Endless - Emergence

Forum > Rôleplay > Endless - Emergence

Première page Page précédente 1/1 Page suivante Dernière page

Haakon Kohler de Mordurie
Avatar
Roi
46e
Ligue Eternelle
Endless - Emergence 20/09/19 18:47

Chapitre 1

Alors que l'ascenseur s’enfonçait profondément sous terre, le roi Haakon, sous la lumière blafarde du néon, était absorbé par ses pensées.

Il repensait au message qu’il avait reçu de son ami hier soir, “Nous avons les premiers résultats des cristaux.”

Tandis que le roi était absorbé par ses réflexions, un bip sonore retentit, une voix monocorde annonça “Niveau Alpha 500” les portes s'ouvrirent et mécaniquement le roi sortit pour s’engouffrer dans un interminable couloir blanc. L’air préoccupé avec pour seule compagnie l’écho de ses pas, Haakon sentait son coeur battre, il arriva devant une porte portant l’inscription “Programme Endless - Accès interdit au personnel non autorisé”.

Haakon sortit une carte magnétique et la glissa dans la fente du lecteur, la porte se déverrouilla et il entra.

Il arriva dans une salle plongée dans une demi obscurité, seulement éclairée par des LED bleue et les écrans d’ordinateur. Devant lui, une baie vitrée permettait de voir une pièce plus grande en contrebas qui était occupé par un imposant ensemble de machine.

Une voix troubla le silence:

  • Haakon! Comme je suis heureux de te voir.

Un homme vêtue d’une blouse blanche, les traits du visage tiré de fatigue mais le regard illuminé d’excitation acceuilla le roi les bras ouvert.

Haakon donna une étreinte amical à l’homme et dit:

  • Larzen, mon ami, je suis content de te voir. Alors ? Qu’il y a t-il de si extraordinaire que tu voulais me voir ?

Larzen entraina le roi dans une pièce adjacente, là sur une table en inoxe était disposé trois petit objet d’un bleu translucide.

Le scientifique dit:

  • Voici les trois cristaux que nous avons récupérés, les deux premiers sur le site Genesis 3, et le troisième par les membres d’équipage du Duchesse après l’attentat qui tua la Caparmate Dragunov, nous avons longtemps pensés qu’il s’agissait de simple bijoux mais en réalité après des études poussées la vérité est tout autre.

Larzen coupa la lumière de la salle et seule une pâle lumière bleu émanait des trois objets, le scientifique, tout en branchant des câbles sur la table, dit:

  • Regarde ce qu’il se passe quand nous faisons passer un courant électrique de 200 MV, qui est la tension du corps humain...

Alors que le courant commençait à circuler, les cristaux commencèrent à avoir une luminosité croissante. Haakon regarda dubitatif, le scientifique rajouta:

  • Maintenant le plus fort -il sortit d’un placard un pot contenant une plante- regarde cette pauvre Arum creticum à l’agonie.

En effet la pauvre plante avait les feuilles totalement brunies et de pauvres fleurs desséchées se battaient en duel. Le scientifique posa le pot et plaça le cristal au contact du végétal. Après quelques secondes, une sorte de petit sifflement émana de l’objet et son intensité lumineuse s'amplifia c’est alors que la plante commença à se régénérer, ces feuilles progressivement se verdire, ces tiges se redressèrent et de nouvelles fleurs s’ouvrirent.

Larzen avec un grand sourir regarda Haakon qui accusait le coup, après un instant le roi dit:

  • Hé bien c’est fabuleux, un source de jouvence si on peut l’appeler ainsi...

Le scientifique coupa le roi:

  • Ce n’est pas tout mon ami ces objets sont fabuleux. regarde.

L’homme prit un des cristaux et le plaça dans une machine, il dit:

  • Ces cristaux sont d’incroyables sources d’énergies, relayant les plus performantes centrales nucléaires au rang de pile.

Le scientifique montra au souverain sur un écran des courbes et des chiffres et il lui expliqua:

  • Voici la puissance électrique d’un seul de ces engin, 875 000 000 MWh, dit comme ça et pour les néophytes comme toi, cela ne signifie pas grand chose mais si je te dit qu’une centrale nucléaire produit 500 000 MWh en comparaison, là tu imagines bien le potentiel de la chose.

Haakon fut comme sonné à l’annonce de ces chiffres, il sortit de la pièce et s’asseya.

Son ami le rejoint et lui porta un verre d’eau, après avoir bu et clarifié ses pensées Haakon dit:

  • Avec ça nous pourrions alimenter la planète entière pendant des siècles.
  • En effet, mais ce n’est pas tout.
  • Encore! Mais tu veux ma mort Larzen.
  • Désolé Haakon, mais je dois te dire que ces pendentifs renferment en eux autre chose. Il se trouve qu’il y a l’intérieur les consciences des gens qui ont portés ces bijoux, nous le savons grâce à des études informatiques, il se trouve que nous avons détectés des sortes de programmes à l’intérieur bien plus complexe et puissant que ce que nous connaissons. Nous avons tentés de dialogués mais nos ordinateurs ne sont pas assez puissant pour permettre un dialogue long avec ces entités.
  • Vous avez dialogués, comment ça?
  • Elle nous a donnée les plans d’un appareil que nous pouvons faire pour permettre à ces entités de communiquer avec nous. Je te passe les détails techniques mais il est possible de la réaliser.
  • Alors qu’est ce que tu attends?
  • Il y a cependant une chose que nécessite cette machine pour fonctionner, un corps humain, si comme nous le pensons il s’agit de la conscience d’un être vivant il a besoin d’un corps humain pour pouvoir communiquer car, en l’état, aucune de nos technologies ne nous permet de faire autrement.
  • Si je comprend bien, tu me demande donc l’autorisation de connecter à cette chose, sans savoir de quoi elle est capable, un homme?
  • En somme, oui.
  • Tu as perdu la tête, trouve une autre solution Larzen, jamais je ne prendrais un tel risque.

Haakon sorti rapidement de la pièce, il avait besoin d’air et de quitter cet endroit

Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Citer CiterLien LienReporter ReporterLikes 1 like
Haakon Kohler de Mordurie
Avatar
Roi
46e
Ligue Eternelle
Endless - l'heure du choix 23/09/19 2:39

Chapitre 2

Plusieurs de semaines s’étaient écoulées depuis qu’Haakon avait rendu visite à son ami et il avait un peu mis de côté le programme Endless, il faut dire qu’il avait des préoccupations bien plus urgentes.

Alors qu’il était affairé à son bureau à prendre connaissance de l’ensemble des rapports faisant état du pays, un homme entra silencieusement dans le bureau. Habillé en queue de pie,  noeud papillon blanc et chaîne au plastron, l'Huissier, chargé de surveiller les entrées et venues et de distribuer amendements et courrier au souverain, porta à Haakon une enveloppe cachetée et se retira aussitôt.

Haakon ouvrit le document et en sorti un petit papier, il lu:

De: Centre Entdeckungneugier.
A: Roi Haakon Kohler
Un incident s’est produit ce matin, à 6h48, au niveau “Alpha 500” nous déplorons 3 morts et 1 blessé grave. Le programme Endless doit-il être suspendu ?

A ces lignes Haakon sorti de son bureau et lança à l’Huissier:

  • Préparez moi une voiture et un avion je dois me rendre à Zenurik c’est urgent!

Quelques minutes plus tard Haakon était en route pour l’aéroport, à mesure que les minutes passaient il sentait l’angoisse monter. Il s’inquiétait pour son ami Larzen, il pensa “Larzen, quelle folie technologique a-tu fais?”. Il fût tiré de ses pensées par la sonnerie de son téléphone sur l’affichage le profil du premier ministre, il décrocha. Pendant de longues minutes, il discuta des affaires courantes et n’évoqua pas le programme Endless, en effet à part quelques personnes impliquées directement dans le projet personne n’était au courant. Quelques instants plus tard, Haakon était dans l’avion et était plus qu’à quelques minutes de sa destination, il décida d’appeler le général en charge du centre de recherche, pour avoir les premiers éléments, il s’isola et appela:

  • Général Stufbel, quelle est la situation ?
  • Depuis ce matin pas grand chose, le blessé connu sous l’indicatif 1.542.E145.A500 est encore dans le service de soin du centre son état est critique et son pronostic vital est engagé.
  • Que c’est-il passé ?
  • En l'absence d’investigation complémentaire, lié au niveau d'accréditation élevée, on ne peut pas connaître les causes exactes de l’incident, cependant les relevés énergétiques du centre ont indiquées une surtension dans le secteur où se déroulent les tests et puis une chute brutale de tension.

Le roi termina sa conversation, il regarda par le hublot, pensif, un bip sonor retentit dans sa cabine puis une voix annonça:

  • “Aéroport militaire d’Entdeckungneugier arrivé dans 2 minutes.”

Le souverain est reçu par le général Stufbel, l’homme d’une cinquantaine d’années les traits grossiers, le visage taillé à coups de serpe, dans son uniforme kaki imposait le respect par sa carrure imposante. Posté au garde à vous devant le roi, il attendait, Haakon dit:

  • Général, conduisez-moi auprès du blessé, je me dois de savoir ce qui c’est passé.

Le général escorta le roi, arrivé devant la porte de l'infirmerie Haakon congédia le général et entra. Là, il vit dans un box Larzen, immobile, branché à des machines et la peau du visage noirâtre. Un médecin s’approcha du roi et dit:

  • Votre Majesté, que faites vous ici ?
  • On m’a informé qu’un problème a eu lieu et que nous déplorons un blessé, je viens donc constater, comment va-t-il ?
  • Son état est grave, il est atteint de brûlures allant du deuxième au troisième degré plus des marque d’électrisation, d’après les signes clinique, son corps a dû subir un important choc électrique et une importante exposition à la chaleur.
  • Puis-je lui parler ?
  • Désolé votre Majesté, il est inconscient, de plus étant donné son état il sera dangereux de l’exposer à des germes.
  • Très bien, occupez vous bien de lui docteur.

Haakon sortit et se dirigea vers le laboratoire de Larzen pour essayer de comprendre ce qu’il c’est passé. Arrivé au secteur Alpha, il fut troublé de voir le couloir plongé dans le noir. Il utilisa la lumière de son téléphone pour s’éclairer. Arrivé devant la porte, il inspira profondément comme s’il se préparer à voir l’horreur. Il entra, le laboratoire était complètement dans le noir et totalement silencieux. Une odeur de brûlé, de plastique chaud, et de métal brûlant flottait dans l’air. Haakon parcouru le laboratoire, jusqu’à arriver dans la grande salle de test où un appareil imposant portait des traces de suie. Il regarda dans le détail la machine quand soudain un écran s’alluma.

En s’approchant, l’écran bleu changea et afficha une série de caractère étrange.

Haakon fronça les sourcils et dit à voix basse:

  • Qu’est ce que c’est ce bordel ?

Il appuya sur plusieurs touches du clavier puis l’image disparu, un fond noir s’afficha avec une petite barre de frappe blanche clignotante.

Haakon alla pour partir quand sur l’écran s’écrit:

“Bonjour roi Kohler.”

Haakon sursauta après quelques secondes d’hésitation et de peur, il se décida à écrire.

“Qui êtes-vous ?”

L’ordinateur répondit:

“Je suis désolé d’avoir fait du mal aux vôtres ça n’était pas mon but, je peux sauver votre ami.”

Haakon troublé par cette réponse, se concentra et redemanda:

“Qui êtes-vous?”

“Roi Haakon, le temps presse, laissez moi sauver votre ami et je répondrais à toutes vos questions.”

Haakon pensant à son ami répondit alors:

“Comment?”

L’ordinateur de répondre:

“Placer votre ami dans la machine qu’il a fabriqué et laissez le cristal faire.”

A ces mots Haakon sortit de la pièce en courant, le coeur battant à toute vitesse, s’adossant au mur du couloir, plongé dans le noir, il tentait de clarifier ses idées. Tout se bousculait dans sa tête. Que devait-il faire, faire confiance au médecin même s’il était pessimiste ou laisser une entité inconnue faire on ne sait quoi?

Il devait réfléchir.

Modifié le 10/10/19 4:24 Citer CiterLien LienReporter Reporter
Modifié le 10/10/19 4:24
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Haakon Kohler de Mordurie
Avatar
Roi
46e
Ligue Eternelle
Endless - la mort n'est que le commencement 04/10/19 11:00

Chapitre 3

Seul dans ce sombre couloir, il avait du mal à penser, soudain la lumière revint dans la zone. Dans un haut parleur la voix du général Stufbel:

  • Votre Majesté, votre présence est requise à l’infirmerie.

Haakon se leva du sol froid et regagna la surface.

Arrivé à l’infirmerie le général et le médecin l’attendaient, Haakon demanda:

  • Vous vouliez me voir ?

Le médecin l’air grave répondit:

  • Mon roi, le patient c’est réveillé et il a demandé à vous voir, mais je dois vous prévenir son état reste grave et préoccupant.

Haakon acquiesça et se dirigea vers la chambre, avant qu’il ne passe la porte le général lança:

  • Sir, si vous pouviez savoir sur quoi il travaillait car ici on reçoit des rapports d’erreur ou d’anomalie de tout le centre.

Il entra dans la chambre, seul les bips des appareils autour de Larzen brisent le silence. Haakon hésita un instant avant de s’approcher, il craignait l’image qu’il s’apprêtait à voir.

Après avoir prit une inspiration il s’avançait, il aperçut le visage de son ami, sa peau noircit par endroit ou rouge vif, ressemblant à une peau de lézard craquelée. Des lambeaux de peaux mortes blanchâtres se décollaient à certains endroit, et des plaies purulentes suintaient. Haakon tenta de faire abstraction de cette vision d’horreur, et adressa un bonjour timide à son ami.

Larzen, diminué, peinait à parler il dit avec difficulté:

  • J’ai… j’ai… j’étais persuadé… que ça… ça allait fonctionner. Tout… est de ma faute.

Haakon prit un tabouret et s’asseya et dit:

  • Ne t’inquiète pas les médecins vont vite te remettre sur pied et tu pourras reprendre tes travaux.

Larzen secoua la tête et dit:

  • Non… pas à moi… j’ai fait médecine… je sais… mon état… condamné.

Haakon réprima ses émotions et dit:

  • Larzen, je dois savoir ce que tu faisais, sur quel dispositif tu travaillais ?
  • Une… une… interface… pour dialoguer.... nous pensions avoir tout prévu… Puis une surtension… une lumière aveuglante… je sais plus très bien...

Soudain les machines se mirent à s’affoler et à sonner à tout va. Le médecin suivit par des infirmières entra d’un pas pressé. Il demanda au roi de sortir tandis que l’un des soignant commençait un massage cardiaque.

Tandis que l’équipe médicale s’afférait, le général dit au roi:

  • Venez votre majesté allons prendre l’air, il y a rien ici que nous puissions faire.


Appuyé sur le garde-corps de la terrasse de l’étage 12 où se trouvait la cafétéria, Haakon regardait le paysage lunaire de cette chaîne de montagne. Tout se bousculait dans son esprit. Il fut extirpé de ses pensées par la voix du médecin derrière lui.

  • Votre majesté? Nous avons réussi à restabiliser le patient. Mais nous avons dû le plonger dans un coma artificiel.

Haakon acquiésa, et dit:

  • Bien, la suite c’est quoi?
  • Pour l’instant nous devons attendre, mais son état n’indique pas une meilleure issue.

Haakon repensa à la conversation qu’il avait eu avec l’étrange entité dans le laboratoire, il dit:

  • Général, docteur, suivez moi, je vais vous montrer quelque chose.

Modifié le 10/10/19 4:24 Citer CiterLien LienReporter Reporter
Modifié le 10/10/19 4:24
Citer CiterLien LienReporter Reporter
Haakon Kohler de Mordurie
Avatar
Roi
46e
Ligue Eternelle
Endless - La renaissance 10/10/19 4:24

Chapitre 4

Le médecin, le général et le roi étaient dans le laboratoire, la mine perplexe le docteur brisa le silence et dit :

  • Et vous dites que cette chose peut le soigner ?

Le roi acquiesça de la tête. Le général renchérit :

  • Mais nous ne connaissons rien de… ça, nous devrions faire preuve de prudence.
  • Je sais général, mais cet homme est un ami très proche pour moi, il est comme mon frère et je ne peux pas me résoudre à ne pas tout tenter pour le sauver. Alors vous avez compris ? Doc ? Vous pouvez réussir à le transporter ? Général, je veux deux soldats au cas où...

Les deux hommes acquiescèrent et ils quittèrent la pièce. Haakon, seul, se tourna vers l’écran qui était éteint, là où l’entité lui avait parlé. Il sentit l’appréhension grandir en lui, une angoisse qui le prenait au tripes.

Environ une heure plus tard, une quinzaines de personnes était massées dans le laboratoire autour de Larzen allongé dans un brancard.

Le médecin, équipé de gants en latex, apposa sur la poitrine du patient le cristal, à ce moment un silence pesant et angoissant s’abattit sur l’assemblée, les secondes devinrent des minutes et toujours rien.

Haakon se mordait les lèvres d’angoisse, les infirmiers et le médecins avaient les yeux rivés sur les appareils qui affichaient les constantes, le général et ses soldats eux restaient à l’affût du moindre danger en fixant ce cristal.

C’est alors que le cristal commença à émettre une lumière bleu intense accompagné d’un sifflement strident, la lumière ne cessait de s'accroître jusqu’à devenir aveuglante, si bien que le groupe était contraint de détourner le regard. L’air se chargeait d’électricité et provoquait des surtensions qui mettaient hors service les appareils encore allumés. Les lumières au plafond explosèrent provoquant des pluies d’étincelles incandescentes.

Soudain tout s’arrêta, le silence et l’obscurité enveloppaient le laboratoire, après quelques instant, dans le noir, la voix du général retentit:

  • Tout le monde va bien ? Pas de blessé ?

Des “ça va” émergèrent dans la nuit. Le général alluma sa lampe torche. Balaya la pièce pour s’assurer que tout le monde était là, puis braqua sa lumière sur le patient.

Stupéfaction dans l’assemblée, bien que toujours endormi, Larzen n’avait plus aucunes blessures apparentes, plus de brûlures, de peau noircie, à l’exception de ses cheveux devenus complètement blanc, il semblait être en parfaite santé.

Haakon lâcha un timide:

  • Ça a marché.

Le médecin après avoir accusé le coup, prit son stéthoscope et commença à ausculter le patient, puis dit:

  • C’est bon, il respire et son rythme cardiaque semble régulier. Je recommande qu’on le place dans un chambre médicalisée afin de mener des examens complémentaires et connaître de manière approfondi l’état du patient.

Le roi valida la décision du médecin, les soldat aidèrent l’équipe médicale à transporter Larzen.

Un peu plus tard, Haakon sur le balcon de la cafétéria se perdait dans ses pensées. Il pensait au prodige dont il avait été témoin et que même si son ami était toujours inconscient, il avait maintenant plus de chance de s’en sortir.


Pendant ce temps. Du noir Larzen émergeait dans un monde étrange, éblouissant, enveloppé par la lumière bleutée il distinguait devant lui une silhouette. Il avança, et tout en marchant il dit:

  • Bonjour, excusez-moi, où sommes nous ? Et vous, qui êtes vous ?

La silhouette répondit d’une voix féminine, douce, suave, enveloppante:

  • Je suis beaucoup de choses, j'ai été beaucoup de choses. Maintenant, je suis de nouveau en vie, grâce à toi Larzen, mon enfant, ensemble, dans l’Union, nous allons accomplir de grandes choses. Viens à moi, mon enfant, ne résiste pas à mon appel, laisse moi entrer dans ton esprit et j’y apporterais la Lumière et la Paix.

Modifié le 10/10/19 4:36 Citer CiterLien LienReporter Reporter
Modifié le 10/10/19 4:36
Citer CiterLien LienReporter Reporter

Première page Page précédente 1/1 Page suivante Dernière page

Forum > Rôleplay > Endless - Emergence