, Edson Enrique alias El Commandante.

D’après certains proche d’El Commandante que nous avons réussi à contacter, le despotique Edson serait en proie à la folie et dans un accès de mégalomanie et aurait déclaré que le Paraná seul peut résister à tout.

Toujours selon ces proches, plus personne n’arrive à raisonner le commandant tandis que les paranéens souffrent terriblement de la faim, de la guerre et du manque de couverture de santé.

A l’heure où la guerre des mots entre El Commandante et les autres dirigeants semble prendre fin pour laisser la place aux armes, ce sont peut-être eux qui, en coulisses, ont été les premiers à pâtir de la crise. Environ 10 millions de personnes vivent encore au Paraná, des civils dont les visages apparaissent souvent dans les vidéos de propagande du régime. Mais qu’en est-il réellement du quotidien dans le pays le plus secret du monde ? Eléments de réponse.


Pour les paranéens, pas une journée ne débute sans que ne retentissent les sirènes dès 5 heures du matin. Des haut-parleurs sont en effet installés un peu partout afin de diffuser à plein volume un air hypnotique durant plusieurs minutes. Le but : rappeler à tous les habitants les sacrifices endurés par leurs anciens dirigeants.


Pénuries chroniques d'énergie.

Le salaire annuel moyen varie de 1000 à 2000 dollars, ce qui équivaut à un salaire quotidien de 4 dollars. Pays plutôt rural, le Paraná est souvent confronté à des pénuries alimentaires. En juillet dernier, l'Agence Géostratégique de Makalie pour l'alimentation a d’ailleurs préconisé une hausse des livraisons alimentaires à cause d’une sécheresse dans le pays. Preuve de la récurrence du problème, même dans les années sans sécheresse, plus de 40% de la population souffre de sous-alimentation, selon l’AGM. La crise a atteint son apogée à la fin des années 1990, quand une famine a fait plusieurs centaines de milliers de morts.


En outre, le Nord souffre de pénuries chroniques d'énergie. Ce qu'illustrent de manière éclatante les images satellites nocturnes du pays, qui apparaît comme un quadrilatère obscur pris en sandwich entre une Fédération du Pacifique-Sud et un Goulouland qui brillent de mille feux. Par conséquent, les panneaux solaires sont omniprésents sur les balcons de la capitale paranéenne. Les supermarchés vendent un modèle de 35 watts pour l'équivalent de 45 dollars, accessible pour bon nombre des habitants privilégiés de la capitale. Les étudiants, eux, lisent le soir à la lueur des lampadaires, selon un reporter de l’APM (Agence de Presse de Makalie) qui était récemment sur place. D'après la Banque mondiale, à peine un paranéen sur trois a accès au courant.


Des peines sévères pour ceux qui appellent des proches ayant fui à l'étranger.

Pour bien comprendre à quoi ressemble la vie dans ce pays vivant à huit clos, deux architectes ont recréé l’intérieur d’un appartement paranéen. Conçu pour la biennale d’urbanisme de Naoned en septembre dernier, ce projet – basé sur des photos récupérées par les auteurs sur Internet et au cours de leurs études – l’espace de 36 mètres carrés a été aménagé avec des meubles et des objets identiques à ceux qu’on retrouve dans la capitale. Un mur est ainsi dédié à l’affichage de portraits officiels des dirigeants.

Au Paraná, rares sont ceux à disposer d'une voiture, et le bus est de loin le moyen de transport le plus populaire. Un billet coûte la très modique somme de 5 dollars paranéen (moins de 10 centimes sur le marché libre des changes). Côté nouvelles technologies, les paranéens n’ont, pour la majorité, pas accès à Internet ni aux réseaux sociaux. Ils ont en revanche la possibilité de se connecter à un intranet disposant de ses propres moteurs de recherche. A un détail près : celui-ci est rigoureusement surveillé par les autorités.

Un droit de regard qui concerne également la téléphonie : selon un rapport publié en mars 2016 par l’AGM, le régime inflige des peines sévères, y compris l'internement dans des camps de prisonniers politiques, à ceux qui sont surpris en train d'essayer d'appeler leurs proches ayant fui à l'étranger. Il y a plus de trois millions d'abonnés au réseau de téléphonie mobile intérieur mais les appels internationaux sont totalement bloqués.


D’Edson Enrique, on retient souvent son costume de chef des armées et son verbe acerbe, devant lequel défile la fine fleur des troupes paranéennes. Une autre facette du dictateur demeurerait néanmoins beaucoup plus discrète : son goût pour l'argent et le luxe.  Le train de vie du dictateur n'aurait en effet rien à envier à celui de son père, réputé en la matière.


Selon la banque royale de Makalie, qui a consacré une large enquête au dirigeant en 2015, El Commandante disposerait de plus d'une douzaine de résidences à travers tout le pays. Des images satellites avaient à l'époque confirmé la création de pistes d'atterrissages à proximité de l'un de ses palais. Proche du dictateur, une ancienne star de football, avait d'ailleurs décrit en 2013 le train de vie de celui qu'il considère comme "un bon ami". "Cela ressemble aux plages pacificaines ou espagnoles, sauf qu'il est le seul à vivre là", avait alors raconté le footballeur de retour de la baie de Kardéos, où El Commandante a fait construire au bord de la plage une villa. Et le footballeur d'ajouter : "Si vous buvez une tequila, c'est la meilleure qui soit. Tout ce que vous voulez, il le possède de la meilleure qualité qui soit".


Des milliers d'euros pour de l'alcool chaque année.

Il faut dire que le dirigeant disposerait d'un joli pactole, légué par son père après sa mort en 2011. Peu après avoir pris le pouvoir, en 2012, El Commandante aurait ainsi mis à l'abri des centaines de millions de dollars dans des banques de Kaji no Kuni, notamment à Ha no mura.

C'est en tout cas ce que rapportait à l'époque la presse sud-pacificaine, citant des sources gouvernementales. Une année durant laquelle le jeune dirigeant avait dépensé sans compter : selon la BRM, les dépenses annuelles du pays en produits de luxe étaient alors passées de 300 millions de dollars à 645,8 millions de dollars. Pêle-mêle, Edson se serait fait livrer du matériel pour construire une salle de cinéma de 1.000 places, ou encore du whisky et du cognac.

Un goût pour le luxe qu'il tiendrait de son père ? Retour en arrière, en 2006, quand les Templiers avaient – déjà – imposé des sanctions, le Département d'Etat avait rajouté à sa liste des biens sous embargo pour le Paraná les yachts, les voitures de course ou encore les écrans plasma. Des biens dont le dirigeant paranéen d'alors était friand. De 1989 à 1999, El Colonel aurait par ailleurs commandé, selon la BRM, entre 550.000 dollars et 677.000 dollars d'alcools et de vins par an. De quoi occuper le temps dans le train personnel qu'il s'était fait construire : un émissaire avait en effet raconté son séjour, partageant quotidiennement homards frais et champagnes livrés par hélicoptère. Selon des rapports des services secrets makaliens et sud-pacificains, le train était équipé de salles de conférences et de réception, le tout équipé de technologies de pointe tel que des murs d'écrans vidéo et des dispositifs de communication satellitaires.


Selon l’APM en 2010, Edson avait 4 milliards de dollars en dépôts dans des banques samorienne au cas où il aurait eu besoin de fuir le Paraná.


La famine est-elle toujours une réalité dans le pays?

"Il n'y avait rien sauf des feuilles de maïs réduites en poudre, qui constipaient. Je mangeais des lézards, des serpents, des rats et de l'herbe". En 2013, des transfuges échappés du Paraná étaient revenus devant une commission d'enquête de l'Agence de Géostratégie de Makalie sur un drame vécu par toute une population. Entre 1994 et 1998, la famine a en effet tué jusqu'à un million de personnes pour une population de 20 millions à l'époque. Une lutte pour la survie qui, si elle n'est plus comparable avec cette période sombre, est toujours d'actualité dans le pays.


Au milieu des années 1990, le régime est confronté à trois années de catastrophes naturelles, dont des inondations. Ces dernières aggravent la crise économique provoquée par la guerre civile. Le pays devient entièrement dépendant des importations pour son approvisionnement alimentaire. Une première dans l'histoire d'un pays qui va rechigner à tendre la main à la communauté internationale.


"Il n'y a plus du tout de famine au Paraná”

Ainsi, en février 1997, le chef du bureau local du Programme alimentaire mondial (PAM) explique depuis le Paraná que la population ne dispose plus que d'une ration quotidienne de 100 grammes de céréales. Une crise qui va engendrer des situations extrêmes, comme en témoigne un rapport publié en mai 2011 par l'Institut Royale d'Étude Agroalimentaire. A partir de 230 témoignages, cet organisme public makalien aux travaux reconnus révèle alors des cas de cannibalisme : un habitant de la ville de St Edson, au nord-est du pays, a ainsi été exécuté en décembre 2009 pour avoir tué et mangé une fillette. Un père et son fils seront condamnés à mort en 2006 dans la ville d’Edsonnia pour avoir mangé de la chair humaine.


Une spirale infernale devenue de l'histoire ancienne pour le pays ? Contacté par notre journal, Antoine Bondaz, chercheur spécialiste du Paraná et du Kaji no Kuni à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), estime que "la situation s'est considérablement améliorée. Il n'y a plus du tout de famine au Parana." Selon le chercheur, la production s'est considérablement renforcée ces 10 dernières années, sous l'impulsion de El Commandante. Cela s'explique par des réformes des systèmes de production et de gestion.

Plus de 40% de la population souffre de sous-alimentation.

Mais si la situation n'est plus comparable avec les années 1990, le régime n'a toujours pas réglé ses insuffisances en matière d'alimentation. Antoine Bondaz : "il n'y a plus de sous-nutrition, mais de la malnutrition. Il y a encore des problèmes, notamment pour les populations vulnérables, tel que les enfants et les femmes enceintes. le pays n'est pas autosuffisant, il doit par exemple importer des céréales en provenance de Kaji no Kuni." Même dans les années sans sécheresse, plus de 40% de la population paranéenne souffre selon l'AGM de sous-alimentation. Les pénuries alimentaires sont imputées par de nombreux experts à une mauvaise gestion de la part du gouvernement, et notamment au choix de consacrer une importante partie du budget aux programmes balistique et nucléaire.


Dernier exemple en date ? En juillet dernier. L'Agence de Géostratégie de Makalie pour l'alimentation et l'agriculture a publié un rapport dans lequel elle mettait en garde contre le risque de graves pénuries. En cause : une sécheresse, la pire en 15 ans. Par conséquent, l’Agence préconisait une aide internationale, notamment auprès des agriculteurs. Problème : les livraisons alimentaires internationales ont fortement diminué avec la montée des tensions liées aux programmes militaires.


Pourquoi le régime inspire-t-il les plus folles rumeurs ?

Connaissez-vous la dernière histoire qui circule sur El Commandante? Le dictateur Paranéen aurait échappé de justesse à une tentative d’assassinat en mai dernier, orchestrée par les Templiers. C’est en tout cas ce que PPP (l’agence de presse officielle du régime) rapporte ces jours-ci et, même si l’information est tout sauf avérée, elle est reprise par une partie de la presse à sensation internationale. Il faut dire que, depuis plusieurs années, une machine à rumeurs tourne à plein régime à propos du… régime.


La plus connue de ces folles histoires est sans doute celle qui, en janvier 2014, a impliqué Enrique Jose, l'oncle d’Edson Enrique. La version la plus spectaculaire véhiculée était la suivante : le dictateur a fait jeter en pâture à 120 chiens affamés son oncle, nu, qui avait eu une liaison avec une des jeune épouse du dirigeant. La femme de l'oncle, victime d'une attaque cardiaque consécutive au choc émotionnel, se serait retrouvée dans le coma. Rapportée par plusieurs médias, l'affaire aurait pour origine un commentaire satirique posté par un journal Moyashimasu, Wen Wei Po. Problème : seuls l'arrestation, le procès express et l'exécution ont été annoncés officiellement par le régime. Le reste provient de sites internet opérés par des paranéens réfugiés et de médias internationaux, qui, notent les analystes, ont intérêt à dresser le portrait le plus noir possible du régime.


"Des rumeurs restent des rumeurs"

Il faut dire que démêler le vrai du faux à propos du Paraná est une tâche ardue. Dans ce pays secret et isolé, dirigé d'une main de fer depuis trois générations par les Edson, les rumeurs les plus surréalistes paraissent presque crédibles. Pêle-mêle, des étrangers seraient enlevés pour devenir espions, les homonymes d’Edson seraient priés de changer de nom… Pourquoi autant d'histoires circulent-elles ? En grande partie car le régime verrouille tous les canaux d'information et de communication, rendant difficile la vérification des rumeurs. Parallèlement, l'intérêt de la presse internationale est énorme, surtout lorsqu'il s'agit d'histoires à sensations qui confortent le public dans sa perception du Paranà comme un pays étrange, brutal et arriéré.



Peut importe l’état de santé mental du commandant, la dissolution de la Ligue du Paraná a entraîné de nombreux conflits contre le Paraná en guise de représailles.

On peut par exemple citer la coalition des états Panafricains et l’Ordre des Templiers qui ont marqués les hostilités en utilisant des armes de destructions massives. Par exemple, la Citadelle aurait fait usage de la bombe S (enrichie au Sanchezium) sur le territoire de Warmind, des USA, et du Paraná. Pour vous situer la puissance de ces bombes, avec seulement deux explosions sur son territoire, le Paraná déplore plus de 140 millions de morts. Des rumeurs racontent que le Roi Morvan “Lez-Breizh” étudierait actuellement quelques armes de destruction massive, mais aucune preuve tangible de ces rumeurs n’ont pour le moment été trouvées.


La Fédération du Pacifique-Sud à également quittée son statut pacifique pour déclarer la guerre au Paraná. En effet, la Fédération du Pacifique-Sud considère la cause de l’Ordre et du Gang Panafricain juste, même si elle émet quelques objections sur la méthode utilisée pour appuyer leur cause.


Mais également, à la surprise générale, l’allié de toujours de El commandante, l’Empereur Migi à décider de retourner sa veste pour attaquer son ancien allié. Le Kaji no Kuni a ainsi décidé d’aider ses “alliés les plus fidèles”, et a ainsi intégré le Gang Panafricain. Le gouvernement de Kaji no Kuni a aussi expressément fait savoir leur intention de punir le Wakanda pour avoir volé tous les fonds de l’Anathasienne, même si ce dernier fait partie du Gang.

Résultat des conflits : le Paraná a quitté le podium des nations les plus puissantes d’Anathas et a perdu plus de 60% de son territoire et 80% de sa population a été décimée.


Ces multiples conflits internationaux ne sont pas les seuls à ébranler Anathas, il y a également de nombreuses révoltes populaires contre la dictature et l'oppression. Ces révoltes qui ont pour but de ramener la démocratie dans leurs pays ont débutées en même temps que l'intensité des conflits s’est vue drastiquement augmentée.

On peut par exemple citer le Samoria où les Samoriens se révoltent contre la politique belliqueuse du Toukano espérant laisser leurs pays loin des guerres.

D’autres révoltes ont été enregistrées dans des pays du Panafrique, et les anciennes colonies de la Ligue du Paraná.


Malgré cette période de troubles intenses notons que l’Ordre des Templiers à accueilli un nouveau membre.

Il s’agit du Supervisionnat d’Asmodae. Connu de tous les makaliens comme un allié et un ami fidèle à la Couronne, ce dernier a rejoint l’alliance suite à la dissolution de la Ligue du Paraná.

Nous avons contacté le Superviseur d’Asmodae pour lui poser quelques question.

- (Nathasha Gildandath) : Bonsoir Superviseur, merci d’accepter de nous consacrer quelques minutes. J’aimerais d’abord vous demander votre avis sur la situation internationale, comment le Supervisionnat voit-il l’état de guerre mondiale sur Anathas?


- (Dharim Fierlance) : Bonsoir Nathasha. Selon moi, l’état de guerre mondial n’est bon pour personne. Effectivement, cela permet de bien progresser dans la hiérarchie des nations, et avouons-le, le Supervisionnat ne s’est pas gêné à ce sujet, mais trop de guerres pourraient laisser des rancoeurs chez tous les dirigeants. De fait, et pour éviter des massacres de populations plus violents qu’actuellement, je recommande à toutes les nations en guerre à signer une trêve avec ses ennemis.


- (Nathasha Gildandath) : Quelle a été votre réaction en apprenant la dissolution de votre ancienne alliance, la Ligue du Paranà? Quel regard portez-vous sur El Commandante?


- (Dharim Fierlance) : La dissolution de la Ligue était une grande surprise pour nos services. Que des tensions naissent au sein de l’alliance pourquoi pas, mais de là à forcer sa dissolution, je pense qu’il y a eu de l’excès de zèle de la part Del Commandante. Notre regard n’a pas changé envers El Commandante, nous ne le remercierons jamais assez de nous avoir aidés lors de notre développement et au-delà en nous donnant la protection d’une alliance. Bien que nous n’avons pas le même avis concernant des points diplomatiques certains, dont l’ASSI, nous restons alliés au Commandante. D’ailleurs si la situation devient critique dans son pays, il peut parfaitement demander à passer des “vacances” chez nous pour sa protection.


- (Nathasha Gildandath) : Pourquoi avoir rejoint le camp des Templiers alors que, non seulement nous avons été en conflit contre le Supervisionnat par le passé, mais également le fait que la Ligue et l’Ordre sont des ennemis depuis toujours?


- (Dharim Fierlance) : Nous avons rejoint les Templiers un peu sur un coup de tête et sur invitation de votre nation. Je n’ai que faire du passé, les conflits Ligue-Ordre ne me concernent pas le moins du monde. Je n’ai donc pas eu à en tenir compte dans ma réflexion. Ainsi, pour faire simple, nous avons rejoint les Templiers pour être aux côtés des makaliens, indépendamment du passé respectifs de nos organisations. Il est vrai que j’ai peut-être contribué à l’anéantissement d’un templier et attaqué préventivement les Limoges, mais cela ne veut pas dire que je peux pas collaborer avec les ennemis d’hier. Le monde serait déprimant si tel était le cas.


- (Nathasha Gildandath) : Qu’espérez-vous que cette alliance vous apportera que la Ligue ne pouvait pas vous apporter?


- (Dharim Fierlance) : En fait, la Ligue était de loin la meilleure alliance possible. Je ne l’aurais jamais quittée si elle n’avait pas été dissoute. De fait, la question n’est pas qu’est-ce que cette alliance peut m’apporter en plus par rapport à la Ligue, mais qu’est-ce qu’elle peut m’offrir en compensation de la dissolution de la Ligue. Et pour le moment, je n’ai pas à me plaindre de l’Ordre, la seule chose que j’en attend est finalement des alliés fiables. J’envisage peut-être aussi de gravir les échelons de l’Ordre, bien que cela me fasse doucement sourire que mes supérieurs hiérarchiques soient plus faibles militairement que moi. Une vieille habitude de la Ligue que d’avoir des supérieurs réellement supérieurs à soi je suppose !


- (Nathasha Gildandath) : Comment se porte le Supervisionnat avec tous ces conflits et ces révoltes? Craignez-vous des répercussions sur la stabilité politique de votre nation?


- (Dharim Fierlance) : Le Supervisionnat est relativement stable malgré la situation mondiale. Cependant Mme Dragunov désapprouve mon positionnement chez les Templiers et me le fait largement savoir en sapant mon autorité auprès de l’armée. Hormis ce détail qui sera réglé rapidement je l’espère, on ne déplore aucun gilet jaune dans le pays, c’est une bonne nouvelle !


- (Nathasha Gildandath) : Craignez-vous des représailles de vos anciens alliés pour avoir rejoint l’Ordre?


- (Dharim Fierlance) : Je ne pense pas subir de représailles, pour la simple et bonne raison que l’état des anciens membres ne le permet pas dans l’ensemble. A fortiori, vu que je reste pacifiste, cela donne une raison de ne pas m’attaquer et donc d’ouvrir un nouveau front. Je pense donc que notre situation est dans un bon état à l’international.


- (Nathasha Gildandath) : La Makalie à fait savoir qu’elle se portait garante de vous au sein de l’Ordre, toutefois des réserves ont été émises par d’autres membres de l’Ordre quand à votre loyauté que leur répondez-vous?


- (Dharim Fierlance) : Je comprends volontiers le manque de confiance de l’Ordre à mon égard au vu de notre passé commun, mais il ne me semble pas avoir fait preuve ne serait-ce qu’une seule fois de déloyauté envers un autre pays. Je ne trahis pas, ce n’est pas dans les valeurs du Supervisionnat. Mais je suppose que je vais devoir faire mes preuves pour que les réserves s’atténuent.


- (Nathasha Gildandath) : Un coup d’état a frappé votre ancien allié, Juvania, comment voyez vous le nouveau dirigeant du pays?


- (Dharim Fierlance) : Eh bien, cet évènement date déjà un peu, mais je trouve que Aryus n’est pas du tout un problème à la tête de son pays. C’est un frère d’armes après tout ! Et je trouve son initiative de créer la Suisse Armée louable, car il est nécessaire parfois d’avoir une alliance qui reste neutre dans les conflits pour servir, éventuellement, de médiateur.


- (Nathasha Gildandath) : Donc vous pensez qu’il sera une sorte de casque bleu, à l’internationale, mais concrètement il est seul comment pourrait-il avoir un poids dans un conflit tel que celui que nous traversons?


- (Dharim Fierlance) : Le poids d’une alliance dans la médiation n’est pas forcément un facteur capital. Il n’est pas impossible aussi que les états ayant subis des révoltes récemment rejoignent la Suisse Armée dans les prochaines semaines. Ainsi, cette alliance aura un poids suffisant pour pouvoir forcer les négociations si nécessaire. Ou bien, il veut juste avoir un petit havre de paix loin de tout conflit, et il attirera alors des nations animées des mêmes intentions. Seul l’avenir nous le dira.


- (Nathasha Gildandath) : Passons sur un sujet plus léger, l’ASSI à récemment élu un nouveau président, Jean-Marc Astorg et il succède à Marion Oslitiov, d’ors et déjà le nouveau président a fait lancer un nouveau projet, celui d’une station spatiale internationale, comment le Supervisionnat perçoit-il ce nouveau président et les nouveaux projets qui ont été lancés?


- (Dharim Fierlance) : Eh bien, il faut savoir pour les nations hors-ASSI que le Supervisionnat a attribué tous ses représentants à la Makalie lors de l’élection présidentielle. De fait, nous avons mis beaucoup d’espoir dans votre nation à cette occasion, et n’avons pas été déçus pour le moment. Notre présidente était correcte et nécessaire pour mettre les choses en place, mais elle ne pouvait décemment pas décider de la suite des recherches, n’étant pas une professionnelle. Les projets lancés sont dans la lignée de ceux proposés par Mme Oslitiov, ils nous conviennent donc parfaitement, et nous les considérons comme nécessaires pour pouvoir aller plus loin dans la conquête spatiale !


- (Nathasha Gildandath) : En parlant de vote, pendant la présidence de Mme Oslitiov, la Makalie a voté contre la réforme de l’article 3, quelle a été votre réaction?


- (Dharim Fierlance) : Je regrette que la Makalie n’ait pas voté POUR à la réforme, mais leurs raisons étaient sensées. Il est vrai que ce projet n’était pas assez précis pour justifier une modification d’article. D’ailleurs, la Makalie n’était pas la seule à voter contre la réforme, si je ne m’abuse, la Fédération du Pacifique-Sud a fait de même. Je ne peux donc décemment pas en vouloir à mes collaborateurs.


- (Nathasha Gildandath) : A ce propos, seulement 3 des pays membres de l’ASSI ont votés pour les propositions de M Jean-Marc Astorg, quel opinion avez-vous sur le fait que certains pays ne participent tout simplement pas aux débats qui sont utiles à ce genre d’organisation?


- (Dharim Fierlance) : Je trouve cela fort dommageable, surtout au regard de l’article 13 qui nécessite l’approbation de tous les pays membres pour faire quoi que ce soit. Je les invite donc à participer plus et de manière plus ponctuelle aux débats, voire même en proposer, notre organisation est démocratique alors autant en profiter. Aussi, nous déplorons qu’un des membres de l’ASSI n’ait pas rejoint le canal interne utile au débat. Dans ces conditions il reste difficile de débattre sainement avec tout le monde …


- (Nathasha Gildandath) : Au vu de ce constat, avez-vous des solutions à proposer?


- (Dharim Fierlance) : Le plus simple serait peut-être un changement de l’article 13, soit en forçant une participation au débat pour voter et être considéré dans les votes, soit en réduisant le nombre de voix nécessaires à l’approbation du vote. Dans tous les cas, il faudra discuter des solutions possibles en interne à ce sujet, mais je laisse la main à Mr Astorg sur ce sujet.


- (Nathasha Gildandath) : Merci M le Superviseur pour toutes ces précisions et bienvenue au sein de l’Ordre des Templiers.


- (Dharim Fierlance) : Merci à vous Natasha pour m’avoir invité et merci pour l’accueil au sein de l’alliance !


Il est temps de rencontrer le nouveau président de l’Agence de Supervision Spatiale Internationale, M Jean-Marc Astorg.

- (Nathasha Gildandath) : Bonsoir M Astorg, merci d’avoir accepté notre invitation. Vous avez récemment été élu comme président de l’ASSI, quelle a été votre réaction à l’annonce des résultats ?


- (Jean-Marc Astorg) : J’avoue avoir été très ému, non seulement parce que le domaine spatial est une passion que j’ai depuis que je suis enfant mais aussi parce que c’est une forme de reconnaissance des autres états sur le travail de qualité que fournit la Makalie sur ce domaine.


- (Nathasha Gildandath) : Il a été récemment annoncé que l’ASSI allait centrer ses efforts sur la construction d’une Station Spatiale Internationale, quels seront les objectifs de cette Station ?


- (Jean-Marc Astorg) : D’une part cette mission nous permettra de voir comment fonctionne la coopération internationale sur des projets de cette envergure et donc de mettre en place des protocoles pour standardiser toutes ces procédures de coopération. D’autre part, la station a pour mission d’être occupée en permanence par un équipage international qui se consacra à la recherche scientifique dans l'environnement spatial. Dans un premier temps la station spatiale fournira une plateforme pour réaliser des expériences qui nécessitent qu'une des conditions inhabituelles rencontrées dans l'espace soit présente. Les domaines de recherche principaux comprendront la biologie, la physique, l'astronomie et la météorologie.

La recherche qui sera effectuée à bord de la station spatiale permettra d’accroître la compréhension des effets du séjour dans l'espace sur le corps humain. Les thèmes de recherche porteront sur l'atrophie musculaire, l'ostéoporose et la redistribution des liquides biologiques (sang...) qui constituent certains des problèmes les plus handicapants pour les séjours longs de l'homme dans l'espace. Les données recueillies doivent permettre de déterminer si l'homme peut effectuer des vols de longue durée et à terme coloniser l'espace. Les résultats concernant la perte osseuse et l'atrophie musculaire suggèrent que les astronautes risquent d'être victimes de fractures au moment de l'atterrissage sur une planète après un séjour prolongé dans l'espace.

En conclusion, de cette station dépend l’avenir du programme spatiale de l’ASSI.


- (Nathasha Gildandath) : Et bien quelle entreprise ! Nous avons eu l’avis du Superviseur sur ce sujet auparavant, mais quelle est votre opinion concernant le manque de pays actifs au sein de l’ASSI ?


- (Jean-Marc Astorg) : C’est un vrai problème de démocratie, lorsque l’ASSI a été fondée la Makalie et le Supervisionnat, qui sont les pays fondateurs, avaient comme souhait commun de faire du dialogue et de l’échange un aspect important de cette collaboration scientifique.

Donc, le fait que des pays ne participent pas aux discussions sur des sujets importants, ou ne proposent pas de sujets à débattre, va à l’encontre de cet esprit fondateur de partage et de démocratie.

Personnellement, je suis un peu attristé car Anathas est un monde souffrant de conflits endémiques, donc ne pas participer à ces espaces de dialogues et de paix me rendent un peu triste, oui.


- (Nathasha Gildandath) : Avez-vous d’éventuelles solutions à proposer ? Des débats internes ont-ils démarrés à ce sujet ?


- (Jean-Marc Astorg) : Pour l’instant aucun débat n’a été concrètement ouvert sur ce sujet mais c’est un problème qui me tient à coeur et auquel j’aimerais trouver une solution rapidement. Actuellement, j’explore plusieurs pistes pour trouver une ou des solutions à ce problème. Je pense notamment à la réforme de l’article 13, où je pourrais proposer de basculer d’un vote d’approbation à l’unanimité à un vote à la majorité. Peut-être aussi est-ce le moyen de communication interne qui ne convient pas, auquel cas, un nouveau système devra être trouvé. Pour l’instant ce ne sont que des réflexions et j’en ferais part à mes collègues dans quelques jours le temps pour moi d’être sûr d’avoir envisagé toutes les solutions.


- (Nathasha Gildandath) : D’autres pays sont-ils en pourparlers pour rentrer dans l’ASSI ?


- (Jean-Marc Astorg) : Pour le coup, il ne m’a rien été communiqué à ce sujet et j’invite toutes les nations qui souhaitent nous rejoindre de nous contacter, j’enjoins également les états membres de l’ASSI à le faire auprès des états avec lesquels ils sont le plus proches. La Makalie à pour l’instant comme mission de se concentrer sur la mise en route du projet de Station Spatiale et nous pensons également que la multitude de conflits n’aident pas à donner une place à la coopération scientifique même si celle-ci est pour le bien de l’humanité.


- (Nathasha Gildandath) : Quel est votre ressenti sur la guerre mondiale ébranlant actuellement Anathas ? A-t-elle un effet sur les activités de l’ASSI ?


- (Jean-Marc Astorg) : Mon ressenti, hé bien je suis quelqu’un de profondément pacifiste et qui croit que le salut de l’humanité se trouve dans l'accomplissement de la science donc quand je vois tout ce sang déversé, toute cette destruction, tous ces efforts déployés pour nous entretuer j’en ai le coeur brisé.

Je ne dis pas que nous devrions tous nous donner la main et nous mettre en cercle et chanter en coeur, j’aimerais juste que nous soyons plus compréhensif les uns envers les autres.

Et pour répondre à votre deuxième question, je penses qu’en effet cette guerre à des répercussions sur les activités de l’ASSI, toutes les nations qui se tournent vers la guerre ne peuvent décemment pas se consacrer à notre oeuvre commune.


- (Nathasha Gildandath) : Quels sont, selon vous, les objectifs à long terme de l’ASSI ?


- (Jean-Marc Astorg) : A long terme, tout est possible, disons que si nous pouvions commencer à établir sur d’autres astres du système solaire des colonies autosuffisantes ce serait un très grand pas. Et si c’est possible, et en fonction de l’évolution de nos connaissances et de nos technologies, pourquoi pas voyager vers d’autres systèmes stellaires.


- (Nathasha Gildandath) : Pensez-vous que nous sommes seuls dans l’univers ?


- (Jean-Marc Astorg) : Je ne sais pas, je vais vous répondre scientifiquement, je ne penses pas que nous soyons seuls dans l’univers. Les probabilités pour qu’il y ait une forme de vie même basique sont relativement élevées et celles pour une forme de vie intelligente, bien que plus faibles, ne sont pas nulles.


- (Nathasha Gildandath) : A notre connaissance, y a-t-il des exoplanètes qui seraient colonisables par l’homme ?


- (Jean-Marc Astorg) : A l’heure actuelle et de manière certaine, non, aucune planète de notre système solaire hormi la Terre n’est habitable pour l’homme. Alors vous pensez bien qu’en dehors même s’il y en a des milliers comme nous ne pouvons pas y aller c’est même pas la peine de se poser la question.


- (Nathasha Gildandath) : D’accord, merci M Astorg des quelques minutes que vous nous avez accordé.


- (Jean-Marc Astorg) : Merci à vous.



Prenons la direction du Sénat, nous allons vous expliquer comment sont organisées les Sénatoriales.

Les Sénatoriales commencent par l’établissement des circonscriptions, la règle est que chacune des circonscriptions comporte le même nombre de citoyens électeurs, à la centaine près. La Makalie est donc divisée en 500 circonscriptions, une par sénateur.

Ainsi pour ces sénatoriales, un sénateur représentera les intérêts d’environ 579000 citoyens.


Pour qu’un sujet de la Couronne soit électeur, il doit répondre à certains critères.

D’abord le citoyen doit être un sujet de la Couronne de Makalie ou être citoyen de l'Ordre des Templiers.

Il doit être âgé d'au moins 20 ans la veille du scrutin, résider principalement au minimum 10 mois consécutifs au sein du royaume, avoir effectué soit 6 mois consécutifs d’études ou de formation continue ou avoir déclaré 576 heures de travail en Makalie.

Le citoyen doit jouir pleinement de ses droits civils et politiques (y compris dans leur pays pour les ressortissants de l’Ordre des Templiers), ne pas être sous le coup d’une enquête policière et/ou judiciaire et ne pas avoir commis de délits de catégorie 3 ou de crimes.

Enfin, le citoyen doit être inscrit sur les listes électorales royales ou pour les ressortissants de l'Ordre des Templiers sur les listes électorales complémentaires du comté auquel il est rattaché.


Si le citoyen remplit toutes les conditions il recevra automatiquement un avis électoral, invitant celui-ci à s'inscrire sur les listes. Cette inscription peut s’effectuer via internet grâce à la Carte d'Identitée Connectée, ou directement à l'hôtel du Comte.


Les hôtels des comtes publient les découpages des circonscriptions, et vous donnent les différents sénateurs et leurs programmes pour lesquels vous êtes invité à voter.


Pour le premier tour:

- D’abord vous pouvez voter de chez vous jusqu’à 21h00, via internet grâce à votre CIC et les différentes informations de confidentialités reçu via votre avis électorale pour vous identifier. Vous devrez choisir deux candidats ou aucun selon vos préférences et affinités politiques.

(Cette solution n’est pas utilisable pour les votes par procuration).


- La deuxième est de vous rendre dans un des bureaux de vote de votre circonscription, munie de votre CIC. Rendu sur place vous devrez vous identifier une première fois, vous aurez alors dans l’isoloire l’ensemble des bulletins disponibles et vous devrez sélectionner deux ou aucun candidats. Vous devrez veiller à ce que vos deux bulletins soient dans deux enveloppes distinctes, une fois vos choix fait vous devrez vous identifier une dernière fois pour introduire vos bulletins dans l’urne.

Votre vote sera comptabilisé pendant le comptage des voix, qui commencera au plus tard à 20h00 pour les bureaux de vote.


Après que l’ensemble des électeurs ait voté, les urnes scellées sont transportées via un convoi sécurisé jusqu’au palais Ducal le plus proche, où seront regroupés tous les votes (électroniques et papiers). C’est à ce moment que commence le décompte des voix, afin de ne pas perturber les élections les votes électroniques sont communiqués au Palais Ducal qu’à la fin du décompte des voix papiers, c’est le roi de Makalie qui en donne l’ordre.

Lorsque tous les votes ont été comptabilisés, le roi annonce les résultats du premier tour.

Si un sénateur remporte à lui seul plus de 60% des voix il est directement élu dans sa circonscription, sans qu’un deuxième tour soit effectué.


Deux semaines après les premiers résultats, le second tour est organisé.

A ce moment, le déroulé des votes reste le même et vous disposez des mêmes possibilités pour exprimer votre choix cependant, vous devrez choisir obligatoirement un seul candidat parmis les deux qui ont récoltés le plus de suffrages.


Nous vous rappelons que vous votez pour les candidats des partis suivant:

- Pacifiste.

- Militariste.

- Scientiste.

- Religieux.

- Ecologiste.

- Industrialiste.


La composition du Sénat détermine grandement la politique générale menée par la Couronne, c’est pourquoi les Sénatoriales est l’une des élections des plus importantes du pays et une des plus attendues.


C’est la fin de ce journal, merci de l’avoir suivi, passez un agréable moment sur nos chaînes.

Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 4 likes
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 4 likes
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Communication de l'ARES 28/02/19 2:40

Nous vous informons du succès du lancement du projet Rosette, la fusée lancée cette nuit vient de quitter l'orbite de la planète et se dirige à présent dans les confins de notre univers.

Rosette est également le nom de la sonde, nous espérons en apprendre plus sur les planètes qui composent le systèmes solaire, elle commencera par survoler Mars pour profiter de son effet de fronde afin d'être catapultée au delà de la ceinture d'astéroïdes et de pouvoir approcher Jupiter et ces Lunes, elle continuera son chemin vers Saturne avec un survol de Titan après quoi la sonde ira vers Neptune dernière planète accessible dans sa course, enfin elle poursuivra son chemin vers le noir du cosmos elle continuera d'émettre jusqu'à épuisement de son carburant.

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Annonce du roi 28/02/19 17:01

Makaliennes et Makaliens !


Depuis hier au lever du jour, la Makalie est victime de la plus brutale et de la plus cynique des agressions. Ses frontières ont été violées. Ses villes sont bombardées. Son armée résiste héroïquement à l'envahisseur. 

La responsabilité du sang répandu retombe entièrement sur le gouvernement Panafricain. Le sort de la paix était dans les mains du Gang. Il a voulu la guerre. 

La Makalie et le Supervisionnat ont multiplié leurs efforts pour sauver la paix.

Les Panafricain nous a opposé un refus. Ils avaient déjà refusés de répondre a tous les hommes de cœur dont la voix s'était élevée ces temps derniers en faveur de la paix du monde. 

Le Gang veut donc la destruction de la Makalie afin de pouvoir assurer avec rapidité sa domination sur Anathas et asservir les nations.

En nous dressant contre la plus effroyable des tyrannies, en faisant honneur à notre parole, nous luttons pour défendre notre terre, nos foyers nos libertés.

J'ai conscience d'avoir travaillé sans trêve ni répit contre la guerre jusqu'à la dernière minute.

Je salue avec émotion et avec tendresse nos jeunes soldats qui vont accomplir maintenant le devoir sacré que nous avons nous-mêmes accompli. Ils peuvent avoir confiance dans leurs chefs, dignes de ceux qui ont déjà mené la Makalie à la victoire.

La cause de la Makalie se confond avec celle de la justice. Elle est celle de toutes les nations pacifiques et libres. Elle sera victorieuse. 


Makaliens et Makaliennes !


Nous faisons la guerre parce qu'on nous l'a imposée. Chacun de nous est à son poste sur le sol de Makalie, sur cette terre de liberté où le respect de la dignité humaine trouve un de ses derniers refuges. Vous associerez tous vos efforts dans un profond sentiment d'union et de fraternité pour le salut de la patrie.

Vive la Makalie !



Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Morvan « Lez-Breizh » de Makalie
Avatar
Compte archivé
Services d'études et de recherches 04/03/19 15:58

Nous venons d'apprendre ce matin qu'un incident c'est produit au LHC (Large Hadron Collider) dans le duché d'Elbion, un mini trou noir c'est formé aux alentours de 4h38. Ce dernier à commencer à engloutir la matière autour de lui.

Même si les scientifique se veulent rassurant et dise que le trou noir est trop petit pour représenter un risque les villages aux abords du LHC ont été évacués.

A 8h00 ce matin, le contact a été perdue avec les équipes scientifiques se trouvant aux niveau du LHC à 100 mètres sous la surface et des niveaux de températures anormalement élevés ont été détectés pouvant s'agir du trou noir.

A 10h32, des secousses sismiques de plus en plus forte ont été ressenties tout autour du LHC.

Le gouvernement invite les citoyens à ne pas s'approcher de la zone et les invites à quitter leurs lieux de domiciliation.

A 12h55 Un communiqué du gouvernement annonce que le trou noir est hors de tous contrôles. Un peu plus tard, les scientifiques ont tenté de confiner le trou noir à l'aide d'un puissant champs magnétique. Celui si semble avoir réussi.

A 15h28 Un rayonnement d'énergie noire à été détecté émanant du trou noir, ce rayonnement s'intensifie au fur et à mesure que les minutes passe.

A 16h00 Des scientifiques annoncent que tout est perdu, le champs magnétique arrive aux limites de ces capacités et très bientôt dans environ moins de 17h une vagues de rayonnement va déferler sur la planète détruisant toute vie.

Citer CiterLien LienReporter Reporter
Citer CiterLien LienReporter Reporter

Première page Page précédente 3/3 Page suivante Dernière page

Forum > Rôleplay > Télévision de Makalie